Rwanda-Union Européenne : une prime à la dictature et/ou un mépris au peuple rwandais?
+

Incroyable mais vrai : l’Union Européenne refuse d’envoyer des observateurs aux prochaines élections d’août 2010au Rwanda mais envoie des millions d’euros pour faire élire Paul Kagame !

Par la voix de son représentant à Kigali et selon le seul quotidien gouvernemental « The New Times » dans ses éditions des 11 et 12 mai 2010, l’Union Européenne vient d’octroyer au Rwanda un don de 73,8 millions d’euros dont 5,3 millions à la Commission Electorale chargée de faire élire Paul Kagame en août 2010. Ainsi donc, ayant refusé d’envoyer des observateurs, l’Union Européenne s’empresse d’envoyer des millions d’euros pour financer la mascarade électorale d’août 2010 destinée à reconduire le dictateur Paul Kagame à la tête du Rwanda avec un score stalinien. Pourtant, l’Union Européenne et plus particulièrement son représentant à Kigali, le belge Michel Arrion, connaît bien la situation politique dans ce pays où la presse est bâillonnée, où l’opposition politique n’a pas droit à la parole et même à l’existence et où l’arbitraire et les réglements de compte constituent les fondements de sa justice.

Une prime ou un encouragement à verrouiller l’espace politique ?

Les observateurs avisés de l’attitude de l’Union Européenne à travers ses représentants successifs à Kigali ainsi que les Commissaires Européens au Développement auront noté la constante obsessionnelle de cette institution à fermer les yeux sur les pratiques dictatoriales du régime Kagame et en même temps à lui apporter des soutiens substantiels tant diplomatiques que financiers. Le célèbre Louis Michel du temps où il était ministre des Affaires étrangères de Belgique et surtout quand il devint Commissaire Européen à l’aide au développement, était passé maître à défendre Kagame dans les fora internationaux qu’on avait fini par le percevoir plus comme un ministre du Rwanda qu’un représentant de l’Union Européenne. Son successeur à ces deux postes, l’inimitable Karel De Gucht n’avait pas hésité à déclarer, quand il s’agissait de comparer la situation politique du Rwanda de celle de la République Démocratique du Congo : « Au moins au Rwanda ça marche ».

Récemment, le représentant de l’Union Européenne à Kigali, l’ambassadeur Michel Arrion a été le premier à condamner les revendications politiques de l’opposante Victoire Ingabire rentrée au Rwanda en janvier 2010 pour faire enregistrer son parti en vue des élections présidentielles d’août 2010 pour lesquelles son parti l’avait désignée comme candidate. Le diplomate européen s’est empressé de dire que Victoire Ingabire avait dépassé les bornes tracées dans l’exercice politique au Rwanda en parlant des victimes de crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis pendant la guerre. Depuis lors, la malheureuse est assignée à résidence et devra être jugée pour des crimes aussi graves que : révisionnisme, idéologie du génocide et collusion avec des groupes terroristes…Elle encoure la réclusion à perpétuité. Apparemment, l’Union Européenne approuve et même encourage ce traitement infligée à cette opposante si l’on considère que l’ambassadeur Michel Arrion l’avait vouée aux gémonies quand il déclara qu’elle vient au Rwanda jeter l’huile sur le feu. Maintenant qu’elle est neutralisée, le même diplomate annonce le déblocage des  millions d’euros pour faire élire Paul Kagame. Aujourd’hui que tous les espoirs de voir Victoire Ingabire se présenter aux élections d’août 2010 se sont évanouis et qu’elle risque de passer le reste de ses jours dans les geôles du dictateur Kagame pour simplement avoir osé réclamer la démocratie au Rwanda, c’est la même Union Européenne des mains du même ambassadeur Michel Arrion qui remets 4,1milliards de francs rwandais à Paul Kagame pour lui permettre de bourrer plus facilement et plus discrètement les urnes pendant la mascarade des élections d’août 2010.

Deux poids deux mesures, dans la région des Grands lacs de la part de l’UE.

On savait déjà que le Rwanda jouissait d’un régime de faveur de la part de l’UE. Mais on n’en a eu une démonstration magistrale quand,  face aux élections prévues au Burundi dès juin 2010, au Rwanda en août 2010 et en RDC en 2011, la même Union Européenne a décidé de ne pas envoyer des observateurs au Rwanda sous prétexte que dans ce pays tout se passerait bien mais qu’au contraire on devrait redoubler de vigilance pour le Burundi et surtout pour la RDC. C’est ainsi que des observateurs seront envoyés au Burundi et en RDC pour éviter d’ éventuelles entorses à la démocratie, alors qu’au Rwanda l’Union Européenne se satisfait de l’état des lieux. Ni les appels des ONG comme Eurac, ni les mises en gardes des organisations de défense des droits de l’homme comme Human Rights Watch ou Amnesty International ne pourront convaincre l’Union Européenne que ce qui se passera en août 2010 au Rwanda sera tout sauf une élection démocratique.

Mépris ou infantilisation de l’Africain ?

Force est de constater que les Européens au mieux prennent les Africains pour des gosses, au pire pour des imbéciles. Sinon comment peuvent-ils oser soutenir ouvertement une dictature au Rwanda et même lui fournir les moyens d’écraser toute velléité de démocratie et en même temps multiplier les mises en gardes, conditionner toute aide au respect des principes démocratiques au Burundi et en RDC voisins ? In fine, à considérer l’attitude de l’Union Européenne envers Kagame, ce dernier n’a d’autres choix que de durcir son régime et d’écraser toute opposition puisque c’est apparemment en considérant son bilan dans ce domaine qu’il est récompensé notamment par l’Union Européenne. Les dictateurs africains sévissent sur leur peuple presque toujours avec la bénédiction d’une ou plusieurs puissances occidentales : Idi Amin Dadda avait été « créé » par la Grande Bretagne. Jean Bedel Bokassa avait été « encouragé » par la France à se couronner. Dira-t-on dans l’avenir que Paul Kagame fut en son temps encouragé par l’Union Européenne à « écraser » les Rwandais ? Qui vivra verra !

Emmanuel Neretse

12/05/2010

###google###

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire