RDC : Les clés de la paix pour le Kivu
+
Rubrique : Actualité


Publié le 21 Mai 2012 par Gaspard Musabyimana

Le Nord-Kivu est à feu et à sang à cause des hommes du général Bosco Ntaganda qui sont aux prises avec les Forces armées congolaises. C’est la population civile qui en paye un lourd tribut. Elle a traversé la frontière pour fuir les combats et se retrouve dans des camps de réfugiés au Nord du Rwanda. Entre-temps, Kigali et Kinshasa multiplient des rencontres. Les chefs de la diplomatie, des renseignements, etc. s’activent et leurs rencontres se terminent par des communiqués vaseux.

Pourtant, dans les deux pays, tout le monde sait où se trouve le problème. Mais personne n’ose franchir le pas pour proposer une solution, qui va de soi.

Le problème du Kivu, c’est le Rwanda. Depuis que le FPR a lancé son armée sur la RDC pour détruire les camps des réfugiés hutu en 1996-1997, il a ensuite créé le phénomène Banyamulenge et l’AFDL pour envahir ce pays. Il a poussé son aventure jusqu’à Kinshasa pour détrôner Mobutu et introniser LD Kabila. Celui-ci a été vite assassiné, en janvier 2001, car il devenait indomptable. Le Dr Théogène Rudasingwa, ex-Directeur de cabinet du président Paul Kagame, a affirmé que c’est le président rwandais qui a organisé cet assassinat. LD Kabila a été remplacé par "son fils", qui reste sous l’emprise de Paul Kagame dont il a été garde du corps selon certaines sources.

Paul Kagame est donc le mentor du président congolais et de ce fait, il fait ce qu’il veut en RDC. Une petite rétrospective le montre à suffisance. En juin 2004, un certain colonel Jules Mutebusi a saccagé le Sud-Kivu et sa capitale Bukavu pour ensuite trouver réfuge au Rwanda. Après lui, ce fut le tour du général Laurent Nkunda qui a fait main basse sur le Nord-Kivu et n’a cessé de malmener les habitants de la ville de Goma et de sa région. Pour le soustraire de la justice pour ses crimes de guerre, le Rwanda l’a "arrêté" en 2009. Il a été remplacé par son adjoint, le général Bosco Ntaganda, qui est en train de faire le malheur des populations civiles du Nord Kivu et de sa région.

Nkunda-Ntaganda-Makenga

Or, Laurent Nkunda est un officier de l’armée du Front patriotique rwandais (APR). Il a participé à la prise de Kigali par le FPR en juillet 1994. Son successeur, Bosco Ntaganda, est, selon le journal Slate Afrique, né à Ruhengeri au Rwanda en 1973 de parents rwandais. Il a appris le métier des armes au sein l’Armée Patriotique Rwandaise (APR). Il a été lancé au Congo à partir de 1996  avec l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL) de Laurent-Désiré Kabila pour chasser Mobutu en mai 1997. Il sera ensuite membre du Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD-Goma), mouvement politico-militaire soutenu par le Rwanda et qui tentera, sans succès, de renverser Laurent-Désiré Kabila en août 1998. Après ce fiasco, Bosco Ntaganda va se replier sur le Nord-Kivu. En 2002, il est l’un des organisateurs des massacres des membres de la tribu Lendu en Ituri en soutien aux Hema, proches des Tutsi rwandais. L’homme recherché aujourd’hui par la CPI pour des crimes contre l’humanité, est insaisissable. Et pour cause, on le dit réfugié à la frontière rwando-congolaise ou même au Rwanda, sa mère-patrie !

L’adjoint de Bosco Ntaganda, le Colonel Makenga, vient de fonder le M23, un changement de nom pour faire oublier les forfaits du CNDP des généraux Laurent Nkunda et Bosco Ntaganda.

L’intérêt pour le Rwanda à asseoir son autorité sur le Kivu, via ses officiers-liges, est principalement économique. Sur ce point, les FDRL sont utiles à Paul Kagame qui en profite pour brandir leur menace afin de garder l’emprise sur les matières premières de la région. Car les généraux Nkunda, Ntaganda, et maintenant Makenga ont entre autres pour mission de sécuriser les corridors de « transferts » des « matières premières à une clientèle d’hommes d’affaires rwandophones, pour ne pas dire Tutsi dans la région », note toujours Slate-Afrique.

Le Rwanda est une épine dans le pied de la géante RDC. Extraire cette épine demande la détermination des hommes et des femmes congolais qui peuvent prendre leur courage à deux mains et dire non à l’annexion d’une partie de leur pays par le Rwanda. Voilà la solution.

Gaspard Musabyimana
21/05/2012

###google###

La RDC est infiltrée jusqu’au sommet de l’Etat, dixit LD Kabila (Vidéo)

###NEWS_VIDEO_1###

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire