Actualité des Grands Lacs – Semaine du 12 au 18 novembre 2011
+
Rubrique : Actualité


Publié le 19 Nov 2011 par Gaspard Musabyimana

En RDC, beaucoup d’observateurs s’interrogent sur la tenue des élections à la date du 28 de ce mois. Le vice-président de la CENI a créé un certain émoi en suggérant que les élections pourraient se tenir le 2 ou le 5 décembre, tout en affirmant que la CENI était prête à 99, 9 %, des propos qu’il a démenti quelques jours après. Tandis qu’un nouvel arrivage de bulletins électoraux en provenance d’Afrique du Sud a eu lieu et que tous les bulletins électoraux auraient été imprimés selon la CENI, le président de cette même CENI a affirmé que tout le matériel électoral serait déployé le 25 novembre. Il s’est aussi félicité de l’opération d’accréditation des témoins, des observateurs, des journalistes, etc., bien que des plaintes aient été émises quant à une discrimination entre observateurs nationaux et étrangers et qu’il y ait un manque d’engouement des partis sur ce sujet : en conséquence de quoi, l’opération a été prolongée d’une semaine.

Des inquiétudes se font jour également sur la campagne électorale qui, selon des analystes politiques, est très pauvre en termes de contenu et de débat d’idées. Etienne Tshisekedi, revenu d’Afrique du Sud, pays à propos duquel on se perd en conjectures sur les motifs d’un soutien éventuel au président de l’UDPS, a réitéré à Kisangani ses propos incendiaires de la semaine dernière, bien que son entourage démente qu’il y ait eu des appels à la violence. À ce propos, le président de la CENI a mis en garde ceux qui troubleraient l’ordre public en en appelant à une éventuelle intervention de la CPI, dont le procureur, saisi également par le ministre de la Justice congolais, déclare qu’il suit attentivement la campagne électorale en RDC. Majorité et opposition ont salué cet appel à la CENI, bien que l’UDPS se plaigne de l’arrestation arbitraire d’une trentaine de ses militants. De son côté, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a menacé de sanctions les journalistes de Lubumbashi qui s’affrontent et s’insultent mutuellement.

Par ailleurs, un membre d’une ONG qui a accompagné le vice-président de la CENI à Bruxelles estime que les scrutins pourraient être contestés et provoquer des violences post-électorales, tandis que des ONG réunies autour de l’Observatoire des manifestations publiques invitent le gouvernement et la CENI à prendre des dispositions pour éviter les affrontements électoraux trop fréquents et qu’un collectif d’ONG des droits de l’homme est même en faveur du report des élections. Enfin, une ONG des droits de l’homme dénonce l’utilisation des mineurs dans la campagne électorale à Kisangani où elle note cependant avec satisfaction qu’il n’y a pas eu d’incidents dans la foulée du meeting d’Etienne Tshisekedi dans cette ville.

On notera toutefois qu’Etienne Tshisekedi et le président Kabila qui font l’objet d’appréciations diverses et de sondages aux résultats contradictoires, se sont tous deux retrouvés à faire campagne dans le Kivu, où les petits partis sont à la peine, sans qu’il n’y ait eu d’incidents. Par ailleurs, au Kasaï Oriental, l’UDPS a annoncé qu’elle ne provoquera aucun incident lors de la visite dans cette province du président de la République en campagne, tout en prévenant que le parti n’acceptera pas de « provocations ». Les incidents relevés cette semaine portent sur la plainte du parti de Vital Kamerhe, qui est actuellement en campagne en Equateur, à propos de tracts contre son arrivée à Kindu, sur des affrontements entre militants de l’UDPS et le gouverneur du Kasaï Oriental qui fait campagne pour le président Kabila, sur de nouveaux heurts entre les militants de l’UDPS et de l’UNAFEC à Kamina et sur une accusation du président de l’Assemblée nationale concernant l’assassinat du Secrétaire exécutif du PPRD en Espagne par des militants de l’UDPS. 

Toujours dans le domaine de la campagne électorale, on signalera que l’UE et les Etats-Unis ont annoncé qu’ils allaient fournir du matériel à la police nationale pour sécuriser les élections.

Dans le domaine de l’armée et de la sécurité, le seul incident signalé au Kivu – Maniema concerne un mouvement de fuite de la population en territoire de Kabambare (Maniema) suite à l’annonce d’une attaque du FDLR. En Province Orientale, les FARDC sont accusés d’imposer des travaux forcés à la population à une centaine de km de Bunia.  En territoire de Dungu, un convoi de marchandises a été attaqué par des hommes armés non-identifiés tandis qu’une marche de la colère a eu lieu contre l’insécurité provoquée par la LRA qui pille les récoltes de riz : ce dernier mouvement rebelle est dans le collimateur du Conseil de Sécurité.

Dans le domaine économique, on signalera l’arrestation de quatre opérateurs économiques à Mbuji-Mayi : ils sont accusés d’inciter au non-paiement de taxes, ceci dans le contexte d’une campagne électorale agitée. Enfin, l’Afrique du Sud et la RDC ont signé un accord pour relancer le méga-complexe d’Inga.

Au Burundi, Reporters sans Frontières dénonce de nombreuses intimidations dans des media privés. On signalera aussi le lancement d’un projet visant à l’appui par l’UE et le gouvernement de la société civile.

Au Rwanda, le gouvernement annonce avoir reçu des Pays-Bas des documents incriminant l’opposante Victoire Ingabire. Au TPIR, an ancien maire de Kivumu a été condamné à 15 ans de prison pour le génocide de 2.000 Tutsi : son comportement a été dicté par la contrainte et non par la haine ethnique.

Kris Berwouts
EurAc
19/11/2011

Related Files

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire