Toute la jeunesse rwandaise n’est pas logée à la même enseigne
+

La récente décision du ministre de l’éducation, Charles Muligande, de ne plus accorder la bourse d’études aux étudiants du supérieur est discriminatoire voire raciste.

En effet, ces bourses, souvent accordées comme crédit à rembourser après les études, étaient surtout octroyées aux familles pauvres pour payer des études supérieures de leurs enfants. Sinon, pour les autres, il y a le « Fonds d’aide aux rescapés du génocide » (FARG) qui paye tous les frais. La bourse supprimée, cette dernière catégorie d’enfants, dont le financement des études est garanti, sera prépondérante dans des universités et instituts supérieurs. Comme la notion de « rescapé » est exploitée pour écarter une certaine catégorie de la population, les intentions malveillantes du FPR sont on ne peut plus claires.

Selon le ministre Muligande, cette mesure a été prise dans le but de faire des économies et d’affecter ce budget ailleurs comme dans le recrutement des enseignants, la construction des écoles, …

Si le gouvernement veut faire des économies, il y a une piste : la suppression des « amatorero ». En effet, le gouvernement rwandais s’est lancé dans un programme consistant à réunir des jeunes évoluant dans des pays occidentaux, dans ce qui est appelé « amatorero », sorte de formation aux contours mal définis. Ainsi, pour l’année 2008/2009, la formation a lieu à Gako au Rwanda. Elle a réuni plus de 80 jeunes en provenance d’Europe et des Etats-Unis d’Amérique. Les tickets d’avion, le séjour, … ont été supportés par le gouvernement rwandais. Un simple calcul suffit pour montrer que ce programme est un gâchis, budgétairement parlant.

D’abord, à Gako, les jeunes gens ont reçu une formation, semble-t-il, sur la culture rwandaise, le civisme, mais ce qui apparaît surtout, c’est une formation militaire accélérée comme le montre les photos ci-contre des participants postées sur Facebook.

Quand on compte le budget englouti par ces « amatorero », pour un résultat si maigre,  il est à se demander ce qui motive le Rwanda à y investir aussi massivement.

Illustrons ce gouffre budgétaire par un petit calcul : un ticket aller-retour Kigali-Bruxelles ou Kigali-Washington coûte en moyenne 2000€ par personne. Pour les 80 jeunes, il a fallu dépenser, pour leurs voyages, 160.000€. Prenons 20€ de frais de séjour par personne et par jour. Pour une semaine de formation, il faut 11200€. A cela, il faut ajouter le coût des uniformes, le per diem des formateurs et autres accomodations estimé à 100.000€. Pour trois séries de formation, la dernière ayant eu lieu en Belgique, la somme dépensée peut être évaluée globalement à 800.000€ soit 560.000.000 FRW (1€=700FRW). Quand on sait qu’un étudiant au Rwanda reçoit une bourse de 25.000FRW par an, il est facile de voir que le budget alloué à la formation des « intore » peut payer la bourse d’études à 22.400 étudiants au Rwanda.

Au lieu d’embrigader la jeunesse évoluant en Occident, dans des formations idéologiques et paramilitaires, à des fins inavouées, le gouvernement rwandais ferait mieux d’affecter cet argent aux bourses d’études pour des étudiants qui vont être frappés par la mesure ci-haut citée.

Gaspard Musabyimana
11/10/2010

###google###

Pas de commentaire

COMMENTS

Les ommentaires sont fermés