Actualité des Grands Lacs – semaine du 15-21/9/2012
+
Rubrique : Actualité


Publié le 21 Sep 2012 par Gaspard Musabyimana

En RDC, en dépit de son inactivité depuis plusieurs semaines, la mutinerie du M23 continue à retenir l’attention. Alors que le mécanisme de vérification des frontières entre le Rwanda et la RDC a été lancé, mécanisme qui préluderait à la constitution de la force internationale neutre et que le petit commerce entre les deux pays est florissant et bénéficie surtout aux Congolais, la RDC appelle à un embargo sur les minerais exportés par le Rwanda et qui proviennent en toute grande majorité du Kivu. De son côté, le chef des opérations de maintien de la paix aux N.U. confirme que le M23 a établi une administration de fait dans les régions qu’il occupe : il est toutefois question de négociations avec les mutins via les bons offices de l’Ouganda, négociations dont des associations de femmes du Nord Kivu ne veulent pas, comme elles l’ont signifié au président de la CIRGL. Du côté américain, des activistes des droits de l’homme ont regretté que les Etats-Unis n’exercent pas suffisamment de pression, y compris plus de sanctions, pour que le Rwanda cesse son soutien au M23 et/ou manipule le sentiment anti-tutsi en RDC.

Si le mouvement des mutins du M23 a été peu actif, l’insécurité demeure persistante tant au Nord qu’au Sud Kivu. Des combattants FDLR et leurs alliés hutu, les Maï-Maï Nyatura, ont affronté les FARDC dans un camp de déplacés qu’ils avaient infiltré au nord de Goma. En territoire de Butembo, l’armée s’est affrontée à un chef Maï-Maï qui est un colonel déserteur, tandis qu’une grande insécurité règne en territoire de Lubero où sévissent les Maï-Maï d’un autre colonel déserteur, les FDLR et les Maï-Maï du chef de guerre La Fontaine. En territoire de Rutshuru, un nouveau groupe armé a vu le jour : il entend se battre contre le M23. Par ailleurs, le bureau conjoint des N.U. aux droits de l’homme dénonce les nombreuses violations des droits humains commis par les Maï-Maï Raïa Mutomboki dans le territoire de Masisi. Au Sud Kivu, des hommes armés ont attaqué un dépôt de munitions à Luberizi, tandis qu’une autre attaque a eu lieu dans la plaine de la Ruzizi où des bandits armés sévissent aussi dans plusieurs localités.

Au Katanga, on notera une nouvelle offensive des miliciens du chef de guerre Gédéon, condamné à mort par contumace et toujours en fuite. En Province Orientale, le chef d’une nouvelle milice créée le mois dernier par des militaires déserteurs a été arrêté, tandis que le chef d’Etat major chargé du renseignement confirme que les 400 miliciens du chef de guerre Cobra Matata (FRPI) sont sur le point d’être intégrés dans les FARDC.

Au Kasaï Oriental, neuf nouvelles arrestations ont eu lieu pour complicité avec le colonel déserteur John Tshibangu, qui aurait rejoint avec l’ARP du « général » Munene, dont l’extradition a été traitée au cours d’un entretien entre le président Kabila et son homologue à Brazzaville, le camp de l’opposant exilé, Honora Ngbanda, ancien haut responsable de la sécurité de Mobutu surnommé « Terminator ».

Dans le domaine politique, c’est la rentrée parlementaire qui retient l’attention. Celle-ci sera essentiellement budgétaire et traitera aussi de la question de la sécurité à l’est, mais deux autres points sont aussi à l’ordre du jour qui sont considérés comme des gestes de bonne volonté en prévision du prochain sommet de la Francophonie : la réforme de la CENI et la création d’une commission des droits de l’homme. À propos de ce sommet, on notera que le ministre de l’Intérieur a appelé la classe politique à se mobiliser, mais les partis d’opposition ont boudé la rencontre organisée dans ce contexte et se déclarent non concernés. Toujours dans le cadre de ce sommet, on mentionnera le (curieux) communiqué du Premier ministre belge qui justifie son absence en ne mentionnant que la problématique des relations belgo-congolaises (alors qu’il s’agit de la francophonie) et non pas une simple question d’agenda, l’intéressé étant en campagne électorale.

Toujours dans le domaine politique, une pétition de la population de Bunia, initiée par un député de la majorité, a été remise au Chef de l’Etat pour qu’il respecte les promesses qu’il a faites à la région pendant la campagne électorale. Enfin, selon radio Okapi, les députés des quatre districts de Kinshasa ont été peu visibles pendant les vacances parlementaires : plusieurs d’entre eux ont passé leurs vacances en Europe.

Dans le domaines de la justice et des droits humains, le député Lumbala, qui récuse toute implication dans l’affaire du M23 et tout contact avec le Rwanda contrairement à ce qu’affirme le ministre de l’Intérieur, a été exfiltré de l’ambassade d’Afrique du Sud vers la France dont il est un résident régulier, la RDC n’ayant pas émis de demande d’extradition. L’arbitraire paraît toujours de mise en RDC. Ainsi, une ONG réclame la réforme de l’ANR qu’elle accuse d’abus de pouvoir. Une perquisition a par ailleurs eu lieu chez le bâtonnier national congolais et des pressions ont été exercées sur le doyen national de l’ordre des avocats. En outre, le président honoraire d’une ONG du Nord Kivu, qui est un cousin de l’opposant Mbusa Nyamwisi, a été arrêté sans avoir été interrogé : il est accusé de soutenir un mouvement insurrectionnel en préparation. On signalera aussi qu’un collectif d’ONG réclame la libération de l’opposant Eugène Diomi Ndongala, porté disparu ou détenu dans les cachots de l’ANR. Enfin, dans le cadre du procès Chebeya, le chef de la police suspendu, John Numbi, suspecté d’être le commanditaire du meurtre du militant congolais, intente une action contre le cinéaste Thierry Michel pour l’affiche du film où le général congolais apparaît en gros plan.

Dans le domaine social, les « déguerpissements » sont de plus en plus fréquents en RDC. La police a délogé brièvement et sans explication quarante mille personnes dans un quartier de Kinshasa, tandis qu’au sud-est du Maniema, des accrochages ont eu lieu entre policiers et creuseurs qui refusaient de quitter une concession octroyée à la multinationale Banro laquelle entend exploiter industriellement l’or dans la région.

En ce qui concerne l’Ouganda, l’Union africaine a pris le contrôle d’une force de 2500 hommes pour traquer Joseph Kony de la LRA : ces effectifs ne représentent que la moitié des effectifs prévus.

Au Rwanda, on signale le retour à Kigali du président du parti vert démocratique après deux années passées en Suède, tandis que trois opposants ont été sélectionnés pour le prix Sakharov octroyé annuellement par le Parlement européen pour la liberté de pensée. Enfin, le procès à l’encontre de Léon Mugesera extradé du Canada pour génocide s’est ouvert à Kigali.

 EurAC

 ###google###

Related Files

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire