Rwanda : des taxes sur les propriétés foncières et les maisons d’habitation
+
Rubrique : Actualité


Publié le 30 Déc 2011 par Gaspard Musabyimana

Ce 29/12/2011 a eu lieu à Kigali une réunion dirigée par le premier ministre. Parmi les mesures annoncées figurent celles de  taxer tous les propriétaires fonciers ayant des terres de 2 ha (200 m sur 200 m)  ou plus. Il en sera de même de toutes les maisons d’habitation sur tout le territoire national.

Dans ce cadre, un recensement a été opéré dans tout le pays.  Cette nouvelle taxe, une de plus, s’inscrit bien dans la politique sournoise,  -mais combien criminelle !-, pratiquée par le FPR envers les paysans rwandais.

Taxe sur les maisons d’habitation

Il y a peu, plus de 100.000 maisons en paille ont été détruites au Rwanda pour obliger la population à construire des "habitations modernes". Peu de gens ont pu se conformer à cette exigence et sont devenus des « sanslogis ». Comme si cela ne suffisait pas, ceux qui ont ces maisons dites modernes (couvertes de tôles ou de tuiles) sont eux aussi dans le collimateur du pouvoir. Ils devront s’acquitter d’un impôt d’habitation. Il est évident que celui qui ne pourra pas s’en acquitte devra quitter sa maison et devenir lui aussi un « sans-logis ». A terme, dans ces conditions, le citoyen rwandais qui dort à la belle étoile, lui et sa famille, ne pourra qu’être terrassé par la faim et les maladies de toutes sortes et la mort s’en suivra. Le régime de Paul Kagame aura ainsi atteint un de ses objectifs : celle de réduire une partie de la population rwandaise à sa plus simple expression.

Impôt sur la propriété foncière

En novembre 2010, Emmanuel Neretse écrivait sur ce site  ce qui suit : « Le régime du FPR de Paul Kagame est en train d’effectuer un recensement de toutes les possessions des terres sur tout le territoire national. Ce qui semble en apparence normal. Mais pour les observateurs avertis, il s’agit d’un pas supplémentaire pour que l’élite tutsi venue d’Ouganda puisse mettre la main sur ce qui restait comme biens appartenant aux paysans.

En effet, après le recensement et l’enregistrement de tous les domaines fonciers, le régime va imposer des redevances aux propriétaires. Les taux seront si exorbitants qu’aucun rwandais moyen ne pourra payer. Il sera donné un délai au-delà duquel la parcelle ou le champ sera vendu aux enchères si les redevances n’étaient pas payées. Devinez qui seront les acquéreurs ? Les riches tutsis venus d’Ouganda qui ont amassé des fortunes en pillant la RDC et en monopolisant toutes les activités commerciales et financières depuis leur conquête du pays. Ainsi la boucle sera bouclée : le paysan rwandais […] sera condamné à ne plus jamais être propriétaire dans un pays qu’il croyait être le sien. Il sera ainsi spolié « légalement » des terres léguées par ses ancêtres pour qu’il comprenne qu’il doit se soumettre aux maîtres qui ont conquis le pays en 1994. [….] La campagne actuelle d’enregistrement des domaines fonciers vise à retirer au menu peuple ce qui lui restait comme biens et qui le liait encore au pays de ses ancêtres, à savoir, la terre. Voici comment une clique de prédateurs sans vergogne peut s’emparer en si peu de temps du pouvoir, de l’avoir et du savoir de tout un pays ».

L’auteur de l’article avait tout prédit.

Avec des dirigeants pareils, le peuple rwandais n’est pas au bout de ses peines.

Jane Mugeni
29/12/2011

###google### 

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire