Rwanda : Une illustration du phénomène « hutu de service » 
+

Alain Mukuralinda, après avoir fait condamner Victoire Ingabire, jette l’éponge et se replie… aux Pays- Bas !

Jusqu’au 04 novembre 2015, Alain Mukuralinda était magistrat au Parquet de Kigali où il était entré en 2002 après son retour d’exil de la Belgique où il vivait et avait acquis la nationalité belge. Au Parquet de Kigali dont il était le porte-parole, il dirigeait souvent l’équipe de l’Accusation dans les grands procès politiques. C’est ainsi qu’il a été l’« accusateur principal », comme Procureur, dans le procès de madame Victoire INGABIRE Umuhoza, p résidente du parti FDU-Inkingi.

Qui est Alain Mukuralinda ?

Alain Mukuralinda est originaire de Kigali-Ngari. Il a fait ses études secondaires au collège de Rwamagana qu’il a terminées en 1990. En 1991, il entama des études de Droit à l’Université de Louvain-La-Neuve en Belgique où il a décroché une licence en Droit.

Points focaux dans sa carrière de juriste

En 1999, il fut inscrit au barreau de Bruxelles mais il aurait été rayé peu de temps après (mai 2000) suite à une faute professionnelle. C’est alors qu’il rentra au Rwanda en 2002 pour être embauché au Parquet. Il gravira alors tous les échelons jusqu’au poste qu’il occupait avant sa démission de ce mois.

Alain Mukuralinda se rendra célèbre au Parquet de Kigali par  son instrumentalisation dans le procès de Victoire Ingabire. L’on se souviendra en effet que c’est lui qui dirigeait l’équipe d’accusation dans ce procès inique et politique. Le pauvre « hutu de service »Alain Mukuralinda ne faisait que lire et exhiber de faux  documents fabriqués par les Renseignements Militaires (DMI) et dont le caractère de faux grossiers sautait aux yeux de tout observateur sauf aux yeux d’Alain Mukuralinda qui devait s’exécuter. Même les témoins qui lui furent donnés par les enquêteurs pour qu’il les présente étaient si maladroitement « techniqués » que la Cour gênée a dû à plusieurs reprises suspendre la séance pour lui permettre d’être recadré par les Renseignements Militaires. Comme par exemple ces soi-disant Majors, Colonels etc… des FDLR qui devaient affirmer qu’ils avaient été sous les ordres ou reçu des fonds da la part de Victoire Ingabire alors qu’ils ne l’avaient jamais aperçu de leur vie avant la tenu de ce procès.

Ayant bien joué son rôle déshonorant, Mukuralinda recevra les félicitations de ses maîtres et madame Victoire Ingabire, Présidente du Parti FDU-Inkingi, fut condamnée à 15 ans de réclusion qu’elle purge dans la prison-mouroir de Kigali dite « 1930 ». Après leurs prestations, ces malheureux témoins malgré eux, ayant été symboliquement condamnés alors qu’ils s’accusaient de crimes graves, furent, sur demande d’Alain Mukuralinda, libérés et même pour certains indemnisés.

Humiliations quotidiennes et frustrations à faire craquer le plus coriace des caïds

Moins de 2 ans après avoir fait condamner Victoire Ingabire, Alain Mukuralinda vient de jeter l’éponge. D’aucuns se demandent pourquoi cette démission alors que sa carrière semblait être bien lancée et que même d’autres le voyaient déjà  « Procureur général » ? Ceux qui le côtoyaient tous les jours à Kigali décrivaient un homme blessé et régulièrement humilié par ses collègues et leurs compagnes. A plusieurs reprises et en public, celles-ci n’hésitaient pas à l’interpeller, quelque fois en présence de son épouse, en lui demandant comment il a pu épouser « une guenon », entendez par là une hutue. Il faut dire qu’Alain Mukuralinda est marié à la fille de l’ancien ministre des Travaux Publics Félicien Gatabazi assassiné par le FPR en février 1994.

Mais tout n’est pas négatif dans cette aventure d’Alain Mukuralinda à Kigali. Il a pu en effet récupérer tous les biens immeubles dans Kigali, oh combien abondants, de sa famille et qui risquaient d’être saisis comme il en est le cas pour les biens des exilés. Si cet exploit n’est pas contrarié par le régime après sa défection, il sera à l’abri du besoin pour le reste de ses jours où qu’il se trouve, en Belgique ou aux Pays Bas comme il l’a fait entendre sans que l’on sache pourquoi car aux dernières nouvelles, sa famille élargie (père et mère, frères et sœurs) était toujours domiciliée en Belgique tandis que sa famille nucléaire était toujours avec lui à Kigali.

Alain Mukuralinda revient en Europe où il va croiser journellement les proches des personnes qu’il vient de laisser derrière lui dans les geôles de Kigali. Au premier rang Victoire Ingabire qui, outre les membres de sa famille, a des milliers de partisans dans le Benelux. Que va-t-il leur dire ? Pourra-t-il avoir le courage de se confesser et de demander pardon ? Wait and see !

Jean-Jacques Karamira

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
6 commentaires
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...Loading...

COMMENTS

Janvier Habyarimana / 14 novembre 2015 à 13 h 38 min

Alain Muku fut recruté en Belgique par feu Patrick Karegeya.
Serait-il tombé en disgrâce à cause de cela comme certaines autres recrues du Colonel?

Rwemalikat Theoneste / 14 novembre 2015 à 14 h 48 min

Ce article d’une stupidite sans egal est plein de mensonges, de mechancete et d’insultes, notamment a l’endroit de l’epouse d’Alain Mukuralinda! La verite est que Martine Mukuralinda, cadre a la Bralirwa, a obtenu une promotion importante au siege de la Heineken a La Haye. Et Alain Mukuralinda, qui avait garde les enfants jusqu’a la fin de l’annee scolaire, a simplement demande un conge sabbatique pour les rejoindre, ce que ferait tout bon pere de famille qui se respecte. Vous devriez avoir honte et demander pardon a la famille, surtout a Martine Mukuralinda.

Karamira / 14 novembre 2015 à 16 h 30 min

Excellence Monsieur l’Ambassadeur, si c’est avec une telle hargne que vous envisagez menez votre mission diplomatique à Bruxelles, c’est de mauvaise augure. D’abord nous nous somme seulement demandé comment Alain Mukurarinda venait d’abandonner sa fonction au parquet; Vous venez de nous en donner des explications. Dont acte. Quand nous révélons qu’il était régulièrement humilié et en présence de son épouse, ce à quoi nous avons assisté ou reçu des témoignages fiables , vos décrétez que cela consitue une insultes et exigez à ceux qui dénoncent ce mépris qu’ils de demandent pardon! Il faut Etre « Ambassadeur » pour l’exiger. Soit dit en passant: la sortie du Gen Kabarebe qui fustigeait les hauts responsables du régime qui sont prompts à s’exiler concernait Alain Mukurarinda ou ce fut une pure coïncidence?

