Rwanda : Paul Kagame, un homme extra-ordinaire ?
+
Rubrique : Actualité


Publié le 12 Mai 2013 par Gaspard Musabyimana

Il y a peu, je lisais un article en kinyarwanda publié sur un site internet qui m’a fait réfléchir aussi sur l’étonnant parcours et la rapide ascension d’un certain Paul Kagame sorti du néant pour devenir à moins de deux décennies l’un des hommes les plus puissants et les plus riches du monde.

Comment en effet ne pas s’étonner devant le parcours de ce garçon aux épaules plutôt frêles qui jusqu’en 1982 n’était qu’un simple enfant de rue dans une des capitales des pays de l’Afrique de l’Est et qui vivait la vie des autres descendants d’aristocrates ayant fui la démocratie et la République Rwandaise entre 1959 et 1961 ? A moins de quatre ans, on le retrouvera en 1986 comme officier supérieur et Chef des Renseignements militaires d’un des pays les plus puissants et les plus riches de la région.

Quatre ans plus tard en 1990, on entendra encore parler de lui mais cette fois- ci comme étant à la tête d’un groupe armé qui venait de se lancer dans l’aventure de conquête militaire du Rwanda. Ce sera chose faite quatre ans plus tard encore puisque dès juillet 1994, Paul Kagame sera le véritable homme fort du Rwanda qu’il venait de conquérir militairement même s’il restera en retrait comme « seulement et officiellement » vice-président et ministre de la Défense.

En 1997, il sera, après Alexandre Le Grand et Napoléon Bonaparte, l’un des grands conquérants de l’Histoire. En effet, après une courte campagne militaire de seulement 6 mois, son armée s’emparera d’un territoire 80 fois plus grand que le Rwanda et son ancien aide de camp du nom de James Kabarebe s’installera comme « proconsul » Chef d’Etat-Major dans une mégapole située à 2000 km de Kigali dans une capitale dont la population est supérieure à celle de tout le Rwanda.

En 2000, Paul Kagame se proclamera « Chef d’Etat » jetant ainsi le masque et au passage, rappelant à l’ordre les « Hutu de service » qui lui avaient servi de couverture. Un certain Pasteur Bizimungu en gardera les séquelles jusqu’à sa mort.

Ceux qui avaient cru se servir du même Paul Kagame (sa branche armée, car ils croyaient que les Forces Armées Rwandaises n’étaient qu’une armée de leur ennemi Habyarimana et que donc si elle était battue, c’est seulement Habyarimana qui en pâtirait !) pour régler leurs comptes avec Habyarimana et ensuite user de la « démocratie et de la majorité populaire » pour mettre le même Kagame à sa place, ont désenchanté.

En 2003, Paul Kagame battra encore le record en se faisant élire avec un score qui en ces temps là était irréalisable même en Afrique. Il a obtenu plus de 95% des voix, mais il en veut toujours aux 5 % qui  ne lui ont pas donné leurs suffrages et le leur fait payer.

En 2010, il sera encore réélu avec un même score stalinien, non sans avoir jeté en prison la seule opposante qui était rentrée d’exil pour se présenter contre lui : nous voulons nommer Madame Victoire Ingabire, présidente du parti FDU-Inkingi.

Comment en effet ne pas dire que son parcours est extraordinaire quand on constate maintenant que Paul Kagame est :

– L’un des hommes les plus riches du monde d’après les magazines spécialisés. Il possède des parts dans toutes les entreprises privées ou paraétatiques œuvrant au Rwanda. Il loue ses jets privés à l’Etat rwandais pour ses propres déplacements et ceux de sa famille.

– L’un des hommes les plus décorés et les plus « diplômés » honoris causa d’Afrique si pas du Monde. Ceci peut peut-être s’expliquer par sa frustration et donc son désir de revanche pour ne pas avoir pu terminer même ses études secondaires.

Mais aussi l’homme Paul Kagame devrait inquiéter jusqu’à ceux qui l’ont créé ou qui l’utilisent :

– C’est Paul Kagame qui porte une lourde responsabilité sur les événements survenus en avril 1994 après l’assassinat du président Juvénal Habyarimana, assassinat dont il est le commanditaire.

– Avec des milliers de réfugiés hutu massacrés par l’armée de Paul Kagame dans les forêts du Congo, massacres qu’un rapport des Nations Unies « Mapping Report » dit qu’ils peuvent être qualifiés de « génocide » si une instance judiciaire en conclut, l’homme fort du Rwanda aura à jamais un contentieux avec une grande partie de ses sujets ;

– Avec des millions de Congolais assassinés ou violés ou qui ont péri comme « dégâts collatéraux » lors de la conquête de la RDC par les armées de Kagame, cet homme aura à jamais un contentieux avec le peuple congolais et aura porté un grand préjudice au peuple rwandais qui est par nature pacifique et surtout avait toujours vécu en bons termes avec le peuple congolais.

Bref, Paul Kagame est le plus grand monstre que l’Afrique centrale pouvait produire en ce début du 21°siècle, hélas! au détriment du peuple rwandais et des peuples voisins.

Gaspard Musabyimana
12/05/2013

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire