J. Kambanda, « RWANDA FACE A L’APOCALYPSE DE 1994 »
+
Rubrique : Livres


Publié le 3 Déc 2012 par Gaspard Musabyimana

Les éditions "Sources d’Homme" en Belgique ont accepté de donner une voix à un témoin clé du drame de 1994, un témoin oublié dans sa prison au Mali après voir été condamné à la perpétuité comme "planificateur" et orchestrateur du génocide, alors qu’issu de l’opposition démocratique, il s’apprêtait le 7 avril 1994 au matin à s’envoler pour le Sénégal et à y participer à un séminaire sur le crédit rural au départ de son expérience de responsable des Banques Populaires au Rwanda.

Donner une voix à Jean KAMBANDA aujourd’hui revêt d’autant plus de signification que celui-ci enfermé dans une procédure douteuse de "plaidoyer de culpabilité" n’a pu bénéficier d’aucun procès équitable avec le concours d’une défense indépendante et de confiance, lui permettant ainsi de faire valoir sa vérité sur les événements et de répondre de façon concrète à des faits précis.

On a assisté à l’éparpillement des procédures relatives aux différents membres du gouvernement à la mise en isolement absolu du premier ministre hors du siège du tribunal d’Arusha, durant plus de huit mois, en 1997 et 1998, au recours in extremis à un avocat imposé par le Procureur adjoint de l’époque et à l’obtention abusive d’un aveu  sur des crimes que Jean KAMBANDA n’a pas commis ou n’était pas en mesure de commettre. Cela a finalement permis d’escamoter la tenue d’un grand procès public de l’exécutif intérimaire rwandais, un procès équilibré reposant sur des investigations systématiques tant à charge qu’à décharge[1].

Les éditions "Sources d’Homme" souhaitent par cette publication éclairer un aspect trop méconnu de l’apocalypse de 1994, grâce à un témoin privilégié qui reconnaît pleinement le génocide et la nécessité pour chacun d’assumer ses responsabilités personnelles au cours des événements.

L’auteur a demandé à un ami criminologue de formation de préfacer son livre-témoignage : Alain DE BROUWER qui suivait au début des années nonante, pour le compte d’une internationale politique (l’IDC), les processus d’ouverture démocratique éclosant partout en Afrique après la chute du mur de Berlin, a tenté dans sa préface de résumer les lignes essentielles du témoignage de Jean KAMBANDA.

Nous vous recommandons la lecture de cet ouvrage de référence doté d’un précieux index des noms cités.

Les Rencontres pour la Paix (Commission Afrique centrale) désireuses de rendre possible cette publication dérangeante de plus de 400 pages patronnent une vente spéciale de ce livre au prix modique de 22 € qui peuvent être virés sur le compte bancaire N°310-4437 475-05 de SECTION CDH de WEMMEL avec la mention "témoignage de Jean KAMBANDA" (N° IBAN BE96 3104 4374 7505 – BIC : BBRUBEBB).

Pour nous faciliter le travail, si vous souhaitez l’envoi du livre par la poste, nous vous demandons d’ajouter 3,75 € pour frais de port.

Les livres sont disponibles au siège de Synergie africaine, 54 rue de la Colonne, 1080 Bruxelles. 

Soyez remerciés d’avance pour votre appui décisif.

°-°-°-°-°-°-°-°- 

P.S : Une séance de présentation du livre par Jean GHISTE, directeur de la collection "Sources d’Homme", est prévue à l’UOPC avenue Demey n°10 à 1160 Bruxelles (salle du ler étage), le samedi 26 janvier 2013 de 16 à 18h00 (accès métro Hermann-Debroux).

Un film portant sur les dramatiques déplacements de population de 1993, en particulier pour les enfants rwandais abandonnés à leur sort, sera présenté à cette occasion.

°-°-°-°-°-°-°-°-


[1] Dans son bulletin SPECIAL "AFRIQUE CENTRALE" d’avril 2012, les "Rencontres pour la Paix" ont repris des extraits significatifs du document adressé par Jean KAMBANDA à la Présidente du TPIR le 10 novembre 2011 et soulignant les contradictions flagrantes du tribunal d’Arusha.

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire