Actualité des Grands Lacs – Semaine du 3 au 9 novembre 2012
+
Rubrique : Actualité


Publié le 11 Nov 2012 par Gaspard Musabyimana

En RDC, le M23, qui poursuit ses recrutements dans les localités sous son contrôle, continue à entretenir l’insécurité dans le territoire de Rutshuru : les FARDC lui ont toutefois repris une localité dans ce territoire. On notera dans ce contexte que des soldats rwandais et congolais se sont affrontés à la frontière : les deux parties paraissent vouloir éviter de gonfler ce type d’affrontement qui a fait un mort côté congolais. Sur le plan diplomatique, la sous-secrétaire d’Etat aux affaires politiques américaine réitère la condamnation des Etats-Unis de ce mouvement et confirme les pressions qu’ils exercent sur Kigali pour l’obliger à couper son soutien : elle déclare que les Etats-Unis n’ont pas tranché la question de la force internationale neutre, force qui, pour le ministre des Affaires étrangères congolais, devrait être opérationnelle dans les prochains mois. De son côté, le président de la Chambre belge a exigé, à l’issue de sa visite en RDC, la fin de tout soutien extérieur au M23. Par ailleurs, l’Ouganda, accusé lui aussi de soutenir la rébellion congolaise, a déclaré vouloir mettre un terme à sa participation à l’opération de paix en Somalie du fait des « accusations malveillantes et infondées » du groupe des experts des N.U.

Ailleurs au Nord Kivu, six femmes et un bébé ont été massacrés à coups de machette par des Maï-Maï hutu Nyatura à quelques km. de Masisi, tandis que les FARDC se son affrontées à une coalition de Maï-Maï et de FDLR dans le territoire de Lubero. En outre, deux agents de santé ont été enlevés près de Goma par des hommes armés présumés être des FDLR. En Province Orientale, la milice du chef de guerre Morgan a capturé, violé et tué plusieurs personnes en territoire de Mambasa, territoire où se sont réfugiés plus de 3.000 déplacés qui refusent de rentrer chez eux du fait des agissements de Morgan et de ses hommes. Au Kasaï, le colonel déserteur John Tshibangu, qui est poursuivi par les FARDC dans les deux provinces du Kasaï, court toujours. Par ailleurs, des affrontements fonciers ont eu lieu entre trois communautés au nord-est de Kananga.

Sur le plan politique, la réforme de la CENI fait toujours l’objet de diverses prises de position : l’ONG ATEA recommande ainsi la mise en place d’une « assemblée plénière » qui contrôlerait le bureau de la CENI, ramené au rang de bureau exécutif. Par ailleurs, le Premier ministre, qui promet de lutter contre les inégalités salariales, a présenté son budget à l’Assemblée nationale : ce budget prévoir des recettes supérieures de 1,3 % par rapport à celui de 2012. Au Sénat, une loi fixant à 30% le quota minimum de représentation des femmes dans les institutions en RDC a été votée. On notera enfin que certains observateurs estiment que l’opposant historique Etienne Tshisekedi s’est complètement isolé et enfermé dans ses fonctions fictives.

Dans le domaine de la justice et des droits humains, l’affaire de la tentative d’assassinat du docteur Mukwege continue à faire des vagues. Les femmes congolaises de Bukavu s’inquiètent de son absence et réclament le retour rapide du médecin, auquel un livre sur ses actions a été présenté à Bruxelles et qui a déclaré vouloir rentrer en RDC lorsque sa sécurité et celle de sa famille sera assurée, ce que le gouverneur du Kivu garantit. Par ailleurs, la diplomatie américaine demande qu’une enquête minutieuse soit menée sur la tentative d’assassinat du Dr. Mukwege. En ce qui concerne le procès Chebeya, la prochaine audience du procès en appel a été fixée à la fin du mois : la Voix des Sans Voix qui s’est portée partie civile s’est retirée en dénonçant une parodie de justice. On notera enfin que le syndicat national des professionnels de la presse audio-visuelle déplore les fermetures « intempestives » de certains média.

Au Burundi, où une analyse souligne que les problèmes de sécurité et de gouvernance sont toujours présents à l’approche des élections de 2015, l’audience du procès en appel du correspondant burundais de RFI se poursuit à Gitega : l’intéressé, accusé de « terrorisme » nie catégoriquement.

Au Rwanda, le Parlement a accepté d’étudier des amendements à la loi controversée punissant l’idéologie du génocide. Par ailleurs, l’ONG FIDH dénonce à son tour les irrégularités dans le procès de l’opposante Victoire Ingabire.

EurAC

Related Files

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire