Actualité des Grands Lacs – Semaine du 23 au 29 juin 2012
+
Rubrique : Actualité


Publié le 29 Juin 2012 par Gaspard Musabyimana

En RDC, la mutinerie du Nord Kivu, qui passe par une succession de périodes d’accalmie et de combats et qui aurait été rejointe par quelques centaines officiers et des soldats de l’ex-CNDP, ce que dément le porte-parole du gouvernement, fait toujours l’objet de graves accusations sur l’implication directe du Rwanda. Bien qu’un rapport du Groupe d’experts des N.U. ait dans un premier temps omis toute référence à cette implication, un document non publié jusqu’ici sur le site onusien  et émanant de ce groupe fait état de « preuves accablantes » sur des livraisons d’armes rwandaises aux mutins, document dont le Rwanda déplore la publication.

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, qui a effectué une visite éclair à Bruxelles où elle et son homologue belge, lequel a « pris note » du rejet du document du Groupe d’experts, ont évoqué la nécessité d’une solution à « des problèmes de fonds » récurrents dans cette région : la ministre rejette toute accusation et met en cause l’efficacité de la MONUSCO. En réponse, la représentante spéciale adjointe du Secrétaire Général des N.U., qualifie de « ridicules et graves » les accusations de passivité ainsi celles qui concernent des collusions de la MONUSCO avec le FDLR dans des trafics miniers.

De son côté, la directrice de communication de Paul Kagame accuse la RDC de vouloir relancer une coopération avec le FDLR. Côté congolais, le ministre des Affaires étrangères met en garde le Rwanda contre « une rupture sérieuse de la paix », tandis que le porte-parole du gouvernement exige que le Rwanda cesse d’alimenter la guerre au Congo : toutefois, les ponts ne sont pas rompus puisque les ministres de la défense des deux pays se sont rencontrés à Goma en fin de semaine.

Dans ce contexte de vive tension et d’impuissance diplomatique, le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne se dit « préoccupé » par la situation et le développement d’une mutinerie qui est « condamnée » par l’Union Africaine.

Quant au Conseil de Sécurité, il a prorogé d’un an la mission de la MONUSCO, ce dont les autorités congolaises se réjouissent. Celle-ci aura toujours comme priorités « la protection des populations » (alors que celles-ci n’ont pu l’être puisque plus de 200.000 personnes ont encore été déplacées du fait de la mutinerie – NDA) et la réforme du secteur de la sécurité : le Conseil a également condamné la mutinerie et tout soutien extérieur, sans toutefois nommer le Rwanda. Toujours à propos de cette mutinerie, on notera aussi dans cette livraison, une contribution assez exhaustive sur son histoire et ses origines.

En dehors des lieux touchés par cette mutinerie et toujours au Nord Kivu, on relèvera de nouvelles attaques des FDLR qui seraient massivement présents dans le territoire de Walikale.

Au Sud Kivu, les personnes déplacées rentrent timidement chez elles après les attaques Maï-Maï et FDLR dans le territoire de Kalehe où les populations dénoncent des tracasseries de la part des FARDC. Par ailleurs, des Maï-Maï auraient tenté de s’emparer de l’aéroport de Kavumu, mais sans y réussir.

En Province Orientale, le chef d’Etat-major en opération dans le district de l’Ituri appelle de chef de guerre Cobra Matata, qui a déclaré vouloir s’intégrer aux FARDC, à attendre les ordres avant de regrouper ses hommes. Par ailleurs, le chef Maï-Maï Morgan s’est emparé de la réserve d’okapi au sud de Bunia où il tue les animaux et se livre à du rançonnage. Enfin au Katanga, des affrontements continuent à avoir lieu entre les Maï-Maï du groupe Gédéon et les FARDC près de Manono.

Toujours dans le domaine de la sécurité, on notera que la Belgique a accepté de diriger une mission d’instruction à l’école de génie de Likasi. Par ailleurs, une controverse s’est fait jour entre deux chercheurs basés aux Etats-Unis sur les fondements et les acteurs de l’insécurité en RDC.

Sur le plan politique, l’Assemblée nationale a voté le budget 2012 qui prévoit entre autres une augmentation de 10 % du salaire des fonctionnaires. Du côté de la poursuite du processus électoral, la CENI, qui a présenté son rapport d’évaluation à l’Assemblée nationale en soulignant la trop grande autonomie des centres locaux de compilation et le manque de temps qui a manqué pour la tenue des élections, indique qu’elle n’a pas de moyens suffisants pour l’organisation des élections dans les territoires où celles-ci ont du être annulées et qu’elle n’en a pas non plus pour les élections municipales et locales.

En province, une moitié des députés du Nord Kivu exigent la démission du bureau de l’assemblée, tandis qu’en Equateur, le ministre de l’Intérieur s’est rendu à Mbandaka pour tenter de régler la longue crise qui secoue l’assemblée provinciale. Enfin, du côté de l’opposition, Etienne Tshisekedi a fait sa première sortie publique à Kinshasa où il a participé à une messe pour la paix dans l’est du pays. Le porte-parole de son Mouvement présidentiel populaire (MPP) et président de la Démocratie Chrétienne, Eugène Diomi Ndongala, est par ailleurs porté disparu : il serait accusé de viol sur deux mineures, mais sa famille et son parti évoquent un « enlèvement politique ».

Dans le domaine des droits de l’homme, une manifestation en hommage au militant Floribert Chebeya a été interdite par le gouverneur de Kinshasa pour des motifs de sécurité publique : elle a été reportée à une date ultérieure, un certain nombre d’organisation des droits humains ayant demandé une manifestation d’envergure nationale.

Par ailleurs, en Province Orientale, un mouvement de femmes dénombre plus de 60 cas de violences sexuelles à Wamba. On signalera enfin que le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel appelle les media à agir « avec professionnalisme en privilégiant les regards susceptibles de promouvoir la cohésion sociale et l’unité nationale » en cette période d’hostilité dans l’est du Congo.

Dans le domaine économique, le ministre des Mines a interdit toute exportation de minerais du Maniema via les villes du Kivu : ces exportations devront désormais avoir lieu par Kalemie. Toujours dans le domaine minier, le FMI appelle la RDC à plus de transparence dans ce secteur : l’octroi de fonds a été suspendu depuis l’an dernier du fait de ventes secrètes de sociétés minières. Enfin, le ministre de l’Economie et du Commerce a interdit toute activité du commerce de détail par des non-Congolais.

Au Burundi, l’armée déclare avoir anéanti un groupe armé venu de la RDC. Dans le domaine politique, la coalition des opposants refuse toujours de participer au Forum permanent de dialogue qui, selon eux, serait manipulé par le parti au pouvoir. En matière de justice, une mesure de grâce présidentielle est intervenue pour désengorger les prisons où des tortures ont lieu et où les conditions de détention sont très précaires.

Dans le domaine régional, les Nations unies demandent que la force de l’Union africaine chargée d’en finir avec Joseph Kony et la LRA soit correctement équipée et formée alors que l’on en est nulle part dans ce domaine.

 EurAC
30/06/2012

###google###

Related Files

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire