RDC: la Commission électorale a échoué…
+
Rubrique : Actualité


Publié le 19 Avr 2012 par Gaspard Musabyimana

RDC: Pour une véritable réforme de la CENI

Que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ait échoué dans sa mission d’organiser des élections justes et transparentes semble désormais être reconnu par la quasi totalité des acteurs nationaux et internationaux qui ont joué un rôle dans le processus électoral en RDC. La seule exception est faite par le président de la CENI lui-même qui, se dit satisfait de la manière dont l’institution qu’il préside a su relever les énormes défis que ces élections représentaient.
En clair, plusieurs acteurs sont d’accord sur le fait que l’actuelle CENI a perdu toute sa crédibilité. Pour cette raison, elle ne peut pas, dans sa composition actuelle, organiser la suite du processus électoral qui prévoit des élections provinciales et locales qui sont aussi fondamentales pour la poursuite du processus de démocratisation du pays.
Depuis plusieurs années, EurAc plaide pour la tenue des élections locales car il est convaincu  qu’elles représentent la seule garantie d’une participation active de la population congolaise dans l’élection de ses représentants.  C’est pour cela que nous réitérons, la nécessité d’éviter à tout prix l’acceptation du fait que les prochaines cinq années se passent sans que des instances politiques proches de la population soient mises en place.
Il nous semble, par contre, qu’une unanimité manque par rapport aux solutions envisagées pour sortir de la profonde crise politique dans laquelle le pays est tombé au lendemain des élections présidentielles et législatives. Plusieurs représentants de la société civile congolaise, y compris le réseau d’AETA avec qui EurAc a observé les élections de novembre 2011, ont donné leur adhésion à une pétition dans la quelle ils demandent d’un côté la démission de la CENI, et de l’autre, la représentativité réelle de la société civile dans le bureau de la nouvelle CENI.
Dans ce cadre, la mission d’observation de l’Union Européenne recommande un investissement dans l’éducation civique, pour la quelle les organisations de la société civile congolaise sont expertes, et la restructuration de la CENI «afin de la rendre véritablement paritaire, de garantir une bonne représentation de la Société civile et de prendre en compte la nouvelle réalité politique ». 
Pour EurAc, qui soutient l’idée d’accorder à la société civile la possibilité de jouer un rôle actif dans le processus électoral, une CENI réellement indépendante ne doit pas passer par une désignation de ses membres par les partis politiques, car cela aboutirait inéluctablement à une politisation à outrance de cette institution. 
Comme indiqué dans son dernier communiqué, EurAc demande à l’Union Européenne d’appuyer la suite du processus électoral en RDC, si certaines conditions sont remplies. Celles-ci incluent la désignation des membres de la CENI selon un modèle dans le quel les membres sont choisis sur base de leurs qualités personnelles, leurs expériences professionnelles et leur intégrité. 
Puisque nous avons eu la preuve que le modèle de CENI dont les membres ont été recrutés sur base de leurs appartenances politiques a échoué, les acteurs engagés dans le processus démocratique doivent prendre leur courage à deux mains.  Ils doivent accepter le modèle qui aurait du être appliqué depuis longtemps et qui est le seul à relever le défi réel d’aujourd’hui et de demain. A savoir : donner un vrai pouvoir au peuple congolais pour qu’il soit à la fois au début et à la fin du processus de démocratisation de son pays.

Donatella Rostagno,
Secrétaire Exécutif AI d’EurAc

Lire tout le bulletin ci-dessous en fichier attaché

###google###

Related Files

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire