Ces présidents qui ont marqué les Etats-Unis
+
Rubrique : Actualité


Publié le 10 Nov 2012 par Gaspard Musabyimana

De Washington à Obama : ces présidents qui ont marqué les Etats-Unis

Si le mandat présidentiel dure "seulement" 4 ans aux Etats-Unis, il n’est pas rare en revanche, voire fréquent, que celui-ci soit renouvelé par le peuple.

A l’instar de Barack Obama, qui vient d’être réélu, nombre de ses prédécesseurs ont ainsi dirigé et marqué les Etats-Unis pendant huit ans.

1 – Barack Obama : 2009 à aujourd’hui
Barack Obama : 2009 à aujourd'hui 
Sénateur de l’Illinois (2004-2009), il est le premier président noir (en fait métisse) des États-Unis et le premier à obtenir un prix nobel de la paix en cours de mandat. En politique internationale, le début de sa présidence est marquée, par l’assouplissement de l’Embargo des États-Unis contre Cuba, par la main tendue à l’Iran, le retrait progressif des troupes américaines d’Irak, et l’élimination d’Oussama Ben Laden.
En politique interne, sa présidence est marquée par la loi dite Obamacare sur l’assurance maladie, par une réforme du système financier suite à la crise des subprimes, par un plan de relance de l’économie américaine de 787 milliards de dollars, par le maintien jusqu’à leur terme des exonérations fiscales des ménages les plus aisés, par le réaménagement des programmes d’armement, par la non fermeture du camp de Guantanamo, par la levée de l’interdiction du financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires23 (financement public suspendu à ce jour), par le soutien au mariage homosexuel, par l’annonce d’une nouvelle politique de l’environnement, etc.
Il est réélu le 6 novembre 2012, face au républicain Mitt Romney, pour un second mandat présidentiel

  • 2 – George W. Bush : 2001-2009


    George W. Bush : 2001-2009 
     
    Fils du 41e président et ancien gouverneur du Texas, il est, en 2000, le 3e candidat à la présidence à accéder à la Maison-Blanche en étant minoritaire en voixnote 8. Son premier mandat est marqué par les attentats du 11 septembre 2001, la guerre contre le terrorisme, le Patriot Act, le développement du Bouclier antimissile, les guerres d’Afghanistan et d’Irak et l’ouverture du camp de Guantanamo. Réélu en 2004, cette fois avec la majorité absolue des suffrages populaires, son second mandat est marqué par les conséquences de la Guerre en Irak, la gestion controversée du cyclone Katrina en Louisiane en 2005, la gestion difficile du conflit israélo-palestinien et par l’adoption du plan Paulson pour relancer l’économie américaine suite à une crise financière débutée par la crise des subprimes en 2007. Après avoir atteint les sommets de la popularité à la fin de l’année 2001, il a atteint les profondeurs inverses à la fin de son mandat.

    3 – Bill Clinton : 1993-2001


    Bill Clinton : 1993-2001 
     
    Ancien gouverneur de l’Arkansas. Élu en 1992 avec une majorité relative des suffrages, sa promesse de réformer le système de santé et de couverture médicale se heurte à l’hostilité du Congrès et se solde par un échec, en partie en raison de sa complexité et de son aspect institutionnel14. Les accords d’Oslo (accords de Washington signés le 13 septembre 1993), l’intervention de l’armée américaine en Haïti. Clinton est réélu en 1996. Au cours de son 2e mandat, des scandales politiques sont révélés tels le Whitewater, le travelgate, le filegate, le scandale sur le financement de sa campagne présidentielle et d’autres liés à des affaires privées (le bimbogate : affaires Paula Jones, Kathleen Willey, Monica Lewinsky, etc). Suite à l’affaire Lewinsky, il est l’objet devant le Congrès d’une procédure d’impeachment qui n’aboutit pas (vote du Sénat). Son deuxième mandat est également marqué par les attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998, l’opération "Renard du désert" en Irak fin 1998 (sans mandat de l’ONU), l’intervention des troupes de l’OTAN dans la guerre du Kosovo. Durant son mandat, les États-Unis bénéficient d’une embellie économique marquée par un excédent budgétaire et un taux de chômage au plus bas en 30 ans.

    4 – George H.W. Bush : 1981-1993


    George H.W. Bush : 1981-1993 


     
    Vice-président de Ronald Reagan, élu en 1988, George Bush est rapidement témoin de la chute du mur de Berlin (1989), de l’effondrement des régimes des pays de l’Est (1989) suivi par celui de l’URSS (1990-1991) et de la réunification allemande (1990), marquant l’émergence d’un nouvel ordre mondial. Sous son mandat, les États-Unis assument leur rôle de « gendarme du monde » en dépêchant un corps expéditionnaire au Panama pour y arrêter le général Noriega, coupable de trafic de drogue. En 1991, les États-Unis dirigent une coalition internationale pour libérer le Koweït qui avait été envahi par l’Irak (Première guerre du Golfe). Fort de ses succès internationaux, Bush néglige la politique intérieure. L’économie entre en récession, le chômage augmente, l’insécurité progresse, les prestations sociales diminuent, et des émeutes raciales éclatent à Los Angeles13. Manquant à sa promesse électorale de ne pas augmenter les impôts, George Bush n’est pas réélu en 1992, notamment à cause de la candidature populiste de Ross Perot. Avant son départ de la Maison-Blanche, il lance les forces armées américaines, sous l’égide des Nations unies, dans l’opération Restore Hope en Somalie.

    Lire la suite sur planet.fr

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire