Campagne électorale : les Rwandais obligés d’acclamer leur bourreau.
+

Depuis le 20 juillet 20010, celui qui règne sur le Rwanda depuis qu’il l’a militairement conquis en 1994, le général Paul Kagame, parcourt le pays pour se faire acclamer par la foule dans une mise en scène imparfaitement baptisée "campagne électorale". Toute la vie nationale est suspendue à cette événement tellement le dictateur veut se faire plébisciter le 9 août 2010. Des prix ont même été promis aux autorités locales qui mobiliseront le plus de monde possible. Ainsi va la dictature. Les Rwandais ont un choix entre se soumettre ou disparaître.

Ainsi, partout où Kagame passe, la population est « invitée » à venir l’acclamer, toutes les activités s’arrêtent et le récalcitrants sont traqués par la police politique omniprésente. Pour se donner bonne conscience, les trois « accompagnateurs » issus des partis satellites du FPR et qu’il a lui-même autorisés à se présenter contre lui sont accueillis sur leurs passages par quelques militants du FPR triés sur le volet et censés apporter un caractère pluraliste à cette mascarade électorale.

Pendant ce temps, les opposants sont arrêtés et torturés pour avoir osé exprimer leur désir de démocratie. Ainsi le 25 juillet, deux collaborateurs de l’opposante Victoire Ingabire furent arrêtés à son domicile au motif qu’ils portaient sur eux des T-shirts avec mention : « TURASHAKA DEMOKARASI ISESUYE » Ce qui veut dire : « Nous voulons une véritable démocratie ». Oui, en ce 21è siècle, au Rwanda de Paul Kagame, on peut encore se faire arrêter pour avoir parlé de démocratie. Ces deux victimes s’ajoutent à une longue liste d’opposants qui croupissent dans les geôles du dictateur depuis plusieurs mois voire plusieurs années comme Charles Ntakirutinka, Déo Mushayidi, Bernard Ntaganda et autres. Parallèlement, les opposants laissés en liberté conditionnelle continuent de subir des tracasseries de la part des services de sécurité ou de ceux qui sont manipulés par eux. Ainsi, Victoire Ingabire a subi des tracasseries de la part son bailleur au motif qu’elle n’aurait pas respecté le contrat. Selon le brave propriétaire, Victoire Ingabire ne devrait pas parler politique dans sa maison ! Il ne faut pas être politologue pour y déceler la main invisible du FPR qui continue ainsi de déstabiliser la présidente des FDU qui a dû quitter cette résidence.

Mais les démocrates ne baissent pas les bras. Que ça soit à Bruxelles ou à Londres, des manifestants continuent de dénoncer avec vigueur le régime dictatorial du général Kagame et réclament la démocratie pour le peuple rwandais. Les puissances qui soutiennent le dictateur devenues de facto ses complices sont également dénoncées.

Les Rwandais ne sont donc pas dupes. Tout en acclamant à longueur de journée Paul Kagame, obligés qu’ils sont par les cadres du parti-état FPR, ils n’ignorent pas que c’est ce même Kagame qui est à la base de leurs malheurs. Ils n’ont pas oublié que c’est Kagame qui a déclenché la guerre en octobre 1990. Les Rwandais savent que durant près de 4 ans qu’a duré cette guerre, les hommes de Kagame ont massacré des milliers de paisibles paysans sans défense et déplacé plus d’un million d’entre eux. Chaque Rwandais sait que c’est le même Kagame qui a plongé le pays dans l’horreur en assassinant le président Habyarimana le 6 avril 1994. La population obligée d’acclamer Kagame savent que c’est le même homme qui a ordonné l’assaut sur le camp des déplacés de Kibeho le 22 avril 1995 qui s’est soldé par plus de 8000 morts principalement des femmes et des enfants. Les Rwandais ont tous en mémoire que l’homme qu’ils acclament a fait bombarder les camps des réfugiés au Zaïre et a fait la chasse à l’homme dans les forêts congolaises laissant des milliers de morts sur son passage. Enfin les populations du nord qui l’acclament n’ignorent pas comment entre 1998 et 2000 ses soldats ont massacré les leurs sous prétexte de mâter une insurrection imaginaire.

La question que l‘on peut se poser est de savoir pourquoi Kagame a besoin de se faire plébisciter par les urnes pour continuer à régner sur un pays qu’il a conquis par les armes en 1994 ? Visiblement cette mascarade électorale serait destinée à la consommation externe tellement les Rwandais en sont scandalisés.

N’en déplaise à la clique au pouvoir du FPR qui croit avoir dompté les Rwandais en les drainant en masse à chaque apparition de Kagame, ce peuple a plus que jamais soif de démocratie et tôt ou tard elle sera assouvie.

Emmanuel Neretse et Gaspard Musabyimana
27/07/2010

###google###

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire