Rdc-Rwanda:imbroglio ou marché de dupes ?
+
Rubrique : Actualité


Publié le 2 Sep 2012 par Gaspard Musabyimana

Depuis avril 2012, une nouvelle rébellion dénommée M23 a éclaté dans la province de l’Est de la RDC, le Nord Kivu. Elle est constituée par les militaires tutsi congolais qui avaient été intégrés en 2009 suite à un accord conclu entre une ancienne rébellion tutsi au nom de CNDP, accord qui garantissait l’impunité aux rebelles, l’intégration avec rangs et grades pour les militaires et la transformation du CNDP en parti politique.

Deux ans après cet accord, les Tutsi congolais ont estimé que l’accord n’avait pas été appliqué et ils se sont donc mutinés lançant ainsi une nouvelle rébellion. A moins de quelques semaines, les mutins s’emparèrent de plusieurs localités du Nord Kivu et parvinrent même à étendre leur zone d’influence jusqu’à la frontière avec l’Ouganda humiliant au passage les militaires gouvernementaux qui ont fui en Ouganda en abandonnant armes et bagages aux mutins au poste frontalier de Bunagana.

Le gouvernement de la RDC dénonça, preuves à l’appui, l’implication du Rwanda dans cette nouvelle flambée de violence à l’Est de la RDC. Des ONG comme Amnesty International, Human Right Watch confirmèrent les allégations de la RDC comme quoi c’est le gouvernement de Kigali qui a initié le projet de rébellion, formé et équipé les combattants du M23 et qui les appuie sur le terrain. Un rapport du Groupe des experts des Nations Unies publié le 27 juin 2012 démontra, avec les moindres détails, l’implication du Rwanda dans la nouvelle guerre imposé au peuple congolais de l’Est de la RDC.

Depuis lors, le gouvernement de Kigali mène une campagne vigoureuse pour réfuter ces accusations. Du 28 au 30 août 2012, une délégation conduite par la ministre des affaires étrangères Louise Mushikiwabo a remué ciel et terre pour réfuter les accusations de la RDC et pour dénigrer le Groupe d’Experts en s’adonnant, comme à son habitude, aux attaques « ad hominem » en brandissant l’épouvantail du « génocide ». Le chef de ce Groupe d’Experts, Steve Hege, est particulièrement visé puisqu’il a été qualifié par Kigali de « négationniste et de véhiculer l’idéologie du génocide ». Accusations très graves dans le Rwanda de Paul Kagame car il risque, s’il y met le pied, une peine de réclusion à perpétuité. Espérons qu’il ne commettra pas l’imprudence d’atterrir à Kigali, car rien n’indique qu’il pourrait  s’en tirer comme son compatriote Maître Peter Erlinder qui fut accusé des mêmes crimes pour être venu défendre l’opposante Victoire Ingabire, présidente du parti FDU empoisonnée depuis 2 ans pour avoir osé venir se présenter aux élections contre le général Kagame en 2010. Peter Erlinder fut relâché après deux mois de détention dans la fameuse prison de Kigali appelée « 1930 ».

Malgré l’agitation de la diplomatie agressive du FPR, et les moyens colossaux consacrés à cette campagne, il semble que peu de chancelleries sont convaincues par ces dénégations. En tout cas la prestation devant le Conseil de Sécurité n’a pas convaincu et sauf intervention d’un « deus ex machina » que d’aucuns  peuvent deviner, le régime de Kagame devrait être condamné et des sanctions prises contre lui et ses proches.

Coup de théâtre

L’on notera que la ligne de défense de Kigali consiste à dire qu’il n’y a aucun soldat rwandais en RDC depuis 2009 après les opérations conjointes avec l’armée congolaise, opérations dénommées « Umoja wetu » et Kimya leo ».  Kigali avait alors déclaré avoir retiré la totalité de son contingent mais sans indiquer quels étaient les effectifs de ce contingent. Le gouvernement de la RDC lui-même ne savait pas combien de militaires rwandais étaient venus dans ces opérations et encore moins combien étaient rapatriés. Le coup de théâtre sera frappé quand le général James Kabarebe, actuel ministre de la Défense du Rwanda et ancien Chef d’Etat-major général des Armées congolaises en 1997, a déclaré, le 29 août 2012  à la journaliste Colette Brackman du quotidien belge le Soir. L’officier « rwando-congolo-ougandais… » a déclaré que deux compagnies des Forces Spéciales Rwandaises opéraient au Kivu depuis 2009 et qu’elles étaient stationnées à Rutshutu au Nord Kivu. Un communiqué du porte-parole du ministère de la Défense précisa les modalités de ce retrait : ces éléments vont rentrer au Rwanda le 01 septembre 2012 par l’itinéraire : Rutshuru-Kibumba-Kabuhanga-Mudende.

Questionnement

Devant un tel imbroglio, on ne peut que se poser des questions sans d’ailleurs avoir l’espoir d’en obtenir des réponses :

  1. Comment le retrait « total » des soldats rwandais en 2009 a pu être à l’époque crédible aux yeux du monde et surtout du gouvernement congolais alors que le concerné lui-même est obligé de le démentir 2 ans plus tard ?
  2. Qui dit que ce retrait de 2012 est cette fois-ci « total » contrairement à celui de2009 annoncé lui aussi comme « total » ?
  3. Le ministre rwandais de la Défense indique que ces unités des Forces Spéciales rwandaises étaient basées à Rutshuru. Or, l’on sait que Rutshuru est tombé sous le contrôle du M23 depuis juin 2012. Comment le Rwanda faisait pour ravitailler ses unités sans entrer sur le territoire congolais ? Comment ces Forces Spéciales ont cohabité avec les nouveaux maîtres de Rutshuru en l’occurrence le M23 puisque les forces gouvernementales congolaises ont déserté la localité ? Qui connaît le matériel avec lequel ces Forces Spéciales rwandaises avaient en leur possession et garantir qu’elles rentrent avec tout ce matériel sans rien laisser au M23 qui les a hébergé au moins depuis avril 20012 ?
  4. Enfin, c’est aux Congolais de se demander comment leur gouvernement peut peiner à trouver des preuves de l’implication du Rwanda dans la déstabilisation du Kivu, alors que cette région abrite depuis 2 ans des éléments de l’Armée rwandaise, qui recevaient des ordres et étaient ravitaillés et entretenus par Kigali. C’est à dormir debout !

Emmanuel Neretse
02/09/2012

###google###

A visionner : Les rebelles de M23 promettent la mort à Kabila

###NEWS_VIDEO_1###

A lire sur le même sujet:

– Le Rwanda annonce le retrait de 280 soldats de l’est de la RDC [pressafrik]
– RDC: le départ des forces rwandaises de l’est du pays soulève des questions [leparisien]
– Le Rwanda annonce le retrait de ses soldats de l’est de la RDC en accord avec Kinshasa[mediacongo]
– Cartes sur table: les quatre vérités du général James Kabarebe [http://blog.lesoir.be]

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire