Le gouvernement rwandais serait-il enfin d’accord avec les Experts de l’ONU sur la RDC ?
+
Rubrique : Actualité


Publié le 28 Nov 2012 par Gaspard Musabyimana

Conformément  au paragraphe 4 de la résolution 2021 (2011) des Nations-Unies, le Groupe d’Experts mandaté par cette organisation a produit son rapport intermédiaire mettant clairement en cause le Rwanda pour avoir créé et armé le M23 qui ravage l’Est de la RDC depuis avril 2012. Le régime de Paul Kagame a alors remué ciel et terre pour étouffer ce rapport, ou tout au moins pour le discréditer

Le rapport montrait clairement que le régime de Kagame était à la base de la création, de l’entraînement, de l’équipement  et de la conduite de la guerre que le M23 menait en RDC. Comme à l’accoutumée, la diplomatie rwandaise s’est déchaînée et a déployé tous les efforts pour que ce rapport soit modifié sinon rejeté par le Conseil de sécurité. Après avoir déployé des efforts diplomatiques dans les couloirs de l’ONU à New-York, les agents de Paul Kagamé ont eu ensuite recours à un cabinet d’avocats très célèbre et redouté pour défendre sa cause. L’angle d’attaque fut le dénigrement des experts même et au premier rang le président de ce groupe, l’américain Steve Hege, accusé de tous les maux et même de « négationniste » ou de «  génocidaire ». Malgré tout ce tintamarre, le rapport final sortira quand-même le 21 novembre dans sa version originale.

Les Etats Unis auront bon retarder ou demander que le Rwanda de Kagamé ne soit pas cité, rien n’y fait. Bien sûr, aucune sanction ne sera prise contre les officiels rwandais cités dans le rapport, véto américain oblige, mais le monde aura su qui attise le feu dans la région des Grands- Lacs et de quelle protection il bénéficie.

Le lendemain de la publication de ce rapport, quasiment dans les mêmes termes que le rapport intermédiaire, le M23 – entendez le supplétif de Paul Kagamé en RDC – s’emparait de la capitale provinciale du Nord Kivu : la ville de Goma. Désormais le Rwanda contrôle le Nord Kivu et installe son administration à Goma.

Pompiers-Pyromanes ?

Les très astucieux présidents Yoweri Museveni d’Ouganda et Paul Kagamé du Rwanda vont alors étaler leur capacité de jouer la plus grande tragi-comédie de l’histoire. Après avoir déclenché une guerre d’agression qu’ils mènent par Congolais tutsi interposés, ils se proposent de jouer les « médiateurs » ! Pas moins de 5 sommets à Kampala pour accoucher la décision de déployer des troupes rwandaises et ougandaises en RDC et de démilitariser le Kivu (entendez par là le rendre hors de l’autorité de Kinshasa) et d’obliger le gouvernement de la RDC à « négocier » ou plutôt à se plier aux dictat du M23. En matière de félonie et de tartuferie, ces deux- là sont des artistes !

Coup de théâtre ou couac médiatique ?

Le samedi 24/11/2012, le M23 avait reçu de Kampala un ultimatum de 48 heures comme quoi il devait se retirer de la ville de Goma. Avant l’expiration du délai, le Rwanda déclare haut et fort (tous les agences de presse sont contactés, tous les journalistes ayant des contrats de communications avec lui sont mobilisés…) pour annoncer que «  Les FDLR avaient attaqué le Rwanda à partir de la RDC » ! Pas moins. Auparavant le site pro-gouvernemental IGIHE.com  et le seul quotidien  gouvernemental de langue anglaise « The New Times » avaient révélé que l’armée congolaise ( les FARDC) avait fourni des armes aux FDLR. Et ces porte-voix du régime de citer le « rapport des Experts des Nations-Unies », celui-là même que Kigali ne voulait pas entendre parler. Ce rapport hier honni, devient donc la référence ultime pour expliquer ce qui se passe dans la région. Le problème est que dans ce volumineux rapport de 204 pages, moins de deux pages parlent de la collaboration des FDRL avec certaines autorités congolaise alors que plus d’une centaine de pages montrent l’implication de Kigali dans la guerre que mène le M23. D’ailleurs, le gouvernement congolais en a tiré les conclusions car l’une des personnalités citées, le Chef d’Etat Major de la Force terrestre, le général Gabriel Amisi, a été suspendue de ses fonctions. Pourtant il n’était pas plus chargé par ce rapport que le ministre rwandais de la Défense le général James Kabarebe et le chef d’Etat-major Charles Kayonga.

Dès lors, nous osons croire que le gouvernement rwandais ira plus loin dans sa logique, et reconnaîtra que s’il juge la partie consacrée à la collusion entre certaines autorités de la RDC avec les FDRL, il en fera de même de celle qui décrit sa liaison avec le M23 et en endossera la responsabilité. Autrement, le rapport ne peut pas être considéré comme crédible quand il pointe du doigt la RDC et l’opposition à Kagamé et non crédible quand il met à nu, avec force détails, les ingérences de ce dernier en RDC. Pour le reste, personne n’est plus dupe : l’épouvantail des « FDLR » qui menaceraient le régime rwandais n’impressionne que ceux qui veulent s’accrocher à la défense à outrance d’une clique de criminels de guerre au pouvoir à Kigali et qui entendent imposer leur ordre dans toute la région.

Ghislain Mikeno
28/11/2012

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire