Actualité des Grands-Lacs – Semaine du 2 au 8 juin 2012
+
Rubrique : Actualité


Publié le 9 Juin 2012 par Gaspard Musabyimana

En RDC, les mutineries, violences, exactions et pillages, qui inquiètent un certain nombre d’institutions internationales, humanitaires et politiques, et de diplomaties occidentales ainsi que le clergé local, continuent plus que jamais à sévir, en particulier au Nord Kivu. En ce qui concerne la mutinerie, on assiste à une succession d’accrochages et d’accalmies en territoire de Rutshuru — où s’est rendu le Premier ministre qui a été interpellé par la population de Bunagana — et à une situation de statu quo, tandis que la MONUSCO s’est déployée dans les zones de combat mais uniquement pour protéger les populations.

Les mutins du M23 refusent toute responsabilité dans les déplacements de population et dans un éventuel « génocide » des Tutsi qui en découlerait : dans le territoire de Rutshuru, le bétail d’un éleveur tutsi a été décimé et un policier a été tué, ce qui fait craindre des représailles au sein d’une population inquiète.

De son côté, Human Rights Watch revient à la charge sur le soutien actif de militaires rwandais dans la mutinerie, question qui a fait l’objet d’un débat et d’interpellations à l’Assemblée nationale, débat qui n’a pas satisfait les membres de l’opposition dont certains accusent le Rwanda d’agression caractérisée. Dans ce contexte, on notera également que le CNDP qui, en tant que formation politique liée à Bosco Ntaganda et anciennement à Laurent Nkunda, avait appelé à voter pour le président Kabila a fait savoir qu’il quittait la majorité présidentielle.

Toujours au Nord Kivu, où les FARDC sont surtout occupées à la réduction de la mutinerie, on continue à assister à des affrontements entre l’armée régulière et des bandes Maï-Maï de tout acabit dans les territoires de Beni, de Walikale et de Lubero, tandis que, dans les territoires de Masisi et de Lubero, les FDLR, parfois alliés avec des mouvements locaux, perpètrent des exactions, font fuir les populations et n’hésitent pas à lever des taxes dans les localités qu’ils occupent.

Au Sud Kivu, un nouveau mouvement de rebelles hutu rwandais a vu le jour dans le territoire de Walungu : il a repris l’appellation ancienne des FDLR, l’ALIR.

En Province Orientale, on observe des déplacements de population de l’Ituri vers l’Ouganda, déplacements qui sont liés à l’annonce de la création d’une coalition de divers groupes armés, tandis que des notables et chefs coutumiers de la même région demandent des négociations avec le chef de guerre Cobra Matata.

Réagissant à l’insécurité, un député de l’opposition a initié une marche de soutien à l’armée et « contre la guerre dans l’Est », manifestation qui a été interdite. De son côté, le président Kabila a appelé les officiers des FARDC à la discipline : à l’instar de son Premier ministre, il a exclu toutes négociations avec ceux qui la refusent et qui seront « pourchassés et écrasés ». Le président congolais n’a fait aucun état du document de la MONUSCO sur l’appui  rwandais aux mutins : à ce propos, la ministre rwandaise des Affaires étrangères juge la MONUSCO irresponsable.

Dans le domaine politique, le Premier ministre a présenté sa feuille de route dans six domaines du secteur public pour les cent premiers jours de son mandat : cette feuille de route va du rétablissement de l’ordre dans l’est à la répression contre les « mauvais conducteurs » dans les transports publics. Son gouvernement a par ailleurs arrêté le budget 2012 qui portera sur 8 milliards $. En ce qui concerne la suite du processus électoral, la CENI, dans laquelle un député veut voir inclure des représentants de la société civile, a actualisé ses outils de gestion et a publié un nouveau calendrier électoral qui prévoit que les élections provinciales auront lieu le 25 février 2013 et qui s’étalera jusque mars 2014. En province, on signalera que le gouverneur du Kasaï Occidental a été démis de sa fonction par une coalition de députés de la majorité et de l’opposition.

Dans le domaine de la justice, Human Rights Watch a réagi négativement à la décision des juges de la CPI qui avaient estimé que la requête pour l’arrestation du secrétaire général du FDLR manquait de clarté et de spécificité. On signalera dans cette livraison la publication d’une chronologie de l’affaire Chebeya, ce militant des droits humains assassiné en il y a deux ans.

Au Burundi, le président d’une ONG des droits humains a mis en lumière l’amnistie « confidentielle » que s’est octroyé le président de la République qui avait été condamné par contumace en 1998 pour crimes de guerre, ce qui ne manque pas de poser des problèmes constitutionnels et politiques. Par ailleurs, l’ancien associé d’Hussein Radjabu, président de l’UPD et condamné à 13 ans de prison, a été libéré dans une affaire d’atteinte à la sécurité intérieure. Enfin, l’armée burundaise a exécuté sommairement un des chefs du nouveau groupe rebelle opérant à partir de la RDC : une association des droits de l’homme évoque à ce sujet la multiplicité inquiétante des exécutions extra-judiciaires.

En ce qui concerne l’Ouganda, un rapport de l’ONU informe que Joseph Kony, chef de la LRA, continue à enlever des centaines d’enfants pour en faire des soldats et des esclaves sexuels.

Pour ce qui regarde le Rwanda, les anciens casques bleus émettent de sérieux doutes sur la présence de missiles français dans l’arsenal de l’armée rwandaise à l’époque de l’attentat contre l’avion d’Habyarimana.

Eurac

###google### 

Related Files

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire