Rwanda : Paul Kagame partira-t-il en 2017 ?
+
Rubrique : Actualité


Publié le 15 Nov 2011 par Gaspard Musabyimana

L’article 101 de la Constitution rwandaise prévoit que « le président de la République est élu pour un mandat de sept ans renouvelable une seule fois. En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels ». Paul Kagame, à la tête du pays depuis 2003, a brigué un second mandat en 2010. Si la loi est respectée, il devrait céder la place à un autre en 2017. La question qui est sur toutes les lèvres des analystes politiques est de savoir s’il partira ou s’il sera tenté de modifier la Constitution en vue de se représenter pour une 3è mandat à la magistrature suprême.

Certains observateurs avaient pensé que Paul Kagame allait procéder à la « Poutine ». L’ex-président de l’URSS a placé son homme de paille au Kremlin et a occupé la place de premier ministre tout en continuant de tirer les ficelles à la tête de l’Etat. Medvedev s’apprête maintenant à lui céder la place au terme de son mandat.

Profitant du renouvellement du Sénat, le président rwandais, a placé son pantin Jean Damascène Ntawukuriryayo à la présidence de cette Chambre  haute et a nommé son cousin Bernard Makuza, ex-premier ministre, comme sénateur. Parmi ces deux fidèles, Paul Kagame risquait d’y trouver son « Medvedev » qui pourrait alors lui servir de paravent pendant un mandat en attendant son retour.

Ce scénario est en train d’être battu en brèche au vu de l’évolution de la situation politique au Rwanda. Il devient de plus en plus évident que Paul Kagame va changer la Constitution pour pouvoir  briguer un 3è mandat de 7 ans.

Le 28 janvier 2011, quand un journaliste de la chaîne Al Jazeera  demanda au président rwandais s’il n’allait pas changer le Constitution pour rester à la présidence du pays, il  répondit par la négative. Il dit que ce serait malhonnête de sa part.

Dans la foulée, le ministre de la sécurité intérieure Sheikh Mussa Fazil Harerimana a laissé entendre que son parti, le Parti Démocrate Idéal (PDI), allait demander que la Constitution soit changée pour que Paul Kagame puisse rester à la tête du pays après 2017. Il est à souligner que le PDI est un parti satellite du FPR de Paul Kagame. Selon des informations qui commencent à filtrer, le PDI aurait déjà élaboré un projet d’une nouvelle Constitution à soumettre au Parlement. Le professeur Anastase Shyaka, conseiller du gouvernement en matière de bonne gouvernance, s’est empressé de démentir les propos du ministre Harelimana dans une interview accordée au journal ougandais Daily Monitor du 10/11/2011. Il les a considérés comme une blague.

Malgré ce démenti officiel, le Conseil supérieur des officiers rwandais, réunis autour de leur chef militaire, le général Kagame, la question est revenue sur le tapis. Les généraux Fred Ibingira et Jack Nziza auraient demandé, selon le journal en ligne Umuvugizi de novembre 2011, que la Constitution soit changée pour permettre au chef des Armées, de se représenter pour un 3è mandat. A y voir de très près, il est à parier qu’après avoir vendu l’idée à certains partis politiques, à l’armée, d’autres représentants des différents secteurs de la vie nationale seront sollicités par le FPR pour des déclarations confortant cette manœuvre.

Un adage français dit qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Toutes ces déclarations ne peuvent être que des manipulations du FPR, qui préparent l’opinion nationale et internationale aux changements envisagés pour pérenniser Paul Kagame au pouvoir. On sait comment les élections se passent au Rwanda. Par des fraudes massives organisées au plus haut niveau et par des intimidations de toutes sortes, le président est élu avec des scores staliniens de plus de 90% des voix.

Le changement de la Constitution en vue de se maintenir au pouvoir n’est pas un phénomène nouveau dans la région des Grands Lacs. En Ouganda, le président Museveni, au pouvoir depuis janvier 1986, a changé la Constitution pour rester président de l’Ouganda après des simulacres d’élections qu’il a remportées en février de cette année pour un nouveau mandat de 5 ans. Son opposant, Dr Kizza Besigye et ses partisans, ont été mis en prison car ils protestaient contre cet état de choses. Paul Kagame a sans doute pris des leçons chez son mentor Yoweri Museveni.

Le général Kagame à la tête du Rwanda après 2017, c’est presque déjà acquis. 

Zédoc Bigega
15/11/2011

###google###

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire