Rwanda : pourquoi la Cour suprême peine-t-elle à se prononcer sur le cas de V. Ingabire ?
+
Rubrique : Actualité


Publié le 9 Sep 2012 par Gaspard Musabyimana

Le 07/09/2012, les juges de la Haute cour ont à nouveau ajourné le prononcé du verdict dans le procès de Victoire Ingabire, présidente du parti politique FDU-Inkingi. Même s’ils n’osent pas l’avouer, ils sont tributaires de la décision de la Cour Suprême sur un point soulevé par la défense de Victoire Ingabire. Les avocats de la célèbre  opposante politique au régime de Paul Kagame ont  saisi la plus haute juridiction du Rwanda car ils considèrent que la loi sur l’idéologie du génocide est anticonstitutionnelle. La Cour Suprême peine cependant à prendre une décision. Cet embarras des juges s’explique par la peur d’aller contre la volonté de l’Exécutif, Paul  Kagame s’étant déjà prononcé sur l’issue du procès car il a considéré, dans plusieurs de ses déclarations, que ce soit à Kampala ou au village Urugwiro, que Victoire Ingabire était coupable.

Sinon, comme l’a souligné Joseph Bukeye à l’issue d’une manifestation qui a eu lieu ce 08/09/2012 pour exiger la libération sans conditions de Victoire Ingabire, les anomalies de la loi incriminée crèvent les yeux. Même le ministre de la justice, Tharcisse Karugarama, lors d’un voyage aux Pays-Bas, a admis que la loi était à réviser quand il a été interpellé à ce sujet par des journalistes. L’année passée, au cours d’une session de la Commission onusienne des droits de l’Homme à Genève, les représentants du gouvernement rwandais ont eu également à s’expliquer sur cette loi que bon nombre de délégués ont considéré comme une loi taillée sur mesure dans le but de museler la population en général et les opposants politiques en particulier. Ces incohérences de la loi sur l’idéologie du génocide ont forcé le gouvernement à soumettre un projet de révision de loi qui est maintenant sur la table du Parlement.  

Devant ces évidences, Joseph Bukeye a conclu que seule la peur du courroux de l’homme fort de Kigali retarde la décision de la Cour suprême, car en déclarant cette loi anticonstitutionnelle, les juges craignent de s’attirer des foudres du Chef de l’Exécutif dont la position sur l’issue du procès contre Victoire Ingabire est connue. 

Pour sauver la face, la Cour suprême pourrait rester dans le flou et bricoler une décision montrant que de toutes façons malgré les anomalies relevées dans la loi et qui méritent effectivement une révision, que cela ne peut avoir un effet rétroactif, permettant ainsi de condamner Victoire Ingabire. Tout montre que la tendance va vers cette hypothèse.

Ce mot de circonstance de Joseph Bukeye a été prononcé devant l’ambassade du Rwanda à Bruxelles où s’était formé le cortège de plus ou moins 150 personnes qui venaient d’arpenter toute l’avenue de Tervuren à partir du Rond point Montgomery sur une distance d’environs 5 km.

Le représentant du parti PS-Imberakuri, Jean Baptiste Ryumugabe, a pris la parole pour annoncer à la foule le kidnapping d’Alexis Bakunzibake, Vice- président du parti, le 05/09/2012, en pleine journée dans la capitale Kigali par une voiture identifiée comme étant de la police. La victime a été retrouvée dans une vallée marécageuse en Ouganda.

Joseph Ngarambe du parti RNC a saisi l’occasion pour rappeler la collaboration qui existe entre son parti et les FDU-Inkingi. Il a assuré que le RNC avec d’autres partis politiques sont en train de s’organiser pour une manifestation contre le président Paul Kagame qui sera à Boston (USA) les 21 et 22/09/2012.

La manifestation, qui avait débuté à 14h, s’est clôturée à 16h.

Gaspard Musabyimana
09/9/2012

 Vidéos sur le même sujet
Reportage RTBF

– Sit-in de Vendredi le 07/09/2012

###NEWS_VIDEO_1###

-Manif du 08-9-2012 pour la libération de V. Ingabire

 ###NEWS_VIDEO_2###

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire