Rwanda : P. Kagame ment publiquement et sans sourciller devant les étudiants américains
+
Rubrique : Actualité


Publié le 25 Avr 2014 par Gaspard Musabyimana

Comme à son habitude et chaque fois que l’actualité se focalise sur ses violations des droits de l’homme et des emprisonnements arbitraires, le président rwandais, en difficulté pour effectuer une visite officielle aux Etats-Unis, est parvenu, par ses lobbies interposés, à se faire inviter par un certain nombre d’universités de ce pays pour qu’il aille y « dispenser des cours ». Sans s’attarder sur quel genre de cours académique digne de ce nom peut bien dispenser cet ancien enfant de rue de Kampala qui n’a pas terminé le cycle d’enseignement secondaire, force est de constater que cette fois-ci , il s’est lancé dans une fuite en avant qui devrait convaincre même  le pré-carré de ses défenseurs qu’il s’agit bien d’un menteur invétéré.

En effet, devant les étudiants de l’université deTuffts de Boston, il a, ce 23 avril 2014, déclaré que l’ancien président Habyarimana avait été tué par les extrémistes hutu de son camp pour qu’ils puissent massacrer les Tutsis. Il s’en est fallu de peu qu’il ne déclare le même Juvénal Habyarimana, qu’il a toujours abhorré, « Héros National », car sacrifié par les siens parce qu’il voulait partager le pouvoir avec les Tutsi, ce que son entourage ne souhaitait pas et le lui a fait payer.

Disant cela, Paul Kagame croit que le monde a oublié que :

  Après l’attentat terroriste du 06 avril 1994, les exécutants ont été fêtés en héros, que ce soit à Kigali (CND), à Mulindi ou à Kampala, avant que le même Kagame n’ordonne de désormais ne plus s’enorgueillir de cet attentat ;

  C’est lui-même qui, soutenu par ses parrains anglo-saxons, a formellement interdit qu’une enquête soit faite sur cette attentat par le TPIR, jusqu’à mettre fin au travail d’un enquêteur Michael Hourigan et au dessaisissement du dossier Rwanda à la Procureure Carla del Ponte qui voulait s’y appesantir ;

  Le dossier de l’ancien Juge anti-terroriste français Jean-Louis Bruguière, même repris par un autre juge dont on espérait qu’il serait plus coopératif pour disculper Kagame, et malgré les tentatives maladroites d’incriminer les Hutu (expertise acoustique commanditée en dernière minute et effectuée en France 18 ans après l’attentat et qui est présenté comme l’élément le plus concluant quant au lieu de l’attentat), le général-président est désigné par tous ses anciens collaborateurs (Abdul Ruzibiza, Aloys Ruyenzi,  Jean-Pierre Mugabe, Patrick Karegeya, Jean-Marie Micombero) comme le commanditaire de l’attentat ;

  Les témoignages se multiplient malgré les intimidations et les assassinats des témoins potentiels dont le dernier venant d’un ancien officier de l’armée de Paul Kagame qui a participé aux préparatifs de l’attentat, Jean-Mare Micombero ;

  Le capitaine Paul Barril, longtemps présenté comme l’artificier des extrémistes hutu, est enfin sorti du silence et accable le même Kagame dans ce dossier ;

Ainsi donc, Paul Kagame ose mentir publiquement aux étudiants américains qui, pour la plupart, ne connaissent du Rwanda que ce que leur racontent leurs professeurs, ceux-là mêmes qui sont les agents de communication du dictateur rwandais et qui organisent ces tournées à des prix astronomiques. Paul Kagame devrait plutôt avoir honte et s’interroger sur son avenir quand ses créateurs (la CIA comme l’affirme le capitaine Barril) le sommeront de ne jamais revendiquer un acte qui pourtant lui a permis d’accéder au pouvoir au Rwanda venant de l’armée ougandaise moins de quatre ans plus tôt, chose dont il n’avait même pas rêvé dans son enfance.

Jane Mugeni
25/04/2014

 

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire