RDC-Rwanda : L’heure de vérité sur les FDLR ? (Suite et fin)
+
Rubrique : Actualité


Publié le 13 Nov 2013 par Gaspard Musabyimana

Pour venir à bout de la rébellion tutsi du M23 qui était soutenue par le Rwanda, la République Démocratique du Congo, épaulée en cela par la Communauté Internationale, a agi sur les trois plans : diplomatique, politique et in fine, militaire. D’abord la diplomatie du Congo, jadis considérée comme inaudible et inefficace dans les grandes chancelleries, a fait d’énormes efforts pour contrebalancer les vues du Rwanda qui étaient jusqu’alors prises comme « Parole d’Evangile » par les grands décideurs du monde. Pour une fois depuis 1994, un pays de la Région des Grands Lacs autre que le Rwanda de Paul Kagame a pu faire prévaloir ses droits devant les instances internationales.

Ensuite sur le plan politique, à part quelques aventuriers et opportunistes politiques de carrière comme on en voit souvent en RDC, presque toute la classe politique de la RDC, dont on connaît la diversité, a fait bloc derrière les choix du gouvernement pour faire face à l’agression du régime de Paul Kagame par le M23 interposé. Au même moment, le M23 n’a jamais bénéficié d’un soutien de la population qui, au contraire, fut traumatisée par la prise de Goma par ce mouvement en décembre 2012. Parallèlement, le même gouvernement est resté ouvert et compréhensif des problèmes politiques posés par les « rebelles » même les plus farfelus…, montrant ainsi sa volonté politique de résoudre les problèmes à la base de ces multiples rébellions et invasions des pays voisins. Le gouvernement congolais a même poussé la « gentillesse » jusqu’à accepter de négocier avec cette étrange rébellion qualifiée pourtant de « force négative », sous la médiation et dans la capitale d’un des pays qui soutient la même rébellion.

Enfin, quand les conditions ont été réunies pour passer à la contre-attaque, à savoir : la réorganisation des unités et l’éloignement du front des officiers félons agents de Kigali, la chaîne logistique bien assurée, les renseignements et la contre-intelligence efficaces, la Brigade d’Intervention enfin opérationnelle…, l’Etat-major congolais n’as pas hésité et n’a pas stoppé, cette fois-ci, les unités combattantes en plein élan avant d’avoir écrasé totalement la rébellion.

Quels moyens utiliser pour neutraliser les FDLR ?

Contrairement au M23 où la RDC a opéré sur les plans politiques, diplomatiques avant de s’associer à la Brigade d’Intervention pour agir militairement, en ce qui concerne les FDLR, seule l’option militaire reste envisageable, le régime de Kagame ayant d’ores et déjà écarté les options politiques et diplomatiques. En effet, sous des prétextes fallacieux et anachroniques (les plus âgés parmi les combattants des FDLR sont des génocidaires, les plus jeunes ont l’idéologie du génocide dans leurs gènes !), le régime tutsi qui règne sur le Rwanda et la région depuis 1994 a juré qu’il ne pourrait jamais s’asseoir sur la même table des négociations avec des rebelles hutu. Sachant très bien que dans ce genre de situation, la solution militaire ne pourrait jamais venir à bout d’une révolte à base politique, Paul Kagamé est ainsi sûr de toujours  continuer à avoir un mot à dire dans ce qui se passe à l’Est de la RDC car les problèmes posés par les FDLR resteront entiers. En s’accrochant à la seule solution militaire, qui d’ailleurs lui a servi de prétexte pour envahir la Zaïre (1996), puis pour piller impunément la RDC (1998-2003) et même y revenir officiellement y faire la loi  dans ce qui fut appelé « Kimya I et II, Umoja Wetu… » (2009-2012), Paul Kagame entend perpétuer l’agitation de l’épouvantail de la supposée menace que constituerait les FDLR contre les Tutsi, alors qu’une approche politique résoudrait d’un coup ce problème mais lui enlèverait en même temps son prétexte pour des visées belliqueuses et mafieuses en RDC.

La MONUSCO tombera-t-elle dans le piège que lui tend Paul Kagame ?

Contrairement au M23 qui vient d’être défait, tous les autres groupes armés opérant à l’Est de la RCD, notamment les FDLR, ne sont pas militairement structurés en forces militaires conventionnelles. Ils vivent au milieu de la population dans les zones forestières et quoiqu’on en dise, ne constituent pas à proprement parler une menace militaire directe et crédible pour les pays voisins. La campagne militaire pour les neutraliser sera donc longue et complexe, ce qui fera l’affaire de Paul Kagame qui ne souhaite que ça, mais aussi constituera un bourbier dans lequel une Force de l’ONU n’avait pas besoin de s’enfoncer et sans savoir comment elle en sortira.

Un souhait en guise de conclusion

Nous osons espérer et souhaitons, comme tous ceux qui veulent la paix dans la région des grands lacs, que les Nations-Unies, en l’occurrence, la MONUSCO dans sa composante de la Brigade d’Intervention, ne tombera pas dans le piège que lui tend Paul Kagame en refusant d’abord d’user des moyens politiques (négociations avec ses opposants armés) avant de déclencher une chasse militaire. Car cette chasse dans laquelle le gibier (les combattants hutu des FDLR) ne sera pas clairement identifiable s’achèverait par un bilan désastreux avec des populations civiles innocentes bombardées et massacrées par une Force de maintien de la Paix pourtant censée être venue les protéger et en fin de compte sans neutraliser les FDLR au grand bonheur de Paul Kagame. Ce serait un comble. Pourtant, l’approche raisonnable est simple : avant d’entreprendre des actions militaires, il faudrait initier des actions politiques et diplomatiques dont les négociations directes entre Paul Kagame et son opposition armée. Il suffit simplement de passer par les mêmes canaux qui lui ont fait parvenir le message ferme que « trop c’est trop » et qui l’ont dissuadé de voler au secours du M23 lors de l’offensive des FARDC et de la Brigade d’Intervention de fin octobre-début novembre2013 avec le résultat que l’on sait.

Emmanuel Neretse
13/11/2013

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire