Propositions pour une paix durable dans la région des Grands Lacs
+
Rubrique : Actualité


Publié le 28 Oct 2011 par Gaspard Musabyimana

Le Cas du Burundi

Le 1 août 1962, le Burundi accéda à son indépendance sous une Monarchie Constitutionnelle avec le Roi MWAMBUTSA IV, celui-ci sera détrôné par son fils NTARE V le 8 juillet 1965. Le 15 janvier 1965, l’assassinat du Premier ministre Pierre Ngendandumwe (d’origine Hutu) par les extrêmistes Tutsi. C’est la fracture de la société burundaise, profondément marquée par la haine entre les Hutu et Tutsi, qui s’entretuèrent jusqu’en octobre 1966, les militaires entre eux et les civils de leurs côtés, à l’exemple des militaires Hutu du camp Base de Bujumbura qui massacrèrent leurs collègues Tutsi et attaquèrent le palais royal et la résidence du premier ministre, L. Bihumugani et au même moment des paysans Hutu des communes Busangana et Bugarama, dans la  province Muramvya massacrèrent leurs voisins Tutsi.

Le 28 novembre 1966, le Roi NTARE V sera destitué par son Premier ministre le capitaine Michel MICHOMBERO, qui abolit la monarchie. Le 29 avril 1972, les Hutu de l’organisation UBU, Umugambwe w’Abakozi b’Uburundi – Parti des Travailleurs du Burundi, tentent de prendre le pouvoir par la force, cet echec fut suivi par des massacres de plus ou moins 100.000 Hutu. Le 1 novembre 1976, le président Michel MICHOMBERO est destitué par le Lieutenant-Colonel  Jean Baptiste BAGAZA, qui sera à son tour chassé du pouvoir par le Major Pierre BUYOYA le 3 juillet 1987.

Cette crise politique au Burundi, causera la mort de centaines de milliers d’enfants, de femmes et d’hommes, et l’exil de centaines de milliers de réfugiés, plus de 500.000 personnes réfugiées au Congo-RDC et au Rwanda, et plus de 480.000 personnes réfugiées en Tanzanie. Plus de 800 000 personnes se sont déplacées à l’intérieur du pays, dont la majorité en périphérie de Bujumbura.

L’assassinat de Melchior Ndadaye le 21 octobre 1993, Président d’origine Hutu, élu démocratiquement, replongea le pays dans l‘instabilité politique jusqu’à l’initiative de sortie de crise initiée par l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) et la Communauté internationale, qui ont chargé le Président de la Tanzanie, Julius Nyerere, de médiateur de la mission de paix. A son décès, il sera remplacé par l’ancien Président Sud-africain Nelson Mandela.

Entre-temps, le président Cyprien Ntaryamira fut élu Président le 5 février 1994 et tué avec son collègue rwandais Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994, à l’aéroport de Kigali dans l’avion détruit en atterrissage par un missile. Il y a eu le coup d’état militaire du 25 juillet 1996 par Major Pierre BUYOYA, ancien Président, revenu au pouvoir, en destituant le Président Sylvestre Ntibantunganya nommé le 30 septembre 1994, en remplacement du Président tué à Kigali.

Il eût les négociations Arusha I en Tanzanie du 15 au 21 juin 1998 avec la participation du pouvoir Burundais et des 18 partis politiques dont FRODEBU, UPRONA, CNDD, PARENA, PL, PIT, PSD, ABASA, INKINZO, AV-INTWARI, PRP, PP, RPB, PALIPEHUTU, FROLINA et ANADDE, et de quatre observateurs de la « société civile » issus du milieu économique, des associations des femmes, des jeunes et des syndicats dont l’Union des Travailleurs du Burundi (UTB).

Arusha II du 20 au 31 juillet 1995, Arusha III du 12 au 22 octobre1998 et Arusha IV du 09 au 22 janvier 1999, enfin le 28 août 2000 à Arusha signature d’un Accord de Paix. Ce processus échelonné, pour un Gouvernement de Transition, avec plusieurs rebondissements, Accord de cessez-le-feu du 02 décembre 2002, Protocoles de Pretoria du 08 octobre et du 02 novembre 2003 pour le partage des pouvoirs politiques, de défense et de sécurité, Accord Global de cessez-le-feu du 16 novembre 2003 à Dar-es-Salam en Tanzanie.

Elections supposées démocratiques en juin et juillet 2005 et en juin 2010, avec des élections municipales et législatives et présidentielles. Monsieur Pierre NKURUNZILA est élu Président. Comme partout ailleurs, la paix est restée fragile.

 Le cas du Rwanda

Depuis 1959, le conflit interethnique latent autrefois s’est exprimé au grand jour, après le décès du Roi Rudahigwa le 25 juillet 1959 à Bujumbura, par la proclamation unilatérale de son successeur, le prince Jean Baptiste Ndahindurwa son frère, par les monarchistes intransigeants Tutsis. Les partis politiques jadis autorisés par le décret du 8 mai rendu exécutoire le 15 juin 1959, ont commencé leurs activités en septembre 1959, sur base socio-ethnique. Le PARMEHUTU (Parti du Mouvement de l’Émancipation des Hutu), émanation du Mouvement Social Hutu (MSH), fut fondé le 26 septembre 1959. Et, le 6 juin 1960, les leaders du Parmehutu  réunis à Ruhengeri, sous la présidence de Grégoire Kayibanda, fondèrent le Mouvement Démocratique Républicain (MDR) Parmehutu, en rejetant définitivement l’institution monarchique. Le pays prit feu le 1 novembre 1959.

Le refus de l’aristocratie Tutsi de sacrifier ses privilèges, selon la vision Mgr André Perraudin, Vicaire Apostolique de Kabgayi, qui dans sa lettre pastorale du 11 février 1959 pour le carême, demanda la suppression des inégalités sociales selon ”les dispositions d’esprit et de cœur ”par la charité et le respect de l’autre, c’est le fondement même de la justice pour créer une véritable cohésion sociale.

Le Gouvernement du Monarque Ndahindurwa ira en exil pour l’Ouganda, ainsi que plus de 200.000 Tutsi. Le parti politique Hutu MDR-Parmehutu, dirigé par Grégoire Kayibanda, sorti vainqueur des élections municipales organisées du 26 juin au 22 juillet 1960, en l’absence du Roi Ndahindurwa. Le Gouvernement provisoire sera formé par Grégoire Kayibanda, le 26 octobre 1960. Le 28 janvier 1961, les leaders Hutu se réunirent avec leurs élus communaux à Gitarama pour se prononcer en faveur de la république. Ils élurent le Premier Président du Rwanda, Monsieur Dominique Mbonyumutwa, et désignèrent Grégoire Kayibanda Premier Ministre. Les élections législatives connues sous l’appellation de Kamarampaka, furent organisées le 25 septembre 1961 pour élire les Députés et pour statuer sur le retour du Monarque déchu, le projet de retour du Roi fut rejeté. 

Le pays accédera à son indépendance le 1 juillet 1962 et Grégoire Kayibanda deviendra le premier président de la République du Rwanda. Les Tutsi minoritaires furent pourchassés et massacrés, le pays plongera alors dans la guerre civile, et la haine s’accroîtra avec la discrimination timidement visible ou  subtile contre les Tutsi. Dans cette instabilité politique causée par des nouvelles troubles interethniques – liés indirectement ou directement aux massacres des Hutu au Burundi par la junte militaire Tutsi au pouvoir en début de l’année 1973 – ressurgissent les massacres des Tutsis qui fuiront vers le Congo, l’Ouganda et la Tanzanie. Confronté aux rivalités régionalistes Nord-Sud des Hutus, le Président Grégoire Kayibanda sera destitué le 5 juillet 1973, lors du coup d’État organisé par son ministre de la défense le Général Major Juvénal Habyarimana, qui accéda ainsi au pouvoir.

La période qui commence du 1 novembre 1959 au 1 juillet 1962 marquera la rupture avec le passé au Rwanda. Il eût de fortes migrations des populations d’origine Tutsi vers le Congo de 1959 à 1962 et en 1967 pour fuir les massacres, population estimée, d’après certaines sources, à plus de 800.000 individus, en dehors de la migration officielle organisée par l’autorité coloniale Belge dans le cadre de MIB (Mission d’Immigration de Banyarwanda) de 1937 à 1956 qui transféra officiellement plus de 500.000 Rwandais.

Le 1 Octobre 1990, le Front Patriotique Rwandais (FPR) envahit le Rwanda à partir de l’Ouganda. Ils sont à majorité Tutsi. Des efforts ont été faits par la Communauté internationale, l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA à l’époque) et les Nations Unies. Il eût, le 17 février 1991, un cessez-le-feu entre le FPR et le Gouvernement Rwandais, à Zanzibar en Tanzanie. A Dar-es-Salam, en Tanzanie, les chefs d’Etats du Burundi, d’Ouganda, de la Tanzanie, du Rwanda et du Zaïre, désignèrent leur homologue Monsieur MOBUTU, médiateur pour une solution pacifique et politique du conflit. Le 29 mars 1991, en périphérie de Kinshasa, au Zaïre (Congo d’aujourd’hui), furent conclu des accords de Nsele, pour la création du Groupe d’Observateurs Militaires Neutres (GOMN) sous l’égide de l’Organisation de l’Union Africaine (OUA).

Il eût les négociations politiques à Arusha en Tanzanie de juin 1992 à août 1993 par différentes étapes intermittentes entre l’État Rwandais et le Front patriotique dont la branche armée est dirigée par le général Paul Kagame.

L’accord définitif fut signé le 4 août 1993 permettant à terme l’intégration politique et militaire des différentes composantes internes et externes de la Nation rwandaise, et le départ programmé des troupes françaises présentes sur le territoire au titre de l’Opération Noroît pour le 15 décembre 1993. La MINUAR, fut créée le 5 octobre 1993, en vertu de la Résolution 812 du 12 mars 1993, du Conseil de sécurité de l’ONU pour soutenir les accords d’Arusha.

Cette force de maintien de la paix devrait être maintenue jusqu’à la formation d’un Gouvernement de transition par Monsieur Faustin Twagiramungu, prévue à partir du 15 décembre 1993, avec la réintégration des exilés Tutsi. Avant que les Accords ne soient mis en application, le gouvernement avait été dirigé  par le Docteur Dismas NSEGIYAREMYE, qui sera succédé par Madame Agathe UWILINGIYIMANA, nommée Premier ministre de la Transition  à base élargie le 05 janvier 1994. L’Assemblée nationale de transition dont la mise en place fixée pour le 18 mars 1994 n’aura jamais lieu.

La mort du président Juvénal HABYARIMANA, du président  Cyprien Ntaryamira du Burundi, et celle de  plusieurs hauts responsables, survient dans la soirée du 6 avril 1994, lors de l’explosion de l’avion qui les ramenait de la Tanzanie. L’explosion de cet appareil Falcon 50 n’était que le résultat de l’attentat,  commis par le FPR comme l’affirment certains témoins aujourd’hui, par un tir de missile sol-air lors de son atterrissage à l’aéroport de Kigali. Cet attentat fût l’élément déclencheur du génocide rwandais dont la plupart des victimes recensés ou identifiés sont surtout des Tutsis et Hutus dits modérés, d’avril à juillet 1994. Madame Agathe UWILINGIYIMANA, Premier ministre de Transition, fût assassinée le 07 avril1994. Ces évènements combinés mirent fin à l’application des Accords d’Arusha, car le FPR reprit des combats sur tous les fronts dès le 7 avril 1994.

Le Front Patriotique Rwandais (FPR) du Général Paul KAGAME, renversera le pouvoir du Général-Major Juvénal HABYARIMA et installera le nouveau régime le 4 juillet 1994, après la prise de Kigali, dans cette situation presque chaotique, tant sur le plan politique qu’humain, avec un bilan sur le plan social catastrophique. Des centaines de milliers de personnes sont tuées, des familles séparées et réfugiées à l’intérieur et hors du pays. Les anciens détenteurs du pouvoir politique, militaire et civil ont fui au Zaïre, Congo d’aujourd’hui, et en Tanzanie, en comptant presque plus de trois millions des personnes humaines réfugiées, dans des conditions improvisées par les autorités du Zaïre, de la Tanzanie  et de la Communauté internationale. Tous semblaient ignorer l’ampleur de cette catastrophe humaine et l’implication de certaines Puissances mondiales dans ce conflit Rwando-Rwandais (Hutu-Tutsi) qui aura une expansion régionale, sous le contrôle des nouveaux maîtres de Kigali.

Dès la prise du pouvoir, le régime FPR forme un Gouvernement d’union nationale, dirigé par le Pasteur BIZIMUNGU (Hutu), Président de la république et le Général Paul KAGAME (Tutsi), vice-président, le 18 juillet 1994. En désaccord avec la vision politique et l’intolérance de Kagame, le Président Pasteur Bizimungu démissionne et quitte le FPR, le 24 mars 2000. Et le Général Paul Kagame devient président. Le 30 mai 2001, le Pasteur BIZIMUNGU fonde un mouvement d’opposition, le Parti Démocratique pour le Renouveau (PDR), «Ubuyanja» en Kinyarwanda. Ce parti sera interdit parce qu’accusé de ”divisionnisme ethnique”, le 19 avril 2002, le Pasteur BIZIMUNGU sera arrêté et condamné à 15 ans de prison. Très malade, il a été gracié et libéré le 6 avril 2007.

Le 25 août 2003 au Rwanda, il eût des élections Présidentielles, Monsieur Paul KAGAME fut élu Président à 95 %, et des élections législatives du 23 septembre au 2 octobre 2003 pour élire les Députés au Parlement. En 2008, on organisera des élections législatives du 15 au 18 septembre 2008, pour renouveler les mandats des députés.

Et le 09 août 2010, Monsieur Paul KAGAME sera réélu à 93 % avec très peu d’adversaires politiques car l’accusation ”divisionnisme ethnique” par le pouvoir FPR est fatale à tout opposant politique, le cas de Madame Victoire INGABIRE, illustre bien cet autoritarisme du système KAGAME.

Et dans l’entre-temps l’implication du pouvoir de Kigali dans la politique congolaise est affirmée, depuis la guerre de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL) conduite par Monsieur Laurent Désiré KABILA en 1996 à ce jour, pour des raisons dites sécuritaires et géopolitiques, suite à la présence militaire rebelle Hutu, constituée au départ par les anciens militaires de l’Armée Rwandaise. Ces réfugiés vivant majoritairement au Kivu et à faibles populations dans d’autres provinces du Congo-RDC, constitue un écueil majeur dans ces  communautés dont font partie les Hutus et Tutsis, avec leurs conflits ouverts ou latents importés des communautés-soeurs burundaises et rwandaises.

Comme pour le cas du Burundi, l’autoritarisme, l’exclusion et ethnicisme sont à l’origine de cette insécurité qui menace dans ce pays. Si l’on peut noter des efforts perceptibles dans le cadre des infrastructures de base, de l’éducation et la santé, nous constatons que la réconciliation et l’inclusion pourtant présentes dans certains textes légaux ne sont curieusement pas traduites dans les actes par des actuels gouvernants.

Le cas du Congo-Rdc

Le 30 juin 1960, le Congo-Léopoldville, avec ses 2.345.000 km2 et immenses ressources naturelles, accède à son indépendance, dirigé par le Président Joseph KASA-VUBU et le Premier ministre Patrice LUMUMBA. Il y eût l’Alliance des Bakongo du Bas-Congo (ABAKO) avec Joseph KASA-VUBU, le Mouvement national congolais (MNC) de Patrice Emery LUMUMBA avec Albert KALONJI et Thomas KANZA et Joseph ILEO, la Confédération des associations du Katanga (CONAKAT) de Moïse TSHOMBE, le Parti solidaire Africain (PSA) d’Antoine GIZENGA de Bandundu allié du MNC, et tant d’autres partis.

Il eût une grande crise institutionnelle avec des conséquences graves sur le plan sécuritaire et sociale, du 11 juillet 1960 au 24 novembre 1965, une succession des Gouvernements à Léopoldville (Kinshasa) et des Gouvernements autonomes inconstitutionnels installés par les sécessions au Katanga, au Kasaï et à la province Orientale à Stanleyville (Kisangani), des guerres ,  des massacres et l’exode des populations; c’est une période difficile.

Moïse TSHOMBE du CONAKAT déclara la sécession du Katanga et proclama la république autonome du Katanga, le 11 juillet 1960 à Elisabethville (Lubumbashi), qui prendra fin le 15 juillet 1963, à la capitulation des gendarmes katangais dont la majorité s’exila en Angola. Monsieur Albert KALONJI, autre leader du MNC du Kasaï, déclara la sécession grand Kasaï et créé sa République, le 5 août 1960, cette situation prendra fin au mois de septembre 1962. Le Gouvernement de Léopoldville, par son Premier ministre ordonne la reconquête de ces provinces par l’Armée nationale congolaise (ANC). La cohabitation politique sera très tendue entre Joseph KASA-VUBU d’ABAKO et Patrice LUMUMBA du MNC, les deux pères de l’indépendance.

A Léopoldville, le Premier ministre Patrice LUMUMBA est limogé le 04 septembre 1960, mis en résidence surveillée par le Colonel Joseph MOBUTU le 10 octobre 1960. Après une tentative de fuite de plus d’un mois, il sera arrêté le 01 décembre 1960 à Lodi, dans le district de Sankuru au Kasaï.  Patrice LUMUMBA sera transféré au ”camp militaire Hardy” à Thysville (Mbanza-ngungu) au Bas-Congo, avec ses deux compagnons Maurice MPOLO (ancien ministre des sports et jeunesse) et Joseph OKITO (ancien Vice-président du Sénat). Ils seront assassinés le 17 janvier 1961 à Elisabethville (Lubumbashi) au Katanga par le pouvoir sécessionniste de Moïse TSHOMBE, fait qui accentua la crise politique. Antoine GIZENGA qui a fui Léopoldville en octobre 1960, forme un Gouvernement autonome à Stanleyville en 1961 avec Pierre MULELE, Christophe GBENYE et général Victor LUNDULA, le premier Chef d’état major de l’Armée nommée par Patrice LUMUMBA.

Joseph ILEO du MNC, originaire du Nord, province de l’équateur, formera un Gouvernement provisoire qui tiendra  quelques jours, du 5 au14 septembre 1960, pour être destitué par le Colonel Joseph MOBUTU, chef d’Etat-Major de l’Armée congolaise. Il ordonne la formation d’un Gouvernement provisoire avec le  Collège des Commissaires généraux, dirigé par Justin BOMBOKO et Albert NDELE, en place du 14 septembre 1960 au 02 août 1961.

Le 02 août 1961, Cyrille ADOULA est désigné Premier ministre, Antoine GIZENGA vice-premier ministre et Christophe GBENYE ministre de l’intérieur par les Députés nationaux et provinciaux, réunis en Conclave en juin 1961 à l’université de Luvanium à Léopoldville (Kinshasa), forcés par le responsable de l’ONUSCO, la force de maintien de la paix. Ce gouvernement d’union nationale fonctionnera jusqu’au mois de juillet 1964. Mais sans Antoine GIZENGA, fidèle de LUMUMBA, récidiviste, ayant fait un voyage à Stanleyville qui causa des émeutes. Il sera déchu et emprisonné à Bula-bemba, au Bas-Congo jusque jusqu’au mois de septembre 1963. Et le 29 août 1963, dissolution du Parlement, Christophe GBENYE quittera le Gouvernement et forma le Conseil National de Libération (CNL) avec Pierre MULELE pour une rébellion dans le Kwilu en janvier 1964, Laurent KABILA et Gaston SOUMIALOT feront de même au Kivu et Nord Katanga. Antoine GIZENGA regagnera Stanleyville, avec l’Armée populaire de libération, où il proclamera la République libre du Congo le 05 septembre 1964, prenant les occidentaux en otage. Stanleyville sera libérée le 24 novembre 1964, grâce à l’intervention des troupes militaires Belges et Américaines.

Le 10 juillet 1964 à Léopoldville, sera formé un Gouvernement d’union nationale par Moïse TSHOMBE, rappelé de son exil d’Espagne. Fort du soutien de l’Occident, il promit la paix et la réconciliation des Congolais et la prospérité symbolisée par sa mallette diplomatique. Il fonda son parti politique CONACO (Conseil national congolais) qui lui permit de gagner les élections législatives du 26 mars 1965, il sera révoqué le 13 octobre par Joseph KASA-VUBU. Cette crise politique en plus, permit au Lieutenant Général Joseph MOBUTU, chef de l’Armée Congolaise de prendre le pouvoir le 24 novembre 1965.

Le Lieutenant-général Joseph MOBUTU, devenu Maréchal MOBUTU SESE SEKO, régnera en maître absolu. Les partis politiques furent interdits. Il y eût la pendaison des anciens ministres Evariste KIMBA, Emmanuel BAMBA, MAHAMBA et ANANY le 2 juin 1966 à la place Pont GABI à Léopoldville, les conjurés de la pentecôte, qui augura ce pouvoir totalitaire. Les amis de LUMUMBA partirent en exil et cela fût de même pour ceux de  Laurent KABILA, d Antoine GIZENGA, de Faustin MUNENE, etc. Il eût la création du Mouvement Populaire de la Révolution (MPR), le Parti-état. Il eût des guerres au Katanga, Shaba I et II en 1977 et 1978, avec les ex-gendarmes Katangais réfugiés en Angola, et Moba (I-II) en 1984 avec les troupes de KABILA. Et Etienne TSHISEKEDI, autrefois idéologue du MPR, avec ses 12 amis parlementaires qui se révoltèrent pour créer l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), en février 1982. Ils furent persécutés et relégués dans des lieux éloignés. Ils seront un peu soulagés à la libéralisation du multipartisme le 24 avril 1990, lors de la fin de la guerre froide (Ouest-Est), juste après la chute ”du mur de Berlin en décembre 1989”.

Le pays plongea à nouveau dans la crise politique. Une lutte politique ardue entre le MPR de MOBUTU et UDPS de TSHISEKEDI pour l’avènement de la Démocratie. La Conférence Nationale Souveraine (CNS) ouverte le 07 août 1991 au Palais du peuple à Kinshasa, connut des soubresauts, suspension des travaux du 21 octobre au 10 décembre 1991, reprise le 11 décembre et suspension le 19 décembre 1991 sur ordre de NGUZ-KARL Ibond, Premier Ministre du moment. La reprise devient réelle le 05 avril 1992. Le 14 septembre 1992, ce fût l’élection du Premier ministre, le  premier chef de gouvernement sous MOBUTU. Le 06 décembre 1992 des travaux clôturent  avec l’Acte Constitutionnel et un Gouvernement de transition, le Haut conseil de la République (Parlement), le Conseil électoral (Commission) et un calendrier électoral. Tout ce travail fût suivi par blocage et négociations intermittentes et interminables jusqu’à l’avènement de l’AFDL en 1997.

Autant de gouvernements pendant sept ans, d’Etienne TSHISEKEDI nommé Premier ministre le 30 septembre et révoqué le 21 octobre 1991 par MOBUTU, Bernardin Mungul Diaka Premier ministre le 23 octobre 1991, et remplacé par Nguz-Karl-Ibond en application des accords du palais de Marbre, le 25 novembre 1991. Le 14 août 1992, TSHISEKEDI élu Premier ministre et est chargé de former un gouvernement d’union nationale par la CNS. MOBUTU le destitue le 05 février 1993, il nomme Faustin BIRINDWA Premier ministre, co-fondateur de l’UDPS et compagnon de TSHISEKEDI, le 03 avril 1993. Il y a deux gouvernements en place celui de la CNS et de MOBUTU, une troisième voie est proposée par la Communauté internationale (USA-Belgique-France), KENGO WA DONDO est nommé Premier ministre en juin 1994. Le général Norbert LIKULIA lui succédera le 09 avril 1997, dans un climat de fin de régime annoncé par la victoire militaire de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL) conduite par Laurent Désiré KABILA.

Enfin en 1996, le Zaïre connut la guerre menée par les armées de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL), issues du Conseil National de Resistance pour la Démocratie (CNRD) de André NGANDU KISASE, de l’Alliance Démocratique des Peuples (ADP) de Déogratias BUGERA, du Parti de la Révolution Populaire de Laurent-Désiré KABILA et du Mouvement Révolutionnaire du Zaïre (MRZ) de MASASU NINDAGA; tous réunis pour chasser MOBUTU du pouvoir avec l’aide de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi, de l’Erythrée, de l’Angola, de la Tanzanie, du Zimbabwe et de la Namibie. Au bout de six mois l’AFDL vaincra le système MOBUTU, le 17 mai 1997. Et Laurent-Désiré KABILA s’autoproclama Président du Congo, le 17 mai 1997 et il forma un Gouvernement de salut public le 20 mai 1997 à partir de Lubumbashi.  Il prêta serment le 29 mai 1997 à Kinshasa au Stade des Martyrs. Il gouvernera par Décret-Lois et il suspendra les activités des partis politiques. Un pouvoir autocratique s’installa encore à Kinshasa.

Le 2 août 1998 à Kinshasa, l’AFDL se disloque, une autre guerre civile commença et qui se poursuivra dans les provinces de l’Est, au Bas-Congo et à l’Equateur. BIZIMA Karaha et Azarias RUBERWA, transfuges de l’AFDL, avec quelques anciens dignitaires, fondent le Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD), le 16 août 1998 à Goma. En septembre 1998, à partir de Kampala, Jean-Pierre BEMBA, fonde le Mouvement de Libération du Congo (MLC) avec l’appui des militaires de l’Armée Zaïroise et d’autres proches du régime déchu. Cette guerre aura une dimension régionale, d’une part avec le soutien de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi aux mouvements rebelles, et d’autre part avec l’aide de l’Angola, du Zimbabwe, de la Namibie et du Tchad au Gouvernement de KABILA soutenu par les milices Rwandaises (assimilés habiuellement aux ex FAR et Interahamwe ) et les milices Congolaises d’autodéfense populaires (Maï-Maï). Cette guerre durera plus de deux ans avec plus d’un million des morts directement ou indirectement, destruction des villages, viols des filles et femmes, un cycle de violence. Entre-temps, le Président Laurent KABILA fut assassiné à Kinshasa, le 16 janvier 2001. Il sera succédé par son fils Joseph KABILA, le 26 janvier 2001.

Il y eût auparavant des négociations politiques entre les belligérants, les Accords de cessez-le feu de Lusaka du 10 juillet 1999. Suivis par le Dialogue intercongolais de Sun City en Afrique du Sud du 25 février au 12 avril 2002 sous la conduite du facilitateur KEMITULE MASIRE (ancien président du Botswana) et de Moustafa NIASSA (envoyé Spécial du Secrétaire général de l’ONU, Koffi ANNAN), les négociations de Pretoria I et enfin Pretoria II.

Enfin à Pretoria, le 17 décembre 2002 a été conclu l’Accord Global Inclusif entre le Gouvernement de Joseph KABILA, les Mouvements rebelles et les Partis politiques non armés et les délégués de la société civile,  définissant un cadre pour la formation d’un Gouvernement d’union nationale – un Président et 4 vice-présidents -, sur proposition du Président Thabo MBEKI de l’Afrique du Sud, assorti d’un projet de Constitution et d’un calendrier électoral. Et il eût des élections Législatives et Présidentielles en 2006 et Joseph KABILA élu Président au second tour le 29 octobre 2006, accompagnées des combats entre les militaires du Candidat à la Présidence, Jean-Pierre BEMBA vice-président sortant, et les troupes de l’Armée Congolaise loyales au Président sortant Joseph KABILA; deux fois, aux mois d’août 2006 et mars 2007. Il eût des morts, le malheureux perdant parti en exil. Il est en prison à la Haye, arrêté par la Cour Pénale Internationale. Entre-temps, Floribert Chebeya Bahizire, président de la Voix des Sans Voix (VSV), une organisation de défense des droits de l’homme, a été assassiné par le système au pouvoir, à Kinshasa au mois de juin 2010. Et les élections législatives et présidentielles de novembre 2011 s’annoncent dans un climat politique très tendu.

 Lire tout le texte : fichier attaché PDF

Related Files

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire