Actualité des Grands Lacs – Semaine du 8 au 14 septembre 2012
+
Rubrique : Actualité


Publié le 16 Sep 2012 par Gaspard Musabyimana

En ce qui concerne la RDC, la diplomatie semble piétiner sans beaucoup de cohérence dans l’affaire du M23, qui, accusé des pires exactions au Nord Kivu selon une enquête d’Human Rights Watch confirmée par un colonel de la MONUSCO, a envoyé une délégation de ses représentants dans les capitales européennes et est prête à rencontrer le président ougandais pour exprimer son point de vue. Le dernier mini-sommet de la CIRGL à Kampala, auquel le Secrétaire général des N.U. a envoyé un message sur la nécessité de mettre un terme aux combats et à tout soutien extérieur aux mutins, n’a pas réussi à matérialiser une force internationale neutre qui serait susceptible de se déployer d’ici trois mois mais auquel seule la Tanzanie a marqué jusqu’ici un certain intérêt. La RDC, qui, selon le ministre belge des Affaires étrangères, a accepté comme le Rwanda de relancer le mécanisme conjoint de surveillance aux frontières, a toutefois déclaré que ce sommet n’avait pas été un échec dans la mesure où il a été décidé que la force neutre serait dirigée par l’Union africaine et l’ONU.

Quant au Rwanda, dont certains éléments de sa force spéciale présente en territoire de Rutshuru (qui avait été officiellement rappelée la semaine dernière) se seraient re-localisés ailleurs dans ce même territoire, sa ministre des Affaires étrangères a marqué ses réserves en déclarant que la force neutre mettrait du temps à être mise en place.

Du côté onusien, le secrétaire général adjoint auprès des opérations de maintien de la paix, en visite en RDC, a déclaré que la souveraineté congolaise avait été violée et a promis un appui logistique et technique à une éventuelle force neutre.

Du côté belge, le ministre des Affaires étrangères se déclare convaincu d’une implication directe ou indirecte du Rwanda dans le M23, tandis que des parlementaires de l’opposition et de la majorité ainsi que le collectif CNCD-11.11.11 réclament des sanctions et une condamnation ferme de ce pays.

Du côté français, il n’y a jusqu’à présent eu aucune réaction sur le soutien rwandais à la mutinerie : au cours d’une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères français et rwandais, il a surtout été question d’une « normalisation » des relations entre les deux pays.

Du côté britannique, l’ambassadeur de Grande-Bretagne en RDC s’est efforcé de justifier le dégel d’une partie de son appui budgétaire au Rwanda en précisant que son pays ne restait pas indifférent à la situation dans l’est de la RDC.

Du côté de la Commission européenne enfin, on semble prêt à hausser le ton et à sanctionner si l’on en croit la déclaration du ministre belge des Affaires étrangères à l’issue d’une rencontre des chefs de la diplomatie européenne.

Toujours dans le domaine de l’insécurité en RDC, on signalera que, dans le Sud Kivu, les Maï-Maï Yakutumba recrutent des combattants en territoire de Fizi où des affrontements ont eu lieu entre les FARDC et un groupe d’autres Maï-Maï commandé par un colonel réfractaire.

Au Nord Kivu, où une ONG dénonce plus de 2.500 viols entre janvier et juin 2012 (dont 30 % commis sur des enfants et dont beaucoup sont perpétrés par des civils) et où l’enrôlement de nouvelles recrues originaires de cette province donnerait de bons résultats (tout en étant moins évident en Ituri et au Maniema), des soldats cantonnés dans le territoire de Lubero accusent leur commandant d’actes de tortures.

Par ailleurs, les FARDC ont annoncé avoir repris aux Maï-Maï un village à l’est de Beni. Au Maniema, des coupeurs de route ont ravi la paie des fonctionnaires de Punia et de Lubutu.

En Province Orientale, on observe un déplacement massif de populations vers le Nord Kivu : celles-ci fuient la menace que fait peser le chef de guerre Morgan. Dans le territoire de Mambasa en Ituri par contre, 400 miliciens du chef de guerre Cobra Matata, lequel réclame le grade de général d’armée, seraient sur le point d’être intégrés dans l’armée régulière. Enfin, au Kasaï Oriental, la population fuit les exactions des militaires qui traquent dans le territoire de Kabeya Kamwanga le colonel dissident, John Tshibangu.

Dans le domaine politique, la tenue de nouvelles élections qui avaient été annulées dans le territoire de Masisi reste plus qu’incertaine : le procureur  général a demandé des explications à la CSJ sur la décision qu’il a prise sur ce sujet. Par ailleurs, le gouvernement a désigné un cabinet d’audit indépendant chargé de détecter et d’éliminer les « fonctionnaires fantômes ».

Dans le domaine de la justice et des droits humains, trois membres de l’UDPS ont été arrêtés et mis au cachot sans que l’on en connaisse la raison. Par ailleurs, six athlètes congolais ayant participé aux jeux olympiques de Londres ont demandé l’asile en Grande-Bretagne : ils auraient participé à Londres à une marche contre le président Kabila. On signalera également que la chaîne de radio-télévision de l’opposant Roger Lumbala, accusé de haute trahison pour des contacts avec le Rwanda et qui se trouve à l’ambassade d’Afrique du Sud à Bujumbura, a cessé d’émettre : le gouvernement a demandé son extradition au Burundi. Enfin, dans le procès en appel de l’affaire Chebeya, une audience cruciale, celle qui devait porter sur la comparution et l’implication éventuelle du chef de la police, John Numbi, dans l’assassinat du militant congolais, a été reportée à une date postérieure au sommet de la francophonie, ce qui est considéré comme une manœuvre dilatoire  par la Voix des Sans Voix.

Dans le domaine économique, la Gécamines a décidé de vendre sa participation à une joint-venture minière : les conditions de cette cession ne sont pas connues.

Dans le domaine des relations extérieures, la Belgique, qui est en campagne électorale, a décidé de ne déléguer que le ministre des Affaires étrangères et le ministre-président francophone, Rudy Demotte, au sommet de la francophonie.

Au Burundi, le parti au pouvoir a tenté en vain d’imposer une nouvelle commission électorale indépendante.

En ce qui concerne l’Ouganda, on a appris que la LRA a tendu une embuscade meurtrière en RCA, à la frontière entre le Sud-Soudan et la RDC.

Au Rwanda, le verdict à l’encontre de l’opposante Victoire Ingabire et de quatre co-accusés a été reporté par la haute cour : une manifestation de soutien à l’opposante a eu lieu à Bruxelles.

EurAC

Related Files

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire