La population rwandaise plongée dans la misère : des signes qui ne trompent pas
+
Rubrique : Actualité


Publié le 28 Mar 2012 par Gaspard Musabyimana

En dépit de la propagande du régime qui claironne partout que le niveau de vie des Rwandais s’est rehaussé à l’image de la ville de Kigali où des immeubles appartenant à la clique au pouvoir poussent comme des champignons, plusieurs signes montrent que la population s’enfonce de jour en jour dans la misère. En mettant de côté les statistiques arrangées par les services de propagande du régime, les rapports des « experts » mandatés et rémunérés par le même régime, les rapports des institutions internationales politiquement motivés au service des puissances ayant créé le mythe «  Kagame et son régime », des faits anodins et terre à terre rendent mieux compte de la réalité de la situation désastreuse dans laquelle se débat la population rwandaise sous le joug du Front Patriotique Rwandais (FPR) depuis 1994.

Rapports de certaines ONG et récits des journalistes

Certaines ONG, en rendant compte de leurs activités, relèvent sans le vouloir le coin du voile que constitue les mensonges du régime et font découvrir l’étendue de la misère. Ainsi, une ONG qui s’occupe des enfants, « World Vision », révèle que les enfants rwandais sont mal nourris et que le kwashiorkor fait rage. Ce qui oblige cette ONG à offrir au moins un repas complet à chaque enfant par jour. Les plus vieux d’entre nous se souviendront de la période des années 60 juste après l’indépendance quand les « Centres Nutritionnels » ont été disséminés dans le pays pour justement éradiquer le kwashiorkor et que cette campagne avait connu un succès car avant l’agression du FPR, il n’y avait plus d’enfants mal nourris et ayant besoin du porridge pour compléter leur alimentation.

D’autres rapports font état d’un manque criant d’eau potable dans les campagnes de façon que dans le monde, mais principalement au Rwanda, « un enfant meurt toutes les 17 secondes » par manque d’eau potable. Le journal gouvernemental Imvaho nshya du 27/03/2012 déplore cette situation par un reportage fait à l’Est du pays, à Nyagatare, où la population se contente d’une eau de fange, une sorte de boue presque liquide, mêlée de déjections ou de matières en décomposition. Elle partage cette denrée rare avec les vaches dans les prairies, faute de fontaines.

Au mois d’avril 2009, le Président Paul Kagame a été en visite à Kirehe. Il a été lui-même frappé par le fait que des gens étaient atteints de kwashiorkor et que d’autres étaient hospitalisés à cause de la malnutrition. Depuis lors, la situation alimentaire n’a cessé d’empirer.

La presse non officielle a rapporté que presque chaque semaine, des étudiants de l’université s’évanouissent d’inanition après avoir passé plusieurs jours sans manger. Sur les collines, dans ce que le régime a surnommé les Midugudu (habitat groupé), presque chaque jour, des cadavres de personnes mortes de faim, ou qui n’ont pas eu l’argent pour aller se faire soigner, sont ramassés.

Les faits divers

La rumeur a circulé comme quoi les paysans en manque de nourriture n’hésitent plus à manger de la viande de chien. Malheureusement après vérification, même la presse du régime a confirmé ce constat. Quand on sait que « manger du chien » est une insulte dans la culture rwandaise, on comprend jusqu’à quelle bassesse extrême la misère générée par le régime qui ne se soucie que de l’enrichissement de sa clique et de son image à l’extérieur, a poussé les populations.

Parmi les causes des meurtres recensés par les services de polices, plus de 80 % ont pour cause la faim et les disputes autour de l’assiette. Presque chaque mois, il est rapporté un meurtre entre époux dû au manque de nourriture.

Les annonces des autorités

En annonçant les coupures franches dans les salaires des agents de santé, la Ministre de la santé Agnès Binagwaho a implicitement reconnu que le régime vise à promouvoir la misère. Comment en effet autrement comprendre, quand le pouvoir d’achat continue de baisser et que les plus modestes peinent à accéder aux services les plus essentiels, c’est le moment que choisit le gouvernement pour faire des coupures nettes dans les revenus des agents du secteur le plus proche des besoins de la population que constituent les médecins, les infirmiers et infirmières ?

Comme un corps étranger, le régime du FPR personnifié par le général Paul Kagame, n’a aucune considération pour la population rwandaise qu’il a conquise en 1994. Il s’emploie à remplir les poches de la clique au pouvoir, à épater l’opinion extérieure par une propagande bien huilée et un lobbying couteux, tout en réduisant le Rwanda à la seule ville de Kigali de laquelle il a chassé ses habitants autochtones. A l’intérieur du pays, la misère fait rage, les enfants meurent de kwashiorkor, les vieux meurent d’inanition et certains bravent l’interdit jusqu’à manger du chien. Ce que certains journalistes cyniques appellent « le miracle rwandais » devrait plutôt être appelé « le malheur rwandais ».

Gaspard Musabyimana
28/03/2012

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire