Rwanda: Kigali derrière des coups de main contre des opposants en exil
+
Rubrique : Actualité


Publié le 10 Mai 2014 par Gaspard Musabyimana

Le gouvernement rwandais a fomenté des tentatives d’assassinat contre des opposants au régime de Paul Kagame exilés à l’étranger, selon une enquête du quotidien canadien The Globe and Mail.

Le journal a parlé à des exilés basés en Afrique du Sud et en Belgique, l’ancienne puissance coloniale, qui ont été recrutés par des agents du renseignement militaire rwandais pour embaucher des hommes de main chargés de tuer les adversaires du président Paul Kagame.

Dans une conversation téléphonique enregistrée en 2011, le chef du renseignement militaire rwandais, le colonel Dan Munyuza, discute avec l’ancien major Robert Higiro de la façon d’éliminer deux anciens collaborateurs de M. Kagame.

"Le prix n’est pas un problème", a déclaré Munyuza, offrant un million de dollars pour l’assassinat de l’ex-général Faustin Kayumba Nyamwasa et de l’ancien chef des services secrets Patrick Karegeya, exilés à Johannesburg.

"Ce serait formidable de se débarrasser des deux en même temps, mais si ce n’est pas possible, avec un seul, l’ennemi serait affaibli. (. . . ) S’il (le tueur à gages) pouvait tuer les deux oiseaux avec une seule pierre et éliminer tous les deux à la fois, il pourrait gagner plus. "

Faustin Kayumba Nyamwasa a survécu à deux tentatives d’assassinat depuis 2010. Patrick Karegeya a été retrouvé mort le 1er janvier, étranglé dans un hôtel de luxe de Johannesburg.

Selon The Globe and Mail à chaque fois que Kigali cherche à éliminer des opposants établis à l’étranger, "des agents rwandais recherchent des personnes vulnérables dans les cercles sociaux de leurs cibles et font pression sur eux ou leur offrent de l’argent en échange de leur coopération".

Le gouvernement rwandais est régulièrement accusé d’être derrière les mauvais coups frappant les opposants de Paul Kagame qui ont demandé l’asile politique à l’étranger.

Kigali a toujours nié tout lien avec ces actions, quand bien même M. Kagame ne les a pas désavouées.

A propos de l’assassinat de Patrick Karegeya, Paul Kagame a noté dans une interview au Wall Street Journal: "Le Rwanda n’a pas tué cette personne. Mais j’aurais bien aimé". "Peut-être qu’il le mérite", a-t-il dit en 2012 de Faustin Kayumba Nyamwasa, qui a survécu à une tentative d’assassinat à Johannesburg.

"La trahison a des conséquences. Quiconque trahit notre cause ou souhaite du mal à notre peuple deviendra une victime. Ce qui reste à voir, c’est comment il deviendra une victime", a récemment déclaré l’homme fort du Rwanda.

AFP

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Pas de commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire