Actualité des Grands Lacs – Semaine du 21 au 27 avril 2012
+
Rubrique : Actualité


Publié le 27 Avr 2012 par Gaspard Musabyimana

En RDC, le climat d’insécurité reste de mise dans l’est du pays, principalement au Kivu où l’ « affaire Ntaganda » est loin d’être close. Bien que 14 militaires de l’ex-CNDP ont été transférés à Bukavu pour y être jugés et qu’un millier de militaires de ce groupe ait été transféré à Kananga, ce dont se félicite la société civile, trois officiers loyaux à Bosco Ntaganda ont encore déserté avec leurs hommes et se sont rendus à Kitshanga au Nord Kivu tandis que 300 militaires du CNDP auraient rallié les Maï-Maï Cheka dans le territoire de Walikale.

Dans cette province, où l’ONG Heal Africa, a recensé 112 cas de violences sexuelles en mars dernier, des Maï-Maï ont tendu une embuscade qui a fait neuf morts dont deux colonels en territoire de Walikale, tandis qu’une autre attaque Maï-Maï a eu lieu contre un camp militaire en territoire de Beni où l’on dénonce aussi des exactions de militaires. Au Sud Kivu, on relèvera des échanges de coups de feu entre soldats des FARDC qui ont duré six heures dans le territoire de Kalehe.

En Province Orientale, la société civile du Bas Uélé dénonce la complicité entre les FARDC et des braconniers qui sont peut-être des déserteurs, tandis qu’au Nord Katanga, les militaires sont accusés de pillage, de trafic d’or et d’ivoire dans le territoire de Malemba-Nkulu.

Sur le plan régional et toujours dans le domaine de la sécurité, une campagne contre le rebelle Joseph Kony se déploie dans certaines grandes villes américaines. La position de ce chef rebelle semble devenir très fragile, mais l’administration Obama a prolongé la mission de la centaine de conseillers militaires présents dans la région.

Dans le domaine politique, pendant que le Premier ministre récemment nommé poursuit ses consultations avec les partis liés à la majorité présidentielle et avec quelques indépendants, l’opposition, qui avait mal ressenti la manière dont avait été nommé les membres du bureau, a accepté de reprendre sa place à l’Assemblée nationale et demande la présidence de trois commissions parlementaires. Cette Assemblée, qui est désormais composée de 16 groupes parlementaires et qui va travailler avec le Sénat existant « pour doter la RDC de lois claires, diverge sur la tenue des élections provinciales en janvier 2013 : le problème de la légitimité des gouverneurs en place et du Sénat (dont les membres sont élus par les assemblées provinciales) est en effet posé.

Du côté de la CSJ, celle-ci, qui a déjà traité 350 recours sur 500, a jugé insuffisant le délai de 60 jours qui lui est imparti pour l’examen de ces recours : elle a cependant déjà invalidé les mandats de 32 députés, dont la plupart appartiennent à la coalition au pouvoir, et a décrété que les élections étaient invalides dans un seul territoire seulement (au lieu de 7 où des violences et/ou des fraudes ont eu lieu), celui de Masisi où les élections devraient être recommencées par la CENI. Pour ce qui regarde cette même CENI, le problème de la paie des arriérés des agents électoraux et policiers commis à la surveillance des bureaux de vote reste pendant dans plusieurs provinces.

Par ailleurs, on signalera que l’ASADHO a rédigé un rapport sur les faibles avancées démocratiques en RDC, rapport où il est question d’une « démocratie de papier » et auquel le gouvernement a répondu en évoquant les efforts qu’il a consenti.

Dans le domaine des droits de l’homme, la même ASADHO a dénoncé les menaces de mort contre des défenseurs de l’environnement qui luttent contre l’éventualité de l’exploration pétrolière dans le Parc des Virunga. De son côté, Journalistes en danger demande au nouveau Premier ministre de garantir la liberté d’expression et de presse afin de redorer l’image démocratique du pays.

Dans le domaine économique, un groupe d’investisseurs américains a été reçu par le Premier ministre intérimaire dans le cadre de la faisabilité de deux projets au barrage d’Inga au Bas Congo et à celui de Mobayi en Equateur.

Au Burundi, une ONG dénombre 160 personnes tuées de manière mystérieuse au cours du premier trimestre de cette année.

En Ouganda, une vague de protestation de femmes a déferlé sur le pays suite au cas d’une burundaise malmenée par la police.

Au Rwanda, le parquet a requis la prison à perpétuité pour l’opposante Victoire Ingabire, accusée de « complicité de terrorisme » et de « propagation de l’idéologie de génocide ». Par ailleurs, le premier accusé transféré du TPIR à la justice rwandaise, un pasteur pentecôtiste, a comparu pour la première fois devant un tribunal.

EurAC
27/04/2012

###google###

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire