Olivier Nduhungirehe, le nouvel ambassadeur du Rwanda à Bruxelles : un vrai diplomate ou un activiste du FPR?
+

Le président rwandais, Paul Kagame, vient de nommer un certain  Olivier Nduhungirehe comme ambassadeur du Rwanda en Belgique.

Le nouvel ambassadeur est le fils de Jean Chrysostome Nduhungirehe, qui fut plusieurs fois ministre depuis 1973 (Finances et Economie, Plan), ambassadeur  (Japon, …) et directeur ou haut cadre des sociétés  paraétatiques (Bureau national des projets, Office des cafés,…)  sous la deuxième république de Juvénal Habyarimana. C’est donc dire qu’Olivier Nduhungirehe est né avec une cuiller d’argent en bouche !

En effet, Olivier en 1975 quand son père Jean Chrysostome Nduhungirehe était ministre des Finances  et de l’Economie du premier gouvernement de Juvénal Habyarimana. Le petit Olivier fut donc scolarisé à l’Ecole belge de Kigali comme la plupart des enfants des dignitaires du régime ou des riches hommes d’affaires rwandais de l’époque.

Après les humanités, il n’a pas eu de peine à être envoyé en Belgique pour poursuivre les études à l’Université Catholique de Louvain-La Neuve (UCL),  sur bourse gouvernementale. Entretemps, en juillet 1994, le Rwanda était conquis par les combattants regroupés au sein d’une organisation politico-militaire dénommé FPR qui depuis, est devenu un parti unique de fait au pouvoir. L’étudiant Olivier Nduhungirehe, comme hutu, demanda l’asile politique à la Belgique et l’obtint, avant d’être naturalisé Belge trois ans plus tard. Après une licence en droit à l’UCL, pour meubler son temps, il passa un Master en gestion fiscale à l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

Ne parvenant toujours pas à percer sur le marché du travail en Belgique,  repéré et courtisé par les recruteurs du régime du FPR comme une cible facile, il rentra au Rwanda et commença sa carrière de fonctionnaire. Pendant la période d’observation, il lui fut confié de « petits boulots » comme : conseiller au ministère du commerce et de l’industrie, membre de la cellule de réforme du droit des affaires au ministère de la Justice, etc.  avant d’être versé dans le personnel diplomatique d’abord comme premier Conseiller d’ambassade à Addis-Abeba en 2007 puis  comme  numéro deux de la représentation rwandaise auprès de l’ONU à New York, en 2010.

Ce statut de diplomate fut doublé d’une autre fonction plus prenante : passer en revue, de manière continue et ininterrompue, tout ce qui paraissait sur le web, pour dénicher et contrer toute critique envers le pouvoir de Kigali. Ses répliques étaient souvent véhémentes, soutenues par des arguments  fallacieux à dessein ou parfois par des attaques personnelles. Et quand il était poussé dans ses derniers retranchements, il sortait alors l’argument massue : son contradicteur devenait un « négationniste » ou carrément un « génocidaire ».  En quelques années, Olivier Nduhungirehe, qui a publié sous le pseudonyme de Théoneste Rwemalika sur le groupe de discussion  « DHR », avant de se faire démasquer et avouer qu’il était en réalité Olivier Nduhungirehe, y met du zèle pour encenser le régime du FPR, au point de paraître « plus catholique que le Pape ».

Pourtant, derrière cette défense inconditionnelle du régime de Kigali se cache un homme qui souffre intérieurement : un soldat du FPR, du nom de Gatabazi, a tiré à bout portant sur Janvier Jean Cyriaque Nduhungirehe, petit frère du diplomate. Le jeune de 17 ans est mort sur le champ, devant leur habitation de Kicukiro à Kigali. C’était le 15 avril 1994.

Quel objectif poursuit le régime rwandais en  nommant Olivier Nduhungirehe ambassadeur à Bruxelles? D’aucuns pensent qu’Olivier Nduhungirehe revient s’installer en Belgique non comme un diplomate mais bien comme un agent des services secrets rwandais et un activiste du parti au pouvoir. Connaissant la hargne du FPR contre ses opposants politiques, la lettre de mission du nouvel ambassadeur, contiendra sans aucun doute une clause lui demandant de s’atteler prioritairement à les combattre. La stratégie est rôdée : il suffit d’en identifier les principaux et de les accabler notamment en les accusant d’être « des détenteurs d’idéologie du génocide, des négationnistes… »,  bref de les déstabiliser à défaut de les faire arrêter. Il dispose pour ce faire d’une grande équipe des Intore, dont l’organisation a été mise en place par son prédécesseur Robert Masozera.

Sur le plan politique, comme Rwandais, Olivier Nduhungirehe venait d’être élu vice-président du PSD,  un de ces partis satellites du FPR, après l’éviction du Dr Jean Damascène Ntawukuriryayo, ancien président du Sénat qui avait eu le culot de souhaiter un débat au sein de ce pseudo-parti sur l’amendement de la constitution dans le but de permettre à Paul Kagamé de rester président à vie.

Comme Belge, Olivier Nduhungirehe possède la carte du Parti socialiste, aujourd’hui dans l’opposition au gouvernement fédéral mais dans lequel il était entré dès sa naturalisation comme Belge pour pouvoir s’insérer dans les rouages de l’Etat belge que le PS a dominé pendant plus d’un demi-siècle.

Au Rwanda, Olivier Nduhungirehe reste donc au pouvoir au sein du FPR, tandis qu’en Belgique, sa deuxième patrie, il va maintenant jouer dans l’opposition au sein du PS tout en défendant les intérêts du régime de Kigali auprès du gouvernement de centre droit (MR/NVA/CD&V).

Les politologues devraient commencer à s’intéresser à ce cas inédit car il servirait de leçons dans la façon de gérer ce genre de situations diplomatiques kafkaïennes.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
2 commentaires
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

paulinauwmariya / 17 septembre 2015 à 15 h 09 min

Son Excellence le Président de la République Rwandaise, Monsieur Paul KAGAME,

La Communauté des Rwandais UNIS de Belgique (la CRUB) remercie Son Excellence le Président de la République Rwandaise, Monsieur Paul KAGAME, pour la nomination de Monsieur Olivier NDUHINGIREHE au poste d’ambassadeur du Rwanda à Bruxelles.

Son excellence Monsieur le Président, Votre décision dénote, comme toujours, une sagesse exceptionnelle. En effet, nous sommes convaincus que Monsieur NDUHUNGIREHE, ancien réfugié en Belgique, patriote et nationaliste confirmé, parviendra à convaincre l’importante diaspora rwandaise de Belgique, à renouer positivement avec sa mère patrie.

Monsieur le Président de la République, le parcours familial et professionnel de Monsieur Olivier NDUHUNGIREHE est la preuve qu’au Rwanda post 1994, le favoritisme n’a pas sa place. Par votre décision sage, vous nous démontrez, une fois de plus, que ceux qui craignent de renouer avec leur pays d’origine, et se livrent, par frustration, à des attaques injustifiées contre leur mère patrie, se trouvent dans l’erreur.

La communauté des rwandais UNIS de Belgique profite de cette même occasion pour adresser ses félicitations les plus sincères à Monsieur Olivier NDUHINGIREHE. Nous lui souhaitons courage et réussite dans cette mission noble que son Excellence Monsieur le Président de la République lui confie.

La communauté des rwandais UNIS de Belgique.

Secrétaire Paulina Uwamariya

Sebutiyongera Kamanayo / 23 septembre 2015 à 2 h 59 min

Ntabwo ngiye gusubiza iyi nkomamashyi Paulina. Ahubwo nzinduwe no kwivugira kuri uyu mwana wacu mwene nduhungirehe w’i Syhara. Burya koko inyana ni iya mweru. Ntabwo yashoboraga gusiga ibyo se yakoreye Habyarimana ngo we yoye guhemukira abakamiye umuryango we! Igitangaje n’uko yibagiwe uko mwene nyina iz’amarere zamugiriye ku Kicukiro, akibagirwa uko se wabo Elie Nshimiyimana ibisiga byamuririye i Nyamirambo ubwo yanyongwaga ku munsi wa Karamira, akibagirwa ko sekuru Ngurube na Nyirakuru Ntabugi nta gasano bagirana n’abega. Usibye ko we yiyumvamo ubututsi biturutse kuri ba nyirarume b’i Kigoma cya Ruhashya. None se ye mu hungu we, urakeka ko ibyananiye Masozera mwene masozera umututsi butwi ari wowe uzabishobora, witwaje se iki kizahangamura inararibonye ziri muri opposition yo mu Bubiligi? Ko mperuka na hano muri Amerika abakuzi bari baraguhinduye nk’umucuraguzi wa mu gitondo usigara arwana n’uko bumukereyeho? Hama ahubwo zikurye n’udasubirayo ujya gufungwa wasanga urimo uhambira utwawe ngo ube impunzi nk’abandi. Nizeye ko ibibazo bitazagutesha umutwe ngo ugere aho urwara igicuri nka sokuru, nutazira umuriro wo mu nzu ushobora kuzimanika mu kagozi kubera utwo duhinda twose twiyongera ku kazina keza ka mpemuke ndamuke.

Repondre

Laisser un commentaire