Éphémérides des Grands-Lacs – Semaine du 22 au 28 janvier 2011
+

RESUME : En RDC, la proposition de loi sur la révision de la constitution qui a été promulguée par le chef de l’Etat, continue à faire débat notamment pour ce qui regarde le scrutin majoritaire à un tour. Le président de l’UNC, Vital Kamerhe, et le président du MLC évoquent la nécessité de s’unir autour d’un candidat unique, aucune déclaration en ce sens ne provient de l’UDPS qui a organisé une marche pour la légalisation des statuts du dernier congrès lequel a désigné Etienne Tshisekedi comme le candidat du parti. De son côté, la nouvelle société civile a déclaré s’opposer, à l’instar d’autres ONG, à l’élection présidentielle à un tour, tandis que des marches de soutien au président de la République ont eu lieu à Mbuji-Mayi et à Lubumbashi pour soutenir le changement de scrutin. Il apparaît selon des ONG et des sources diplomatiques que plusieurs membres du parti de Vital Kamerhe auraient été arrêtés et ce dans un contexte où la révision du fichier électoral peine à avancer.

Au niveau international, les ambassadeurs africains en RDC ont acté de la révision constitutionnelle au cours d’un déjeuner chez le président de l’Assemblée nationale. Par ailleurs, la Haute Représentante de l’UE, Catherine Ashton, souligne que cette révision aurait dû donner lieu à un débat plus large et que l’élection à un tour au lieu de deux n’aura que peu d’incidence financière sur le coût des élections. De son côté, le ministre belge des Affaires étrangères s’est dit aussi surpris et « inquiet » par la rapidité avec laquelle la RDC vient de modifier le processus de désignation du président de la République et insiste pour que les élections locales soient avancées.

Dans le domaine de la sécurité, le Secrétaire d’Etat américain chargé des affaires politico-militaires a souligné l’importance d’une armée « nourrie et payée ». Sur le terrain, la situation sécuritaire reste précaire. Au Nord-Kivu, où l’exploitation des minerais sous la direction des militaires, interdite depuis l’an dernier, se poursuit en territoire de Beni, bien que les difficultés d’écoulement soient réelles aujourd’hui et où la société civile et des chefs coutumiers affirment qu’il n’y a guère d’impact positif des opérations militaires en territoires de Masisi et Walikale, une attaque a eu lieu contre un convoi de patrouilles de l’ICCN (Institut congolais de conservation de la nature). Des combattants du FDLR ont par ailleurs attaqué un camp militaire en territoire de Rutshuru et un nouveau groupe armé, le Front congolais pour la conservation de la nature, a vu le jour, selon la MONUSCO. Au Sud-Kivu, où les humanitaires déplorent des conditions de travail très difficile du fait de l’état des routes et de l’insécurité, des chefs coutumiers du territoire de Fizi dénoncent les attaques et les pillages commis par le FDLR. Des affrontements armés ont également eu lieu entre les FARDC et des rebelles burundais du FNL dans la région d’Uvira, à la frontière avec le Burundi. Des réfractaires du FRF ont cependant déposé les armes dans la même région. Pour ce qui regarde le Kivu dans son ensemble, des enquêtes de la MONUSCO et du Haut Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU confirment l’ampleur des violences sexuelles commises par les FARDC. À ce propos, le ministre porte-parole du gouvernement a dénoncé le « dénigrement des FARDC » en faisant valoir que les viols ont été perpétrés par des anciens combattants du groupe rebelle PARECO. Enfin, en Province Orientale, les LRA ont capturé une localité en territoire d’Ango.

Dans le domaine de la justice, un commandant de police a été arrêté pour des viols commis en territoire d’Opala, tandis que débute le procès des ex-FAZ et des ex-FAC qui avaient pénétré clandestinement à la fin de l’année dernière dans le Bas-Congo et qui sont inculpés pour participation à un mouvement insurrectionnel. Enfin, le procès Chebeya s’est poursuivi cette semaine : le Général Numbi, que certaines ONG estiment coupable, n’a pas pu être auditionné dans un premier temps pour raison de santé, mais est quand même venu à la barre comme simple témoin : il a nié avoir rencontré Floribert Chebeya.

Dans le domaine économique et financier, la Chine continue à avancer ses pions en RDC qui a signé avec une entreprise de ce pays un contrat pour le lancement d’un satellite de communication, tandis que six autres entreprises chinoises vont réhabiliter plus de 150 km de routes dans sept provinces. Dans le domaine pétrolier, le WWF a lancé une pétition internationale pour mettre fin à la prospection dans le parc des Vurunga. Dans le domaine financier, le ministre congolais des Finances, qui annonce un taux de croissance de 7 % et un taux d’inflation de moins de 10 %, a promis au premier semestre 2011 le décaissement de 20 millions $ pour les élections. On signalera enfin que la ministre du Portefeuille a limogé, sans donner de raisons précises, deux responsables d’entreprises publiques.

Au Burundi, dix-sept personnes ont été arrêtées suite à des rumeurs d’une attaque imminente dans la cité de Rumonge. Par ailleurs, l’enquête sur le meurtre du vice-président de l’ONG OLUCOME n’est pas terminée selon la partie civile, plusieurs personnes n’ayant pas été auditionnées.

En Ouganda, le président Museveni se déconnecte de l’unanimité africaine : il s’est déclaré contre la nomination d’Alassane Ouattara comme président de la Côte d’Ivoire et a demandé que l’Union africaine s’enquière de la manière dont le processus électoral s’est déroulé. Par ailleurs, le Parlement européen demande que le meurtrier d’un homosexuel, fer de lance d’un combat contre une loi répressive, soit traduit en justice et que la loi contre l’homosexualité soit abandonnée.

Au Rwanda, l’armée accuse l’ancien chef d’état-major et l’ancien patron des services de renseignement, réfugiés en Afrique du Sud, d’avoir créé un groupe armé en RDC, ce que les intéressés nient. Ces deux personnes, qui ont créé une nouvelle formation politique, le Congrès national du Rwanda, se sont associées au FDU de Victoire Ingabire. De son côté, l’ancien Premier ministre, Faustin Twagiramungu, en exil en Belgique, a annoncé la création d’un nouveau parti politique. Dans le domaine de la justice, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU demande que les autorités renforcent la protection des journalistes qui souffrent d’un manque de liberté d’expression. Amnesty International s’inquiète du sort d’un homme d’affaires rwando-congolais, dirigeant d’un petit mouvement rebelle intégré dans les FARDC et qui serait détenu dans ne prison rwandaise. Enfin, le secrétaire du FDLR a été transféré cette semaine à La Haye pour y être jugé par la CPI pour son implication dans les viols commis en RDC : au cours d’une session préliminaire, il a clamé son innocence.
Kris Berwouts
28/01/2011

Lire toutes les dépêches en fichier attaché ci-dessous (PDF)

###google###

Related Files

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire