Rwanda : Les problèmes politiques non résolus resurgissent à Bruxelles chez les…Congolais !
+
Rubrique : Actualité


Publié le 7 Déc 2011 par Gaspard Musabyimana

On était habitué à la rhétorique du régime de Paul Kagame qui présente  le Rwanda comme  un havre de paix en Afrique centrale, où la corruption est inconnue, où le développement économique est fulgurant, où toutes les couches de la population vivent en harmonie grâce à la politique de réconciliation prônée par le parti-état FPR dès sa prise du pouvoir par les armes en 1994, etc., etc.

Toute cette propagande rondement menée a pour objectif d’occulter le fait que le Rwanda de Paul Kagame  a exporté le conflit dans les pays voisins notamment en RDC, qu’il est un état-policier où chaque citoyen espionne et est espionné par son voisin et même par son cohabitant, que la corruption lourdement sanctionnée aux bas niveaux fait rage dans le cercle restreint qui contrôle le pouvoir et que la grande majorité des Rwandais (toutes ethnies confondues) sont des citoyens de seconde zone par rapport à un petit groupe de Tutsi venus d’Ouganda. Mais ce nuage de mensonges risque de se dissiper à travers différents événements apparemment non directement liés au Rwanda.

Ainsi, depuis les élections présidentielle et législative en RDC du 28 novembre 2011, la tension est montée d’un cran dans le quartier africain (plutôt congolais) de Matongué à la Porte de Namur, dans l’une des 19 communes de l’agglomération bruxelloise Ixelles. Les manifestants sont des partisans de l’opposition au président sortant Joseph Kabila. Ils entendent protester contre les fraudes massives en faveur de ce denier qui auraient marquées ces élections et rappellent que le Rwanda serait derrière cette opération. De là à s’en prendre à tout ce qui ressemble au Rwandais, il n’y avait qu’un pas qui a été vite franchi lors des manifestations du 5 au 6 décembre 2011 à Bruxelles.

En effet, d’après les pages publiées ce 6 décembre 2011 sur le site pro-gouvernemental www.igihe.com, des ressortissants rwandais auraient été agressés sur base de leur « faciès » (entendez par là : pour avoir été identifiés comme des Tutsi) et certains auraient vu leurs commerces saccagés. L’ambassadeur du Rwanda à Bruxelles a déclaré suivre de près la situation. Quelques excités congolais auraient également balancé un cocktail Molotov sur les grillages de l’entrée de l’ambassade du Rwanda à Paris. Les mêmes scènes se seraient produites à Toronto au Canada et à Londres.

Ainsi, pour avoir verrouillé tout espace politique à l’intérieur de ses frontières et pour avoir exporté ses problèmes vers les pays voisins, le régime du FPR de Paul Kagame constitue une bombe à retardement qui non seulement est prête à exploser au Rwanda même, mais aussi partout où vivent ceux qui ont été affectés par le leadership de Paul Kagame imposé  sur la région des Grands-Lacs grâce au soutien de  ses parrains internationaux, au mépris des populations locales (les Congolais, les Ougandais, les Burundais,…).

C’est bien connu, les solutions pour résoudre les problèmes de la région se concoctent à l’extérieur. Mais les incidents de Bruxelles consécutives aux élections en RDC devraient interpeller les « décideurs »  du monde que leur approche qui consiste à laisser la plaie rwandaise béante (une dictature militaire implacable et  imperméable à la démocratie) et d’ aller panser les plâtres en RDC ou au Burundi (des démocraties certes fragiles mais réelles et prometteuses) restera improductive et que la bombe rwandaise  qu’ils continuent de maintenir sous le boisseau leur  « pétera » de temps en temps  « dans la figure ».

Quand est-ce que ces grands décideurs du monde qui font la pluie et le beau temps dans la région des Grands Lacs comprendront-ils que les Rwandais ont aussi le droit de vivre en démocratie dans leur pays tout comme les Congolais, les Burundais,  les Tanzaniens ou les Kenyans ?

Ghislain Mikeno
08/12/2011

###google###

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire