Quelques membres de l’Assemblée nationale sous la 1è République
+

Banzi Wellars/Gisenyi
Baganizi/Gisenyi


Banzi Wellars/Gisenyi


Biseruka/Gitarama


Busunyu/Cyangugu


Byungura Charles/Kigali


Gashirabake/Kibungo


Gashumba/Byumba


Gasingwa/Butare (APROSOMA)


Habyarimana Joseph Gitera/Butare (APROSOMA)

###google###


Gumiliza Esron/Cyangugu


Habimana Crysante/Kibungo


Hakizimana Evariste/Kigali


Iyakagaba/Cyangugu


Kabiligi/Cyangugu


Kalyango Servilien/Byumba


Kanamugire Gaétan/Cyangugu


Kanyamahanga Charles/Kigali


Kanyandekwe Joél/Kibuye


Kanyezamu Paul/Kigali


Karema Etienne/Kibungo (UNAR)


Kozivuze


Kwigize/Byumba


Mafurebo/Cyangugu


Mberabahizi/Gisenyi


Mbonyumutwa Dominique/Gitarama


Misago/Butare


Mpiranya Mathias/Ruhengeri


Mudenge Canisius/Butare


Mugabowakaniga/Byumba


Mukakayange Angela/Butare


Mulihano Bénoît/Gitarama


Munyagasheke Isaac/Gikongoro


Munyangaju Aloys/Butare (APROSOMA)


Munyanziza


Munyarugerero André/Ruhengeri


Musilikari/Butare


Mwambutsa/Kigali


Ndahayo Claver/Gitarama


Ndekezi Gaétan/Kibuye


Ndutiye


Ngwabije/Cyangugu


Nibaseke Lucien/Byumba


Niyonzima Max/Gitarama


Nkeramugaba/Gikongoro


Nkikabahizi


Nshunguyinka/Kibungo


Nterarubango/Kibungo


Nzabonimpa/Gisenyi


Nzeyimana Isidore/Butare


Rubayita/Kigali


Rukeba François/Kigali (UNAR)


Rugira Amandin/Butare


Rutabagisha Amiel/Kibuye


Rwamakuba Déogratias/Butare


Rwangombwa/Byumba (UNAR)


Sebapolisi/Ruhengeri


Sebazungu Isidore/Kibungo


Sebihire Christophe/Byumba


Segatwa/Gisenyi


Semasenge/Gisenyi


Sentama Godefroid/Gitarama


Sezirahiga/Butare


Shamukiga Daniel/Butare


Shirampaka Athanase/Kigali


Temahagali Justin/Byumba


Ubalijoro Anaclet/Byumba


Utumabahutu Jean Baptiste/Gitarama


Zigiranyirazo Protais/Gisenyi

Commentaires

Chers responsables du site musabyimana.net,

Je tiens à vous remercier des informations que vous mettez si généreusement à notre disposition. Ce qui me plaît bien dans vos articles, c’est que vous n’essayer jamais de vendre les résultats de vos recherches ou votre savoir comme la seule vérité qui puisse exister. Vous laissez aux lecteurs la liberté – et au fait le devoir – de faire son choix. Ici je pense aux écrits inflamatoires intellectuellement malhonnêtes adressés á votre égard de la part par exemple d’un certain SMS.

Les photos des quelques membres de l’Assemlée nationale de la prèmiere République, des gouvernements de la prèmière et deuxième Républiques m’ont amené à vous proposer une nouvelle rubrique: « Que sont-ils devenus? ». Je m’excuse d’abord de n’avoir pas pensé d’abord à votre temps et à vos ressources, tant humaines que financières.

Les photos des membres de l’Assemblée Nationale ont complété l’image que j’avais des noms qui figuraient sur les bulletins de vote de cette période de la première République. Lorsque je lis aujourd’hui des articles sur les soi-disant « premières élections libres » au Rwanda actuel, je m’enrage à cause soit de l’ignorance des experts auto-proclammés, soit de leur intention de nuir ou de la combinaison des deux.

Vous rappelez-vous aussi peut-être des bullettins de vote et enveloppes distribués par avion et des électeurs qui, prenant au plus grand sérieux le secret du vote, faisaient leur choix la nuit et en chuchotant, avantde fermer l’enveloppe qu’ils ameneraient le lendemain au bureau de la commune? Personne ne serait venu à l’idée d’insérer plusieurs bulletins de vote dans une enveloppe.

Je reviens maintenant sur les photos elles-mêmes et l’idée de la rubrique « Que sont-ils devenus? ». Les anecdotes qui suivent incarnent le mieux le sort commun des Rwandais, bien loin de leur appartenance ethnique respective: la discrimination, le mépris des riches à l’encontre des pauvres.

  1. Monsieur Augustin Kamoso, ministre des Affaires Sociales, était en route vers sa région natale et sa voiture est tombée en panne dans la dense forêt naturelle de Nyungwe. Comme le système de dépannage comme tel n’existait pas – encore pour les plus jeunes, le téléphone portable n’existait pas encore -, le ministre et son chauffeur n’avaient qu’à attendre et espérer que le ciel allait envoyer du secours. En effet, après quelques heures(?) arriva un autocar (un bus) du service de transport en commun (parent de l’ONATRACOM, Office National du Transport en Commun) et le ministre Augustin Kamoso fit sortir tous les passagers de l’autocar pour l’occuper lui seul et son chauffeur. Il a continué son voyage et laissé des citoyens rwandais à leur merci, dans la forêt de Nyungwe. Il n’a jamais demandé pardon aux Rwandais. Ses enfants ont subi -et subissent peut-être encore- des traitements leur rappelant l’idiotie de leur père.
  2. Monsieur Casimir Bizimungu était ministre de la santé. Il y eut une fois des questions pertinentes sur l’emploi du budget national, car il était devenu d’usage – disait-on- que les riches et leurs amis se faisaient soigner à l’etranger, même lorsqu’il s’agissait d’un simple mal de tête. Lorsqu’on demanda à Monsieur Casimir Bizimungu, comment on décide quel malade doit être envoyé dans des hôpitaux à haute performance, il a répondu par un proverbe rwandais qui dit que s’il y a peu d’eau, elle revient au taurreau le plus fort (Iyo amazi abaye make, aharirwa imfizi).
  3. Monsieur Charles Kanyamahanga, ministre des Travaux publics et de l’équipement, était parti à Rulindo et envoya son chauffeur faire d’autres besognes, pour venir le récupérer à une certaine heure convenue. Le chauffeur tarda, pour une raison ou une autre, et Monsieur le ministre ne voulut même pas attendre cinq minutes. Il marcha à pied jusqu’à son bureau et remplit le formulaire d’indemnités kilométriques en prenant soin de changer le titre en indemnités podométriques. Cette réctification était d’une importance capitale -insistait-il-, car il avait fait des « Humanités Latin-Grecques ».

Y a-t-il un autre lecteur ou une lectrice qui a pensé aussi au lien entre le dévéloppement du réseau routier rwandais et la symbiose entre les anciens membres de l’Assemblée Nationale, du gouvernement et les populations des campagnes d’où ils ressortaient? Qui se rappelle encore de ces travailleurs dénommés « cantonniers », qui s’occupaient des routes et des petits ponts?

Je souhaite que les anciens dirigeants qui sont encore en vie, ou leurs enfants ou petits enfants, nous fassent part de leur vue sur l’histoire du Rwanda. L’ancien Premier Ministre du Rwanda, Monsieur Bernard Makuza (qui a fait des Humanités Latin-Sciences et plus tard le droit) serait un candidat de premier rang.

Encore une fois merci et Courage.

M. Kazitunga
03/01/2012

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire