Rwanda : un corps électoral insoupçonnable mais pourtant monoethnique!
+
Rubrique : Actualité


Publié le 26 Août 2013 par Gaspard Musabyimana

A la mi-septembre 2013 se tiendront des élections législatives au Rwanda. Officiellement, les électeurs rwandais se choisiront des hommes et des femmes qui, comme députés, siègeront à l’Assemblée Nationale pour un mandat de cinq ans. En réalité, c’est le parti au pouvoir, le Front Patriotique Rwandais (FPR), qui rendra public le choix des personnalités lui ayant fait allégeance et qui seront ainsi récompensées et gratifiées d’ un siège de député à  la « caisse d’enregistrement » qu’est l’Assemblée Nationale du Rwanda.

Un schéma ingénieux et machiavélique

Dans ce processus ‘’‘ électoral’’, seuls les partis politiques inféodés au parti au pouvoir FPR sont autorisés à présenter des candidats. Le cota attribué à chaque parti est fixé par le même FPR qui bien entendu se réserve la part du lion. La liste définitive des candidats est adoptée par une commission composée de dignitaires du FPR. Ainsi, le parlement qui sort des « urnes » est taillé sur mesure du FPR d’autant plus que même les députés dits représentants certaines catégories (jeunes, femmes, handicapés, indépendants…) sont désignés par le FPR !

Un aspect moins apparent : dans certaines régions, seuls les Tutsi peuvent élire !

Pour se rendre compte de cet aspect, il faut exposer quelques statistiques : avec plus de 10 millions d’habitants dont une majorité de jeunes de moins de 25 ans, on peut estimer que la population en âge de voter est d’environs 5 millions. Parmi ces cinq millions il faut y retirer plus de deux millions et demi de Hutu condamnés par les tribunaux Gacaca ou par des tribunaux ordinaires et qui, de ce fait, ont perdu leurs droits civiques dont le droit d’élire ou d’être élu. Au final, le corps électoral se réduit à  peu près à deux millions et demi de citoyens qui sont par conséquent à majorité tutsi, les Hutu ayant été éliminés drastiquement par des procès iniques.

Voici pourquoi, sans même bourrer les urnes ou recourir à d’autres subterfuges pour frauder, Paul Kagame et son FPR peuvent être sûrs d’être élus avec un score stalinien car ils ont fait de telle sorte que le corps électoral ne soit constitué, «  le plus légalement du monde », que de Tutsi.

Avec le recul, on peut donc dire que les tribunaux Gacaca  avaient aussi un objectif politique à leur agenda, à savoir déchoir les Hutu de leurs droits civiques par des condamnations massives, souvent injustifiées. Cet objectif semble avoir été atteint. Parions que la nouvelle campagne qui bat son plein et consistant à obliger à chaque enfant hutu de demander pardon pour le génocide commis par ses ancêtres, vise aussi un objectif politique dont les effets se feront sentir d’ici quelques décennies. Ainsi opère le FPR-Inkotanyi.

Jane Mugeni
Le 26/08/2013

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire