Actualité des Grands Lacs – Semaine du 14 au 20 avril 2012
+
Rubrique : Actualité


Publié le 24 Avr 2012 par Gaspard Musabyimana

En RDC, la principale nouvelle de la semaine est la nomination d’un nouveau Premier ministre, l’ancien ministre des Finances, Augustin Matata Mpoyo, un technocrate peu politisé et reconnu pour sa compétence : proche des milieux financiers internationaux et originaire du Maniema, fief du Chef de l’Etat, sa nomination a été généralement bien accueillie à Kinshasa, chez les diplomates et surtout à Kindu où la nouvelle a suscité des manifestations de joie. Parmi les autres nouvelles politiques, on signalera qu’aucun recours à la CSJ n’a jusqu’ici été déclaré fondé par cette Cour.

De son côté, l’Union européenne conditionne son financement à la suite processus électoral au suivi des recommandations de son rapport, à un budget crédible et à un calendrier réaliste. Concernée au premier chef, la CENI, qui a établi le calendrier des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs devenus députés, a annoncé, dans la foulée d’un atelier d’évaluation, que les élections provinciales auraient lieu en janvier 2013 et a promis  de respecter les recommandations de cet atelier, notamment concernant le nombre élevé des omis les listes électorales, la mise en œuvre d’une cartographie correcte pour les sites de vote, la participation de la société civile, le fichier électoral etc.

Du côté des partis politiques, alors que le conflit pour le poste de secrétaire général du PPRD se poursuit au Kasaï Oriental, l’UDPS a radié 33 des 42 députés au motif qu’ils ont accepté de siéger à l’Assemblée nationale, tandis qu’Etienne Tshisekedi, pour lequel une nouvelle manifestation de soutien a encore eu lieu à Bruxelles, a créé une nouvelle plate-forme politique, la « majorité présidentielle populaire ». Enfin, à l’Assemblée nationale, l’opposition s’apprête à nommer sans tarder son porte-parole conformément à la constitution.

Malgré le retour à une certaine normalité avec la fin des désertions au Nord et au Sud Kivu des officiers proches de Bosco Ntaganda, dont  Amnesty International et Human Rights Watch réclament une nouvelle fois l’arrestation immédiate, l’insécurité continue à prévaloir dans l’est du pays. Alors que plus de 2.500 enfants soldats sont répertoriés, un rapport de 13 ONG nationales et internationales réclame un accord de toute urgence sur la réforme du secteur de la sécurité de la part du gouvernement et de la communauté internationale, réforme à laquelle la Russie déclare vouloir prendre part, notamment en traquant la LRA de Joseph Kony dont deux dirigeants américains affirment que « ses jours sont comptés ». 

Sur le terrain, au Sud Kivu, les Maï-Maï Yakutumba refusent de libérer quinze villages occupés dans la région de Baraka et réclament 25 millions $, tandis que des hommes armés ont sévi dans les territoires de Walungu et d’Uvira. Au Nord Kivu, des combats ont opposé les FARDC à la milice APCLS, alliée au FDLR, tandis que des exactions commises par les FDLR et le PARECO ont entraîné de nouveaux déplacements de population en territoire de Masisi et que dix villages du territoire de Walikale sont passés sous le contrôle des Maï-Maï Cheka .

En Province Orientale, on a pu observer des déplacements de population vers l’Ouganda suite à une présence importante des miliciens de Cobra Matata du FRPI et qui attendent toujours des autorités congolaises une décision sur leur intégration dans les FARDC. Enfin, au Katanga, les affrontements entre les FARDC et des milices ont entraîné plus de 18.000 déplacés en territoire de Mitwaba.

Dans le domaine économique, deux ONG suisses accusent le groupe Glencore de violations des droits humains et des normes environnementales ainsi que d’évasion fiscale en RDC. Par ailleurs, il est toujours question de l’affaire de la prospection pétrolière dans le Parc des Virunga : le ministre belge des Affaires étrangères a fait part au Parlement belge de l’envoi d’une lettre à son homologue britannique pour attirer son attention sur cette question.

Dans le domaine social, la grève des médecins s’est radicalisée depuis le 2 avril, mais le syndicat des médecins a finalement appelé à la reprise du travail dans la foulée de la menace du Premier ministre intérimaire de bloquer les primes de risque des médecins grévistes.

Au Burundi, une conflit oppose la Commission nationale des terres et autres biens au parti tutsi UPRONA à propos de l’attribution des terres aux réfugiés qui sont rentrés au pays.

En Ouganda, un nouveau projet de loi criminalisant l’homosexualité a été déposé au Parlement. Dans le domaine économique, les conflits fonciers menacent certaines parties septentrionales du pays.

Au Rwanda, 23 officiers supérieurs ont été promus au rang de général. Par ailleurs, la principale opposante au régime, Victoire Ingabire, déclare avoir perdu définitivement confiance dans un déroulement correct de son procès : elle accusé l’exécutif d’interférer avec le judiciaire.

EuraAC
24/04/2012

 ###google###

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire