RDC: Pour des élections qui consolident la démocratie
+
Rubrique : Actualité


Publié le 23 Nov 2011 par Gaspard Musabyimana

Moins de deux semaines nous séparent de la date prévue pour les élections présidentielles et législatives en RDC. EurAc se prépare à envoyer une mission d’observation électorale avec presque 90 observateurs européens qui travailleront en soutien des observateurs de la société civile congolaise encadrés par l’organisation partenaire Agir pour des Elections Transparentes et Apaisées (AETA). Il ne se passe pas de jours sans qu’on se demande quelles élections allons-nous observer ? La question devrait être posée, peut-être, dans les termes suivantes : de quelles élections a besoin le peuple congolais pour tourner définitivement la page du conflit et consolider le processus de démocratisation commencé avec les élections de 2006 (et jamais complété à cause de la non-tenue des élections locales) ?

Le peuple congolais a sûrement besoin d’un processus électoral apaisé, dans le quel les tons du débat politique n’embrassent pas les signes de violence physique et verbale dont nous avons été témoins dans les dernières semaines. A savoir : les actes de violence avec les affrontements entre des membres du parti au pouvoir et de certains partis de l’opposition comme l’UDPS ; l’incitation à la violence et à la haine dans les discours d’un leader politique de la taille d’Etienne Tshisekedi ; les actes d’intimidation à l’égard des défenseurs des Droits de l’Homme ; l’insécurité persistante dans plusieurs provinces du pays qui empêche la majorité des candidats et des candidates de mener leurs campagnes électorales. Le peuple congolais a besoin d’élections bien organisées avec une implication active et consciente de la population, en tant qu’électeurs ou candidats.

Certes, il faut reconnaitre les efforts du gouvernement congolais qui a largement financé ce processus ; les efforts de la CENI qui travaille incessamment pour la mise en place du processus électoral ; l’engagement de la MONUSCO qui donne sa contribution précieuse pour le déroulement pacifique de ces élections ; le déploiement par l’Union Européenne d’une large mission d’observation électorale avec le but de donner une vision impartiale sur le déroulement des élections. Cependant, la distribution du matériel électoral sensible et non sensible connait encore des retards importants ; il y a eu très peu de soutien à la société civile de la part du gouvernement congolais et de la communauté internationale pour qu’elle puisse développer son travail d’éducation civique indispensable pour une participation active des électeurs et constructive des candidats ; il y a des voix insistantes non officielles d’un possible report ou découplage des élections par plusieurs acteurs impliqués dans le processus qui ne facilitent pas l’organisation de ces élections.

Le peuple congolais a besoin que l’homme qui sera élu président (il ne peut être qu’un homme vu le déplorable manque de femmes candidates pour les élections présidentielles et la diminution du nombre de femmes candidates pour les législatives par rapport à 2006) soit élu suite à un processus électoral juste et transparent pour qu’il puisse revendiquer la légitimité de son mandat. C’est seulement avec la participation de tous les acteurs politiques congolais, que le processus électoral en RDC pourra être sauvé et qu’on pourra parler de consolidation de la démocratie qui reste, à ce jour, trop embryonnaire, mais de la quelle nous voudrions être témoins et soutiens.

Donatella Rostagno
Policy Officer à EurAc
22/11/2011

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire