Éphémérides des Grands-Lacs – Semaine du 2 au 8 août 2010
+

RESUME : En RDC, l’insécurité a concerné les deux provinces du Kivu : si, en territoire de Beni, au Nord Kivu, la quasi-totalité des villages a été repris aux combattants ougandais de l’ADF/NALU, des enlèvements y ont encore eu lieu cette semaine tandis que les FARDC sont accusées de pillages dans les localités reprises. Par ailleurs, le centre de santé de OICHA à Beni est débordé par le nombre de malades qui sont en majorité des déplacés. Une embuscade par des hommes armés non identifiés a également eu lieu à 60 km de Butembo. Plus au sud de la province, les otages, dont un pilote indien d’une compagnie aérienne assurant la liaison Walikale – Goma, détenus pendant une semaine par les Maï-Maï Tsheka, ont finalement été libérés. Au Sud-Kivu, des meurtres et exactions ont été perpétrés par des FDLR dans des localités des territoires de Mwenga et de Shabunda, tandis qu’en territoire de Fizi, des affrontements ont eu lieu entre Maï-Maï et FARDC dans le contexte de conflits fonciers. Enfin, en Province Orientale, la population dénonce les tracasseries et les barrières érigées par la police minière à Buta.

D’une manière générale, les forces armées continuent à constituer un facteur d’insécurité : à Kisangani, des détenus militaires ont créé l’agitation suite au non-versement de leur solde, tandis que des soldats qui se rendaient de Lodja et de Lusambo à Mbuji-Mayi pour leur identification biométrique ont semé la désolation sur leur parcours.

Dans le domaine politique, les membres du gouvernement vont participer à un séminaire d’évaluation qui sera parrainé par le président de la République. Par ailleurs, l’élaboration du budget 2011, auquel seront associés les syndicats des fonctionnaires, est en préparation. Enfin, on signalera l’arrivée à Kinshasa d’une délégation de la division de l’assistance électorale de l’ONU pour déterminer le rôle de l’organisation dans les élections de 2011.

En matière de justice et de droits humains, l’Observatoire pour la protection des droits de l’homme réclama la création d’une enquête internationale sur l’assassinat du militant des droits de l’homme de Floribert Chebeya dont l’enquête reste au point mort. Le ministre de la Justice annonce de son côté que la RDC sera bientôt dotée de 85 tribunaux de paix.

Dans le domaine économique, un article de Radio Okapi nous apprend que la toute grande majorité des entreprises publiques du Katanga, dont la Gécamines, ne produisent plus depuis des années fautes d’investissements : ces entreprises non mises en liquidation ont des retards de 40 à 100 mois d’arriérés de salaires. Dans le domaine minier, le gouverneur de la Province Orientale apporte son soutien, contre l’avis de la société civile, à l’octroi d’une concession pétrolière aux deux compagnies britanniques situées dans les Iles Vierges, tandis qu’une cour congolaise a entériné la liquidation de la société canadienne First Quantum en litige avec les autorités congolaises. Signalons enfin que le Premier ministre s’est entretenu avec les membres de la FEC sur l’amélioration du climat des affaires.

Au Burundi, Agathon Rwasa a été démis de la présidence de son parti, le FNL, ce qui signifie selon un diplomate qu’il se trouve ipso facto hors-la-loi pour le gouvernement burundais. Le désormais ex-chef du FNL a dénoncé sa destitution comme une « provocation » du pouvoir en place. Par ailleurs, la CENI a clôturé le dépôt des candidatures pour les élections sur les collines du Burundi : 38.000 candidats se sont présentés pour ces élections.

En Ouganda, un mandat d’arrêt a été lancé pour « propos subversifs » à l’encontre d’un chef de l’opposition qui est un ancien secrétaire général adjoint des Nations unies.

Au Rwanda, la campagne électorale se déroule dans un climat pesant : le président Kagame, qui est assuré de l’emporter et dont l’entourage dénonce le rôle négatif d’une certaine diaspora rwandaise liée au génocide, a déclaré que « ceux qui veulent la guerre auront la guerre » en réponse à un appel au soulèvement lancé par l’ex-chef des renseignements réfugiés du FPR en Afrique du Sud. On note une très faible participation aux meetings du petit parti libéral, satellite du FPR, qui reste toutefois confiant dans les résultats : des analystes estiment que les résultats seront revus à la baisse pour que la victoire de Kagame n’atteigne pas des sommets. Aucun observateur ne sera envoyé par l’Union européenne pour des « raisons budgétaires » et étant donné que « le Rwanda n’est pas un pays prioritaire ». Parmi les réactions, on notera celle de RSF qui dénonce les violations contre la presse, celle d’Amnesty International qui exhorte les bailleurs de fonds à dénoncer la répression électorale, celle de l’opposante exclue du scrutin, Victoire Ingabire, pour qui l’élection présidentielle est une farce, et celle du FDLR qui appelle aussi au rejet du résultat de cette élection. Par ailleurs, le procureur général nie toute implication du gouvernement rwandais dans les meurtres ou tentatives de meurtres récents de journalistes et d’hommes politiques de même qu’au « harcèlement de l’opposition » qui n’ont rien à voir avec la campagne présidentielle.

Dans le domaine de la justice, le TPIR a condamné à 25 ans de prison un ancien fonctionnaire accusé d’avoir transporté des ex-FAR pour tuer des milliers de personnes à l’époque du génocide.

Enfin, dans le domaine des relations extérieures, les relations se détériorent entre le Rwanda et l’Afrique du Sud : les autorités de ce pays ont rappelé leur ambassadeur dans le contexte de l’attentat perpétré contre l’ancien chef du service des renseignement, réfugié en Afrique du Sud.

Eurac
9/08/2010

Lire tous les articles

 

###google###

Related Files

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire