Rwanda : La campagne de stérilisation se poursuit sous couvert de la circoncision
+
Rubrique : Actualité


Publié le 26 Fév 2014 par Gaspard Musabyimana

La stérilisation masculine avait été préconisée par le régime du FPR comme une approche pour freiner la surpopulation galopante. Dès le lancement de ce programme, des voix s’étaient élevées pour dénoncer son caractère immoral voire génocidaire.

Devant le tollé soulevé par cette initiative, le régime de Kigali a alors opté pour une dissimulation de ses intentions tout en poursuivant le même programme mais sous le couvert d’un autre programme beaucoup plus « défendable » : la circoncision systématique de tous les hommes. Ceux-ci sont donc invités à se faire circoncire pour leur bien car ils éviteraient ainsi d’attraper le virus du SIDA et autres maladies sexuellement transmissibles et donc ne les transmettraient pas à leurs partenaires. La circoncision est présentée au Rwanda comme une prévention contre les maladies sexuellement transmissibles dont le Sida. Du coup, le régime l’a rendue obligatoire mais sans que l’on sache si réellement son souci est de prémunir les hommes de ces maladies alors qu’aucune étude scientifique n’a encore démontré qu’un homme circoncis est immunisé de ces maladies comme le prétendent les autorités rwandaises.

Seulement, deux événements anodins y relatifs font penser que sous couvert de la circoncision, la campagne de stérilisation forcée et systématique des individus mâles se poursuit. Selon une source digne de foi, le Ministère de la Santé aurait inclus dans sa fiche de signalement pour l’évaluation de chaque médecin, selon le contrat de performance, une rubrique demandant d’indiquer le nombre d’hommes qu’il a circoncis ! D’aucuns pensent que ce qui est demandé aux médecins sous le vocable « circoncis » est en fait d’indiquer le nombre d’« hommes hutu stérilisés ». Les médecins « sollicités » pour ce forfait sont donc côtés entre autres selon le nombre d’hommes qu’ils auraient stérilisés par an.

Un autre fait interpellant : le site pro-gouvernemental « igihe.com », dans son édition du 14/2/2014, a rapporté une réunion publique tenue à Rubavu (anciennement Gisenyi) à l’Ouest du pays dans laquelle les femmes avaient été convoquées par le médecin directeur de l’hôpital de Rubavu le Dr Kanyankore William. Au cours de la réunion, le Dr Kanyankore a ouvertement demandé aux femmes de désormais se refuser à leurs maris pour les relations sexuelles si ces derniers n’allaient pas se faire circoncire.

Beaucoup d’hommes d’un certain âge en ont été choqués car ne comprenant pas comment leurs femmes, avec qui ils vivaient pendant plusieurs décennies, allaient désormais se refuser à eux sur ordre du gouvernement sous prétexte qu’ils n’étaient pas circoncis. Ces mêmes femmes, surtout les plus âgées parmi elles,  sommées de se refuser à leurs maris non circoncis se demandent pourquoi les autorités leur demandent de se méfier de leurs partenaires incirconcis de toujours et qui ne les ont pas contaminées.

Tout un chacun peut s’interroger sur cet acharnement à circoncire par force tout les mâles rwandais. En fait, au cours de la bénigne opération chirurgicale de circoncision, les praticiens ont reçu des consignes de stériliser à la même occasion le patient par vasectomie.

Vous avez dit : «  Génocide » ? Comment qualifieriez-vous cette campagne ?

Ghislain Mikeno
26/02/2014

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire