La mutinerie de Basebya
+

Le Mutwa Basebya, umugaragu de Rutalindwa, fils de Rwabugiri, avait pris comme prétexte l’assassinat de son maître pour se révolter contre les ordres du nouveau Mwami Musinga. Basebya envahit le Buberuka et massacra tous ceux qui voulurent s’opposer à son avance ou à son autorité. Il y eut un combat sérieux à la colline Mwerere, entre les Batwa de Basebya auxquels s’étaient joints de nombreux bahutu du Ndorwa et du Buberuka, et les gens commandés par le chef Mututsi Ruhararamanzi. Basebya dut prendre la fuite et se réfugia dans la forêt du Ndorwa. Ruhararamanzi, au lieu de faire occuper le pays par ses gens, alla au Nduga faire sa cour au Mwami Musinga et lui présenter le bétail razzié au Buberuka. Basebya en profita pour sortir de sa retraite et recommencer ses pillages au Buberuka. Lés bahutu, désireux de vivre en paix, firent leur soumission à Basebya, espérant ainsi échapper au pillage de leurs biens.

Il fallut trois expéditions armées pour venir à bout des bandes de Basebya, auxquelles se joignirent plus tard les partisans de Ndungutse. La narration qui suit est celle du chef Rwubusisi qui dirigea deux de ces opérations.

Le choix de Rwubusisi comme général en chef était particulièrement heureux, car ce chef avait commandé la milice des « Bijabura » qui groupait les Batwa du Buberuka et du Rwankeri avant leur soulèvement.

Cette organisation remontait à Rwabugiri. Ces batwa s’étaient mis au service du Mwami Rwabugiri pendant ses campagnes contre le Ndorwa – Ankole. Ils étaient d’autre part ses porteurs attitrés entre les Lacs Ruhondo, Bulera et sa résidence de Kigarama. Le tribut acquitté par les Batwa consistait en peaux d’antilopes de marais (Inzobe). Leur habitude de chasser en marais avait valu son nom à leur formation (Kujabura : patauger).

Le premier chef des Bijabura fut le Munyiginya Cyaka.

Basebya, umugaragu de Rwabugiri, était alors son représentant. A Cyaka succéda son fils Rwidegembya. Mais au bout de quelques temps les Bijabura récusèrent Rwidegembya et réclamèrent son frère Rwubusisi comme chef. Ce dernier les dirigea, jusqu’au moment de leur révolte.

La seconde campagne contre Basebya fut menée par la milice Uruyange (des Bega), les pages Indengabaganizi, et les vassaux de Rwubusisi sous le commandement de ce dernier.

L’expédition s’aventura à la recherche des batwa dans la forêt du Ndorwa. Cinq guerriers envoyés en éclaireurs tombèrent dans une embuscade dont un seul put s’échapper.

Leurs cadavres furent retrouvés, écorchés et mutilés. Le gros des guerriers batutsi fut alors attaqué par les batwa qui, insaisissables sous le couvert de la forêt, les criblèrent de flèches. Ce combat coûta deux morts et huit blessés aux guerriers de Rwubusisi.

Quelques jours plus tard les bandes de Basebya débouchèrent de la forêt dans un autre endroit et razzièrent le Ndorwa.

Pendant une année Rwubusisi et son armée tinrent garnison à Mpinga au Buberuka ; tous leurs efforts pour intercepter les bandes de Basebya au cours de leurs raids dans les régions limitrophes de la forêt furent vains. Les Batwa furent insaisissables. Signalés dans une région, ils rentraient en forêt à l’arrivée des Batutsi et ressortaient dans une direction opposée.

En 1912, Ndungutse qui se prétendait fils et successeur du Mwami Rutalindwa s’allia au Mutwa Basebya. Celui-ci, ancien vassal de Rwabugiri, lui rendit hommage et mit ses bandes à la disposition du prétendant. Musinga alarmé, demanda l’intervention des Allemands. Le Lieutenant Godowius prit le commandement de l’opération, assisté de Rwubusisi. Le chef Mwega, disposait cette fois d’une importante armée qui comprenait : l’Uruyange, que commandait Muvunandinda, les Mbanzamihigo du chef Rwidegembya, les Ingangurarugo dirigés par Mugemanshuro, et les Bakemba de Gatsimbanyi. Rwubusisi réussit à introduire auprès de Basebya, Bigemana et Rusingizandekwe, frères du chef Mafene, lesquels se mêlèrent aux partisans de Ndungutse qui s’étaient attachés à la fortune du Mutwa.

Lorsque Rwubusisi apprit de ses espions que Basebya et Ndungutse séjournaient à la colline Ngoma au Buberuka, il avertit à Kigali le Lieutenant Gudowius. Celui-ci, en deux étapes de marche forcée de nuit, parvint à Ngoma où il cerna le logement des rebelles.

