Assassinat   du  Capitaine  Mbaye   Diagne  le 31 mai 1994 à Kigali au Rwanda
+
Rubrique : Actualité, Documents
Mot-clés : , ,

Publié le 20 Oct 2015 par Aloys Ntiwiragabo

 Témoignage de   l’ancien Responsable des Renseignements Militaires à  l’Etat-major de l’Armée Rwandaise, le Général-Major Aloys Ntiwiragabo.

 J’ai salué l’acte historique du Conseil de Sécurité des Nations Unies de créer une médaille au nom du Capitaine Mbaye Diagne le 8 mai 2014. En effet le Capitaine Mbaye Diagne s’est distingué par sa bravoure et sa neutralité au cours de sa mission au Rwanda en 1994.

C’est grâce à la couverture médiatique par la presse internationale de la création de la Médaille Capitaine Mbaye Diagne par l’ONU que j’ai appris que le chef de l’Etat Rwandais, Paul Kagame, s’était permis de remettre sa médaille à la famille du Capitaine Mbaye Diagne le 4 juillet 2010.

J’ai alors pris la décision de donner mon témoignage à la famille  du Capitaine  Mbaye Diagne car, en lui remettant la médaille, Paul Kagame a posé un geste cynique qui s’inscrit dans la fausse version du drame rwandais en général et de la tragédie d’avril 1994 en particulier.

Puisque j’ignorais la thèse de diversion que Kigali aurait avancée sur la mort du Capitaine Mbaye Diagne, j’ai pris le temps de consulter des articles divers qui ont été notamment publiés sur Google pour déceler les montages, les suppositions et les spéculations. Celui qui a attiré le plus mon attention est l’article publié par Rwanda News et Collectif Van, intitulé « Hommage à un officier sénégalais », selon lequel le Capitaine Mbaye Diagne est « Tombé le 31 mai 1994 dans une embuscade tendue par les miliciens génocidaires Hutu dit ‘Interahamwe’ alors qu’il était affecté dans le haut commandement de la Mission des Nations Unies pour l’Assistance au Rwanda (MINUAR°…. ».

L’article ne donne aucune information sur les armes utilisées dans cette embuscade et le lieu exact où elle a été tendue. Or, en principe l’embuscade combine plusieurs sortes d’armes, notamment des lance-roquettes portables, des grenades, des mitrailleuses et des fusils d’assaut. En outre l’embuscade se tend  à  un  endroit offrant la dissimulation à l’élément qui la tend. Tandis que le Capitaine Mbaye Diagne a été tué sur une grande voie publique, dans un terrain ouvert par un obus isolé. Or les miliciens n’avaient pas des canons  ou des mortiers.

D’autres articles disaient que le Capitaine Mbaye Diagne était dans un convoi de l’ONU au cours de l’escorte des déplacés de guerre et qu’il a été tué par un obus de mortier tiré de la base du FPR au CND. La version d’être dans le convoi est contredite par Wikpedia :

220px-Mbaye-wikipedia

Cpt Mbaye Diagne/wikipedia

«Le Capitaine Mbaye Diagne, décédé le 31 mai 1994, est un officier subalterne sénégalais.  Il  était  observateur  militaire  de  la  Mission  des  Nations  Unies   pour  l’Assistance au Rwanda. Il a sauvé à lui seul plusieurs centaines de personnes du génocide au Rwanda au péril de sa propre vie. Le 31 mai 1994 il rentre seul à l’état- major de la force quand un obus explose à côté de son véhicule. Il est tué immédiatement à 12 jours de son retour au Sénégal où il laisse sa femme et deux enfants. Il aura droit à tous les honneurs posthumes, bien que peu de Sénégalais connaissent son histoire édifiante ».

En effet le Capitaine Mbaye Diagne a été tué par un obus le 31 mai 1994, alors qu’il était seul dans un véhicule qu’il conduisait lui-même et non dans un convoi. Il arrivait au barrage tenu par l’Armée Rwandaise au pont échangeur Kigali Night, sur la route des poids lourds, en bas et entre le dancing Kigali Night et la station SOPECYA. Il a été tué par une roquette Katiusha tirée en direct à partir de la position du Front Patriotique Rwandais (FPR) au Mont Nyanza et non par un obus de mortier qui aurait été tiré de la base du FPR au CND, ni abattu par un obus tiré par les Forces Armées Rwandaises (FAR), contrairement à certains autres commentaires.

Le départ de la roquette Katiusha fut confirmé par les positions des FAR qui l’ont consigné    dans    leur    rapport    et    se    trouvaient    aux    endroits       suivants :
-A  la  Brigade  de  la  Gendarmerie  à  Gikondo  surplombant  la  zone     industrielle.
-A Mburabuturo surplombant également la zone industrielle
-A la croupe de Kimihurura en bas du camp de la Garde présidentielle.

En fait la Roquette Katiusha émet un sifflement et un bruit entendus par les positions qu’elle survole. Et la roquette qui a été tirée sur la jeep du Capitaine Mbaye Diagne   a survolé la zone occupée par les positions susmentionnées. Même sans donner la précision opérationnelle sur la provenance de la roquette, le poste ciblé étant une position de l’Armée rwandaise dans la zone gouvernementale, les FAR ne pouvaient pas y diriger leurs tirs d’Artillerie. Il va sans dire que c’est le FPR qui a tué le Capitaine Mbaye Diagne.

La remise de médaille à la famille du Capitaine Mbaye Diagne le 4 juillet 2010 par Paul Kagame fut un geste cynique, de diversion et de falsification de l’histoire. C’est une insulte pour la famille du Capitaine Mbaye Diagne. Paul Kagame a menti à la famille du Capitaine Mbaye Diagne et se moque d’elle !

A partir du Mont Nyanza le FPR suivait tous les mouvements sur le Boulevard de l’OUA depuis le Rond Point Place de l’Unité Nationale (Eglise Sainte Famille) vers Gikondo et la vallée longée par la route des poids lourds, de la zone industrielle jusqu’au pont échangeur Kinamba vers Kacyiru et Gisozi. Il contrôlait à la jumelle Kicukiro, Gikondo, Remera chez Lando et Kimihurura.

Le FPR voyait que tous les véhicules, même ceux de la MINUAR, ralentissaient ou marquaient  un  arrêt  sur  le  poste  de  contrôle,  ne  fût-ce  que  le  temps d’enlever

l’obstacle. La position de l’Armée rwandaise gardait le pont échangeur Kigali Night et faisait partie de l’unité déployée sur la route des poids lourds.

Donc le véhicule du Capitaine Mbaye Diagne a été suivi depuis le Rond Point (Place de l’Unité Nationale), de l’Eglise Sainte Famille à la bifurcation Station SOPECYA, pour prérégler et ajuster le tir sur le barrage. Le véhicule a été touché juste au moment où il ralentissait à l’approche du barrage.

Le 25 mai 1994 j’ai été personnellement la cible de 2 roquettes tirées en rafales sur ma jeep à partir de la même position du FPR au Mont Nyanza, au moment où j’arrivais à la Station SOPECYA surplombant le pont à 100 m. Je venais d’une rencontre de coordination en plein air avec la MINUAR sur l’opération de convoi réciproque des déplacés de guerre de la zone gouvernementale et celle du FPR.

La rencontre avait lieu à Kimihurura au carrefour du Boulevard menant à la Primature (ancien palais du MRND) et l’avenue du Lac Muhazi passant en bas de l’Etat-major de la Gendarmerie Nationale.

Au retour, j’ai emprunté la piste en terre passant par ATS Kimihurura pour atteindre la route asphaltée  justement au pont  échangeur Kigali Night.

cpt mbaye_1

Cpt Mbaye Diagne/negronews.fr

La position du FPR au Mont Nyanza me suivait à la jumelle. Elle a préréglé et ajusté son tir sur le barrage installé par les miliciens à la station SOPECYA. Au moment où j’arrivais au barrage une roquette Katiusha a frappé le sol et effleuré le pneu avant- gauche de ma jeep. Elle s’est logée dans l’asphalte et n’a pas  explosé heureusement. Mais un éclat a troué le radiateur. Je l’ai constaté quand j’arrivais au niveau du Ministère de la Défense et l’Eglise St Michel suite à la fumée sortant du radiateur vidé. La deuxième roquette a touché le sol à 10 mètres derrière le véhicule. Le FPR a tiré sur moi en violation de la trêve convenue pour faciliter la rencontre.

Informé des assassinats et exterminations des familles entières commis par le FPR, alors que je n’avais pas de nouvelles de la famille de mon beau-frère habitant près  du carrefour chez Lando à Remera, j’avais indiqué au Capitaine Diagne la localisation du domicile de mon beau-frère et je lui ai demandé de s’enquérir sur sa situation. Le FPR avait tué le Colonel gendarme retraité Pontien Hakizimana et le Major gendarme Mme Hélène Bugenimana et ses enfants, voisins mitoyens de mon beau-frère, le 8 avril 1994.

Le Capitaine Diagne a escaladé le mur de la clôture du domicile de mon beau-frère pour voir si la famille n’avait pas été massacrée, malgré la présence d’une position  du FPR qui était tout près. Donc le Capitaine Diagne bravait le FPR. Il a brisé une vitre de chaque pièce pour écarter les rideaux et voir s’il n’y avait pas des corps dedans. Il n’a rien trouvé. Puis il a fait des recherches et a localisé la famille, heureusement réfugiée au stade national Amahoro de Remera, au milieu du mois de mai 1994.

J’atteste que c’est bien le FPR qui a tué le Capitaine Mbaye Diagne ! Il est fort probable que le FPR ait tiré sur son véhicule en connaissance de cause, car à ma connaissance le Capitaine Diagne avait été menacé à plusieurs reprises sur les barrages du FPR, parce qu’il ne ménageait pas le FPR ! C’est pourquoi Paul  Kagame n’est pas digne d’avoir remis la médaille à la famille du Capitaine Mbaye Diagne. Il ne compatit pas avec elle.  Au contraire il doit la dédommager.

J’espère que l’ONU a donné à la famille du Capitaine Mbaye Diagne le rapport de la MINUAR qui aurait été établi sur son assassinat. Si ce rapport n’est pas conforme à mon présent témoignage, la famille du Capitaine Mbaye Diagne doit alors savoir qu’elle a été trompée, même par l’ONU !

Aloys Ntiwiragabo Général-Major

 N.B. Le présent témoignage a été transmis à la famille du Capitaine Mbaye Diagne par le canal du Ministère des Affaires Etrangères du Sénégal en décembre 2014.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
Un commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Baziriki / 12 décembre 2015 à 0 h 27 min

Je signale tout simplement que le général Dallaire affirme, dans son livre J’ai serré la main du diable, que c’est bien le FPR qui a tiré sur le capitaine sénégalais. A la page 501, il écrit en effet, « Puis j’appris que le capitaine Diagne Mbaye, un Sénégalais, avait été frappé par des fragments de projectiles de mortier tirés par le FPR contre un barrage de l’AGR, alors qu’il me ramenait un message de Bizimungu. »

Baziriki

Repondre

Laisser un commentaire