CESAR / 22 novembre 2015 à 18 h 09 min

Le problème dans notre pays et le constat est terrifiant est le dysfonctionnement intellectuel et l’opportunisme caractérisé dont souffrent ceux qui se disent intellectuels. Ceux-ci confondent allègrement être détenteur d’un diplôme avec être intellectuel.
La parfaite illustration est le cas des Rwandais dits juristes. Sur les bancs des facultés, ils ont appris que face à un problème ou problématique juridique notamment la violation d’une disposition légale, le rôle d’un juriste digne de ce nom est d’analyser et critiquer la disposition bafouée et nullement s’embourber dans des considérations politiciennes ou subjectives. Son rôle est donc d’apporter une contribution à l’essor du respect de la loi dans son pays. Il a droit d’avoir des opinions politiques et d’adhérer éventuellement à un parti politique de son choix mais cette adhésion est fondée sur des considérations subjectives. Face au méfait tel que celui que vient de commettre Kagame, le fait d’être membre du FPR, parti-Etat, ne doit pas altérer son esprit de jugement. Le cas de Mukuralinda est la parfaite illustration de ce dysfonctionnement intellectuel. Certains Rwandais ont échangé leurs points sur la révision de notre constitution par Kagame dans l’unique dessein de s’autoproclamer président à vie. Parmi ces Rwandais, il y a ce Monsieur qui a fait l’exploit dans l’emprisonnement des dirigeants des partis politiques d’opposition dans notre pays.
1- Dans tous les systèmes juridiques des Etats démocratiques, seule la constitution prévoit les conditions de fond et de forme quant à sa révision. Mukuralinda soutenait que le Rwanda sous Kagame est un Etat démocratique et par conséquent ces pétitions sont fondées. Si tel est le cas, notre constitution prévoit alors sa révision par le jeu des pétitions écrits par les Rwandais c’est-dire elle précise les conditions de fond et de forme d’autre part. Or, nul part dans notre constitution est mentionné le mot « pétition ».
2- Dans notre pays tout le monde connait qui est qui et qui fait quoi et ce, depuis des siècles. Il n’y a donc pas de secret entre Rwandais en sus des relations croisés et complexes séculaires entre ces derniers.
Les faits accablants montrent que si certes des membres du FPR ont , sur demande de leur parti rédigé des prétendues pétitions, les oligarques du FPR ont contraint avec chantage des millions de Rwandais à signer les documents sans même connaître son contenu. Les témoignages publics ont été donnés par les jeunes rwandais courageux qui ont refusé de les signer nonobstant les menaces et chantages en tous genres des escadrons de la mort du FPR qui sévissent dans nos campagnes. La présidente de la chambre des députés a exhibé des paysans rwandais transportant des papiers dits pétitions qui demandent à Kagame de s’autoproclamer président à vie. Certes le FPR est en fait un parti-Etat, mais il en existe d’autres partis politiques dans notre pays. La parfaite illustrations est le nombre de dirigeants de ces partis qui croupissent dans les geôles de Kagame depuis plusieurs années. Par conséquent, sous peine de mauvaise foi, nul ne peut soutenir que ces prétendues pétitions émanent des millions de Rwandais qui ont évoqués par la présidente de la chambre des députés, sachant que le FPR est minoritaire dans le pays. Monsieur Mukuralinda a soutenu que le FPR est le parti majoritaire et que ses pétitions, outre qu’elles ont fondées émanent effectivement du Peuple, le tout contre l’évidence absolue à savoir leur inexistence dans notre constitution et les témoignages publics et irréfutables des Rwandais sur leur caractère fantaisiste et sans démontrer juridiquement au surplus le bien fondé de ces pétitions. Il s’est fourvoyé dans les affirmations subjectives et kilométriques, c’est le propre des intello du régime Kagame à tel question s’est posée de savoir s’il a fait effectivement le droit constitutionnel à l’université en Belgique, pays de Filip Reyntjens. Madame la présidente de la chambre des députés a fait les cours du soir à la faculté de droit et elle n’a que quelques prolégomènes en droit constitutionnel. Elle a été positionnée à la tête de l’assemblée nationale par son maître. Elle a exécuté les ordres de son patron. Par conséquent, nul ne peut lui en tenir rigueur. L’opportunisme de Mukuralinda a altéré gravement son esprit de jugement. Il souffre d’un dysfonctionnement intellectuel comme des centaines de membres du FPR pro-kagamistes.
3/ Notre constitution dit :
3° Décidés à combattre la dictature en mettant en place des institutions démocratiques et des autorités librement choisies par le peuple ;
4° Soulignant la nécessité de consolider et promouvoir l’unité et la réconciliation nationales durement ébranlées par le génocide et ses conséquences ;
5° Conscients que la paix et l’unité des Rwandais constituent le fondement essentiel du développement économique et du progrès social du pays;
6° Résolus à bâtir un Etat de droit fondé sur le respect des libertés et droits fondamentaux de la personne, la démocratie pluraliste, le partage équitable du pouvoir, la tolérance et la résolution des problèmes par le dialogue;
7° Considérant que nous avons le privilège d’avoir un même pays, une même langue, une même culture et une longue histoire commune qui doivent nous conduire à une vision commune de notre destin;
8° Considérant qu’il importe de puiser dans notre histoire multiséculaire les valeurs traditionnelles positives indispensables à l’existence et à l’épanouissement de notre Nation ;
9° Réaffirmant notre attachement aux principes des droits de la personne humaine tels qu’ils ont été définis par la Charte des Nations Unies du 26 juin 1945, la Convention des Nations Unies du 9 décembre 1948 relative à la prévention et à la répression du crime de génocide, la Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948, la Convention contre toutes formes de discrimination raciale du 7 mars 1966, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels du 19 décembre 1966, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques du 19 décembre 1966, la Convention sur l’Elimination de toutes les formes de Discrimination à l’égard des Femmes du 1er mai 1980, la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples du 27 juin 1981 et la Convention relative aux droits de l’enfant du 20 novembre 1989 ;
Article 5
La langue nationale est le Kinyarwanda. Les langues officielles sont le Kinyarwanda, le Français et l’Anglais.
Sur le nombre de mandats du président rwandais et la révision de la constitution rwandaise
a- Le nombre de mandats : Article 101.

Le président de la République est élu pour un mandat de sept ans renouvelable une seule fois.
En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels.
b- La révision de la constitution : Article 193
L’initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de la République après délibération du Conseil des Ministres et à chaque Chambre du Parlement sur vote à la majorité des deux tiers de ses membres.
La révision n’est acquise que par un vote à la majorité des trois quarts des membres qui composent chaque Chambre.
Toutefois, lorsque la révision porte sur le mandat du Président de la République, sur la démocratie pluraliste ou sur la nature du régime constitutionnel notamment la forme républicaine de l’Etat et l’intégrité du territoire national, elle doit être approuvée par référendum, après son adoption par chaque Chambre du Parlement.
Aucun projet de révision du présent article ne peut être recevable. »
Notre constitution est limpide sur
1/ le pluralisme politique
2/ l’existence de trois langue dans notre pays, par ordre, kinyarwanda, français et anglais
3/ l’interdiction absolue de réviser ses articles 101 et 193
4/ l’attachement du Peuple Rwandais aux valeurs et principes démocratiques stipulés par diverses conventions internationales auxquelles le Rwanda est parti.
Or, nonobstant ces évidences, Mukuralinda a soutenu, surement pour plaire à ses maîtres, que la révision de ces articles est fondée comme il a soutenu que le refus opposé par les juges à Léon Mugesera pour assurer sa défense en français, langue pourtant prévue par notre constitution était fondée mais sans préciser en quoi elle est juridiquement fondée.
Son cas n’est pas unique. Ce dysfonctionnement intellectuel des certains Rwandais prétendument intellectuels et serviteurs du régime Kagame est lourd de conséquences à moyen et long terme pour notre pays. La question est de savoir pourquoi ces gens sont-ils tombés aussi bas ?
S’il est retourné en Belgique, aura-t-il le courage de regarder tout droit dans les les yeux les enfants de la prisonnière et la courageuse Ingabire Umuhoza qui fait peur à Kagame à tel point que celui-ci est devenu paranoïaque? La Belgique étant un petit pays, pourra-il hiberner ou se terrer toute sa vie. Pense-t-il aux centaines de Rwandais qu’il a envoyés injustement en prison sans parler des victimes des spoliations commises par les oligarques du régime dont il état serviteur, sachant qu’il a rejeté leurs plaintes légitimes et qu’ils ont été réduits à l’échelle infrahumaine avec leurs enfants en bas âges? Les images de certains paysans de Kigali en l’occurrence, victimes des spoliations massives de leurs biens ont été diffusées sur la Toile. Les témoignages des victimes des méfaits de ce Monsieur, dont le sens d’humanité élémentaire est discutable, peuvent permettre aux Rwandais de Belgique de savoir ce qu’est effectivement ce Monsieur.

[…]  RWANDA : UNE ILLUSTRATION DU PHÉNOMÈNE « HUTU DE SERVICE » –  RWANDA : LE POSTE D’AMBASSADEUR, UNE PORTE DE SORTIE POUR LES «HUTU DE SERVICE» ? – DILEMME […]

Véronique / 5 avril 2017 à 21 h 32 min

Quelqu’un peut-il me dire qui est vraiment ce Monsieur qui vient de me mener en bateau ? Il m’avait demandé une prestation et depuis, plus de signe de vie. Il s’est évaporé dans la nature. Il ne répond ni aux mails, ni au téléphone !

Repondre

Laisser un commentaire