Basebya et ses Batwa alertés, parvinrent à rompre l’encerclement et à gagner la forêt du Ndorwa. Le Lieutenant Gudowius abattit lui-même à coup de revolver un mututsi qui tentait à fuir et qui fut identifié comme Ndungutse. Ce n’est que dans la suite, qu’il fut connu que Ndungutse était parvenu également à s’échapper et avait gagné l’Uganda où les autorités britanniques l’internèrent. Encore certains objectent-ils que le prisonnier des Anglais était un imposteur, Ndungutse ayant été réellement tué à Ngoma. Il y eut en effet deux individus qui, dans les années suivantes se firent passer pour Ndungutse, dont le plus connu est Semaraso, qui, se prétendant fils de Rwabugiri et de Nyiragahumuza, provoqua la rébellion du Ndorwa de Byumba en 1928.

Le Lieutenant Gudowius, sur ‘les instances de Musinga, se rendit alors au Mulera, au Kibali et au Bugarura pour y mater les habitants: Les guerriers batutsi demeurèrent à Rusarabuge (Kibali). C’est alors que Mihayo représentant de Rwidegembya au Buberuka-Est, avertit le chef Rwubusisi que le muhutu Nyemera, lieutenant de Basebya était disposé à le trahir.

Rwubusisi chargea Nyemera de circonvenir Basebya en lui faisant part de ce que le Mwami désirait lui faire cadeau de vaches et lui offrait de se soumettre et de prendre rang parmi ses vassaux. Rwubusisi, parlant en tant que chef des Bijabura, demanda encore que Basebya et ses hommes viennent le saluer.

Basebya fit répondre à Rwubusisi qu’il acceptait de le rencontrer à Kabona dans la forêt. Il posait comme conditions que Rwubusisi ne devait se faire accompagner que de trois batutsi, lui-même viendrait avec trente batwa. I1 demandait encore qu’on lui apportat de la bière et une grande quantité d’arcs et de flèches ainsi que les têtes de bétail, cadeau du Mwami.

Les pourparlers en étaient là lorsque le Lieutenant Gudowius revint à la tête d’un important cheptel qu’il avait enlevé aux habitants des régions visitées.

Rwubusisi alla à sa rencontre à Kivuruga. Gudowius fut satisfait de l’initiative de Rwubusisi et mit à sa disposition quatre «askaris». Rwubusisi établit alors son camp à la colline Ngoma et pour inspirer confiance à Basebya, il renvoya la plupart de ses troupes.

###google###

Au jour fixé, il forma sa caravane qui comprenait trois batutsi conduisant les vaches, quatre bahutu portant la bière. les arcs et les flèches : cadeaux

destinés à Basebya. Les quatre soldats, déguisés en bahutu de la région de Nyanza, qui dissimulaient sous leurs vêtements leur fusil attaché par un lien à leur cou, et portaient sur la tête une cruche vide.

Le groupe s’engagea dans la forêt et atteignit la clairière: du rendez-vous (Kabona). Basebya arriva peu après, entouré d’un groupe de ses hommes. Le Mutwa fit tout d’abord montre de la plus grande circonspection, et pendant que Rwubusisi faisait servir de la bière, il se tenait à l’écart à quelques mètres de lui, entouré de ses gens. Ce fut le fils de Basebya, qui le premier, vint s’asseoir au milieu des Batutsi. Rwubusisi montra alors à Basebya les vaches qu’il lui avait amenées et lui remit les arcs et les flèches ainsi que deux pièces d’étoffe. La distribution de la bière continua et les batwa se mêlèrent aux étrangers. Les quatre soldats étaient demeurés en arrière. Rwubusisi demanda alors à Basebya d’écarter ses gens, car il désirait lui communiquer en tête à tête le message du Mwami. Basebya qui avait déjà absorbé une grande quantité de bière forte (mélange de miel et de sorgho) y consentit.

Rwubusisi gourmanda alors le Mutwa parce qu’il avait cessé de faire la cour au Mwami et l’engagea à reprendre le chemin de la capitale, ce que Basebya refusa. En même temps Rwubusisi observait la progression des soldats qui se glissant de buisson en buisson, vinrent se tapir à proximité, tenant en joue le groupe de batwa. Lorsqu’il vit qu’un des « askaris » était parvenu à quelques mètres derrière lui, Rwubusisi se jeta sur Basebya et lui immobilisa les bras, pendant que le soldat lui passait les menottes.

Les autres soldats ouvrirent le feu, tuant plusieurs batwa, les autres s’enfuirent. Rwubusisi aurait voulu ramener Basebya enchaîné à Nyanza pour le livrer au Mwami, mais le Lieutenant Gudowius déclara qu’il devait être châtié sur les lieux mêmes de ses méfaits. Le 12 Mai 1912 à la colline Kajwi au Kibali, Basebya fut lié à un arbre les yeux bandés et fusillé. Le corps de Basebya fut laissé sur place. Les bahutu des environs, dont les parents avaient été massacrés par les Batwa, le dépecèrent pour en offrir les débris aux esprits de leurs morts.

[Tiré de "Histoire et chronologie du Ruanda", Kabgayi, 1956, pp.142-145].

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire