Nord-Kivu : de nouveaux affrontements entre les FARDC et le M23 près de Goma
+
Rubrique : Actualité


Publié le 17 Nov 2012 par Gaspard Musabyimana

Dans un communiqué publié sur son site Internet, le M23 affirme, par la voix de son « président » Bishop Rugenera, que les FARDC « alliés aux Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda » (les rebelles Hutu rwandais) ont attaqué leurs positions jeudi à partir de 7 heures du matin. Pour sa part, le porte-parole des FARDC a soutenu que c’est le M23 qui est passé à l’offensive vers 8 heures, et que l’armée gouvernementale a été obligée de se défendre. 

L’habituelle (et cynique) guerre des chiffres…

Un des dizaines de corps de militaires M23 (Rwandais?) tués. Photo Radio Kivu 1

Le bilan de ces affrontements, qui se sont déroulés à seulement une trentaine de kilomètres de Goma, dans la bourgade de Kibumba, est aussi controversé. Côté gouvernement, on parle de plus d’une centaine de tués dans les rangs des rebelles, parmi lesquels il y aurait eu plusieurs militaires de l’armée rwandaise, la Rwanda Defense Force. Dans une conférence de presse tenue à Kinshasa jeudi dans la journée, le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, est allé jusqu’à affirmer que les FARDC combattaient directement contre l’armée rwandaise, et que les éléments du M23 ne sont « que des mercenaires ». De son côté, le M23, par la bouche de son porte-parole militaire, le Colonel Vianney Kazarama, a avancé un bilan de plusieurs tués dans les rangs des FARDC « et de leurs alliés FDLR », sans donner de chiffre. Mais selon plusieurs témoignages de la population et des journalistes qui se sont rendus sur place jeudi et vendredi, les pertes auraient été très lourdes côté M23 (ou côté rwandais, selon certains). 113, 127, aucun chiffre précis n’est donné. Certains corps qui se trouvaient tout près de la frontière auraient été enlevés par les rwandais, au vu de tout le monde. Informations difficiles à vérifier ! 

Un autre tué. Ils seraient plusieurs dizaines… Photo Radio Kivu 1

Des journalistes qui se sont rendus sur place à Kibumba ce vendredi ont rapporté des photos et des vidéos où on voit des dizaines de cadavres gisant dans la brousse, et vêtues de la tenue militaire de l’armée rwandaise. Difficile toutefois d’établir s’il s’agit réellement d’éléments rwandais ou d’éléments congolais du M23. 

Quoiqu’il en soit, il n’est pas anodin que des combattants du M23 portent l’uniforme militaire de l’armée rwandaise. Il faut signaler que le lieu où se sont déroulés les combats c’est exactement sur la frontière avec le Rwanda, si bien que des obus seraient même tombés sur le sol rwandais et causé des blessés, situation qui a été dénoncée par le gouvernement rwandais dans un communiqué. Qui plus est, dans la matinée de jeudi, plusieurs habitants de Kibumba et des villages environnants, à la frontière avec le Rwanda, ont affirmé avoir vu plusieurs militaires rwandais passer la frontière dans la nuit depuis quelques jours jusque dans la nuit de mercredi à jeudi. Témoignages relayés bien sûr par l’armée congolaise, dont le porte-parole a affirmé notamment : « compte tenu de l’endroit où se trouve le village de Gasiza (près de Kibumba, ndlr), il est impossible que l’on attaque nos positions sans passer par le Rwanda ».

Dans la nuit de ce jeudi, les combats se sont arrêtés, et chaque partie a repris plus ou moins ses positions initiales. Ils auront provoqué, en plus de la centaine de tués parmi les combattants et sans doute d’autres morts et blessés parmi la population civile, plusieurs milliers de nouveaux déplacés, dont plus de deux mille sont allés au Rwanda, d’autres rejoignant le camp de Kanyaruchinya près de Goma.

Qui s’est allié à qui ? 

Si la RDC accuse le Rwanda d’avoir pris directement part à ces combats, de son côté le M23 affirme que les FARDC étaient mélangés aux FDLR. C’est de bonne guerre, car dans un cas comme dans l’autre, ces accusations ne sont pas une nouveauté. Le M23 et son indéniable allié rwandais mettent toujours le « condiment » FDLR dans leur recette propagandiste pour embarrasser, à tort ou à raison, le gouvernement congolais. Ce dernier, d’autre part, n’a pas eu de cesse à présenter le Rwanda comme le véritable maître de cette guerre, bien que plusieurs fois il a prouvé à la face des congolais et du monde que le Rwanda n’était pas tant que cela son ennemi (suivez mon regard…). 

Janvier Mulahiri et son APCLS derrière l’exploit des FARDC ? 

Par ailleurs, certaines indiscrétions indiquent que les FARDC se seraient appuyés, pour mener cette offensive (ou défensive, selon le camp), sur des éléments du groupe armé Maï-Maï dénommé APCLS, dont le leader s’appelle Janvier Mulahiri. Ce seraient ses éléments, placés sous le commandement d’un officier des FARDC, qui auraient mené la bataille de Kibumba contre le M23. Ce groupe, établi dans le territoire de Masisi et d’obédience Hunde (l’une des tribus de Masisi, engagée dans un conflit chronique contre les « arrivants » Hutu et Tutsi), a récemment été approchée par le gouvernement pour intégrer les FARDC, avec justement l’intention alléguée de « contribuer à battre le M23 ».

Par le passé, et selon certains rapports, l’APCLS avait travaillé de connivence avec les FADLR dans des combats contre l’armée gouvernementale, notamment pour l’exploitation illicite de minerais. Alors, la bataille de Kibumba constitue-t-elle un essai pour mesurer la force de frappe de ces combattants Maï-Maï, avant un assaut ultime contre le M23 ? Si l’implication de l’APCLS s’avérait vraie, elle renforcerait l’hypothèse d’une offensive initiée par la partie gouvernementale. 

Fin de la trêve, ou simple « échauffement » ? 

Si le bilan de la bataille de Kibumba en faveur de l’armée congolaise se confirme, ce serait pour cette dernière un exploit inédit. Un exploit qui serait encore plus significatif si se confirmaient les allégations selon lesquelles la redoutable Rwanda Defense Force est intervenue et a été défaite. Mais jusqu’où peuvent aller les FARDC, si elles ne peuvent même pas oser revendiquer l’initiative de l’offensive ? Peut-être est-ce pour ne pas apparaître comme la contrevenante au soi-disant processus régional en cours, et du coup s’attirer les foudres de ceux qui privilégient la voie diplomatique et politique ! Et si les FARDC avaient décidé de rompre la trêve, que va-t-il se passer ? Sont-elles à mesure de mener jusqu’au bout la guerre contre le M23 (et le Rwanda !) et de reprendre la partie occupée de Rutshuru ? Est-ce une brève épreuve de force que les deux parties ont voulu s’offrir, après trois mois d’oisiveté ? Est-ce enfin une tentative du M23 de bousculer le gouvernement afin qu’il accepte de négocier « directement » avec lui ? Certains ont vu là « un signe de désespoir » du M23, après la fermeture il y a quelques jours, par l’Ouganda, de la frontière de Bunagana, qui lui procurait de précieuses ressources financières.  Rien n’est sûr.

Ce qui est sûr, par contre, c’est que la population du Nord-Kivu, et en particulier celle de Rutshuru, en a assez de cette situation. Le gouvernement parle d’une guerre qu’il ne veut ou ne peut mener. Elle en a assez d’un gouvernement qui accuse à longueur des journées le Rwanda d’être son agresseur, mais qui en même temps se refusent à prendre à son égard toute mesure, même symbolique, comme la rupture des relations diplomatiques. Finalement, la population ne connaît pas le vrai fossoyeur de sa paix et sa tranquillité, entre son propre gouvernement, les insurgés de sa propre armée, et les pays voisins.   

Jean-Mobert N’Senga
Goma, 16/11/2012

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire