TRISTE REPETITION DES MASSACRES DES REFUGIES RWANDAIS
+
Rubrique : Actualité


Publié le 10 Mar 2015 par Gaspard Musabyimana

COMMUNIQUE DE PRESSE

ALERTE : TRISTE REPETITION DES MASSACRES DES REFUGIES RWANDAIS

Depuis le déclenchement des opérations de l’armée congolaises « contre les FDLR » le 24 février 2015, des informations alarmantes nous parviennent, faisant état de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Des voix de plus en plus insistantes avec des images à l’appui, font état de destructions à l’artillerie lourde et brûlis  systématique des camps de réfugiés rwandais au KIVU.  Ces opérations  dirigées par le général Bruno Mandevu seraient conjointement menées avec l’appui des contingents militaires venus du Rwanda.

Certaines sources parlent de massacres de plusieurs centaines de réfugiés rwandais et des citoyens congolais à BIBWE-MASISI, KIRAMA-RUTSHURU, CHAHI, KIWANJA. Les congolais de la région des VIRUNGA, frontalière avec le Rwanda, affirment avoir vu une infiltration massive des troupes fraiches rwandaises lourdement armées ; ceci confirme les informations reçues de Kigali faisant état de rappel sous les drapeaux des réservistes et des démobilisés recyclés intensivement à Kanombe-Kigali pour être envoyés au front en RDC.

 Les FDU-Inkingi déplorent que les droits de l’homme soient vraisemblablement valables lorsqu’ils coïncident avec les intérêts des grandes puissances qui siègent au Conseil de Sécurité. Cette nouvelle guerre, qui se déroule loin des cameras en l’absence d’organisations humanitaires, rappelle à bien d’égards les tristes massacres des réfugiés rwandais par des opérations combinées des rebelles des AFDL et de l’armée du FPR en 1996-97. Ces exactions ont été largement documentées par le rapport Mapping Report ; selon ce rapport des Nations Unies, certaines exactions pourraient être qualifiées de crimes de génocide. Pour bien assoir le régime du FPR, certains pays qui se réclament champions des droits de l’homme, s’étaient pourtant voilés la face pour affirmer cyniquement que les réfugiés rwandais rescapés de ces massacres étaient tous rentrés au Rwanda. Il a fallu le courage de certaines personnalités comme Mme Emma Bonino, Commissaire européenne à l’action humanitaire, pour découvrir plus de 200.000 réfugiés fantômes abandonnés à eux-mêmes à Tingi-Tingi.

Les FDU INKINGI réitèrent qu’aucune solution militaire en RDC ne peut apporter des solutions durables à la crise politique rwandaise. La persistance des réfugiés et les diverses formes de rébellions qui en découlent sont en effet le résultat de la marginalisation politique et économique d’une couche de la population rwandaise. La résolution durable du conflit rwandais ne peut être réalisée qu’à travers un dialogue inter-rwandais hautement inclusif (DIRHI). Ce dialogue doit inclure toutes les parties prenantes, y compris les différents protagonistes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, armés ou non, ainsi que des représentants des confessions religieuses et de la société civile. A travers ce dialogue, les représentants des diverses composantes s’accorderaient sur des mécanismes constitutionnels et des arrangements institutionnels de gestion du pouvoir qui rassureraient et sécuriseraient tout un chacun.

Fait à Bruxelles le 9 Mars 2015.

Charles Ndereyehe

Commissaire chargé de l’Information aux FDU-Inkingi.

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire