Rwanda : Oda Gasinzigwa chassée du gouvernement à cause des « enfants de la rue » ? Les vrais raisons.
+

Dans son discours du 12/3/2016 lors de l’ouverture de la 13è rencontre des cadres de l’Etat rwandais à Gabiro, le président Paul Kagame a longuement évoqué le problème des « enfants de la rue » et s’est demandé pourquoi il n’était pas résolu.

Pour lui, ce phénomène souille l’image du pays car des étrangers qui visitent le Rwanda ont l’impression que les autorités politiques ne s’occupent pas de l’encadrement de la jeunesse. Il a posé la question de savoir pourquoi ces enfants n’étaient pas conduits dans le camp érigé à l’ile Iwawa dans le lac Kivu.

Qui sont ces enfants de la rue ?

Après la prise du pouvoir par le FPR en juillet 1994, des aides massives ont afflué pour venir en aide aux veuves et aux orphelins. Les bénéficiaires étaient et restent des organisations mises sur pied avec l’aide du nouveau pouvoir dont FARG (Fonds d’aide aux rescapés du génocide), AVEGA (Association des Veuves du génocide Agahozo), AERG (Association des étudiants rescapés du génocide),… Elles encadrent entre autres les enfants orphelins « rescapés du génocide » : payement des frais de scolarisation et du matériel scolaire, construction des maisons d’habitation,…

Une autre partie des enfants, « rescapés des massacres du FPR », sont des laissés-pour-compte. Ils sont dans la rue. Certaines organisations caritatives ont pris leur courage à deux mains et ont fondé des orphelinats en vue de  venir en aide à cette autre catégorie d’orphelins. Mais le « FPR originel », qui dirige le pays sous une politique sournoise de racisme, décréta que tous les enfants doivent être encadrés par leur famille et procéda à la fermeture tous les orphelinats. Les enfants sont déversés dans la rue car n’ayant souvent pas de parents, ni proches, ni éloignés, pour les accueillir. Mais le pouvoir les tient à l’œil. Il ne manque pas d’imagination pour appliquer sa politique criminelle. Une prison secrète est trouvée : l’île d’Iwawa dans le lac Kivu, au large de la ville de Gisenyi au nord du pays. Un vrai camp de concentration. Son existence a été dévoilée par un journaliste d’investigation du The New York Times en mai 2010. Très vite le gouvernement rwandais publia un démenti qu’il s’agissait d’un camp de formation pour les jeunes désœuvrés.

Dans ce camp, les pensionnaires y subissent des bastonnades et autres mauvais traitements, voire des décès suspects, par  noyade, loin des regards indiscrets.

La première génération des orphelins du FPR est constituée maintenant de jeunes adultes. La presse rwandaise a montré récemment de jeunes mamans, ayant élu domicile sous des ponts et dans des caniveaux, avec des enfants qui, la journée, sillonnent la ville de Kigali pour chercher de quoi manger. Ils sont dans le collimateur du pouvoir qui fait tout pour « les éradiquer ». Oda Gasigwa n’y est pas parvenue. Il y a sans aucun doute des consignes qu’elle n’a pas respectées, celles de réduire cette jeunesse à sa plus simple expression.

Une ségrégation en règle a été érigée entre les orphelins rwandais. En 2012, un journal canadien écrivait : « Les orphelins hutus de la tragédie de 1994 sont abandonnés à leur triste sort contrairement aux orphelins tutsis, qui sont pris en charge par le Fonds d’aide aux rescapés du génocide ». Ces autres orphelins, des « sales gamins », sont bons pour des camps de concentration comme l’Ile Iwawa. Le président Paul Kagame a été clair dans son discours ci-haut cité : même si l’île Iwawa est pleine, il aurait fallu trouver un autre endroit pour cacher cette misère que constitue les enfants de la rue.

Voilà pourquoi Oda Gasinzingwa a démérité. Attendons voir les prouesses du docteur Diane Gashumba, la nouvelle ministre de la famille.

Jean-Jacques Karamira

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
3 commentaires
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...Loading...

COMMENTS

Elisée / 27 mars 2016 à 23 h 35 min

FARG, AVEGA, AERG,, IBUKA, Iyimiryango yose Kubwanjye kuba ihari ni ikimwaro kumuryango: ‘w’abicanyi’ wari wariyemeje kutumaraho!!?

CESAR / 30 mars 2016 à 20 h 36 min

Vos explications sur ce drame des rescapés des massacres de masse contre les Hutu par les soldats du FPR sur ordre de Kagame sont claires.

Le cas Kagame est inique et unique dans l’histoire de notre pays. En matière d’inhumanité, il bat le reccord. Il a légalisé la discrimination ethnique et la division du Rwanda en trois strates, strates respectivement tutsi, hutu et twa.
La légalisation de la discrimination ethnique contre les Hutu, quelle que soit leurs dates de naissance est prévue par l’article 14 la constitution rwandaise actuelle. Cet article combiné avec le préambule point 1 de la constitution consacrent les deux éléments ci-dessus indiqués.
Sous le régime Kagame, tous les Tutsi sont rescapés et la qualité de rescapé est héréditaire. Tous les Hutu outre qu’ils sont génétiquement génocidaires sont des déchets. Il s’ensuit que ces enfants dits de la rue sont des déchets. Le ministre avait entre autres mission de débarrasser la ville de Kigali et les environs ainsi que les autres villes du Rwanda ces déchets. Leur place est ailleurs sauf au Rwanda. Ils doivent rejoindre les leurs.
Il convient de rappeler que ces milliers d’enfants dits de la rue sont exclus du bénéfice des soins de santé élémentaires pourtant prévus par la constitution rwandaise et toutes les conventions internationales dont la convention de Newyork relative aux droits de l’enfant du 26 janvier 1990, signée par le Rwanda le 26 janvier 1990 et ratifié par celui-ci le 24 janvier 1991 .Pour cela, leur taux de mortalité dépasse 45%. Ceux qui meurent sont enterrés dans les fosses communes comme des déchets toxiques.
Les cas sont nombreux. Outre l’extermination massive des Hutu dans toutes les communes du Rwanda, Kagame a ordonné la destruction des écoles pour que les enfants Hutu rescapés ne puissent pas aller à l’école même avec l’aide des bienfaiteurs. Les écoles restantes ne pouvaient pas accueillir des milieux d’enfants rescapés aidés par les proches pourvus d’humanités ou pris en charge par les orphelinats. L’exploit cruel du régime Kagame, lequel exploit a été soigneusement planifié est qu’en sus de l’interdiction d’orphelinats sur l’ensemble du Rwanda sauf ceux qui accueillent les enfants Tutsi dits rescapés, il a rendu l’école rwandaise la plus cher en Afrique voire même dans le monde et ce, à tous les niveaux pour les enfants du Peuple. Même ceux qui ont pur aller plus loin, c’est-à-dire aller à l’école secondaire après avoir réussi le concours de l’école primaire ont abandonné, faute de moyens. Si les bienfaiteurs ont pu les loger et les nourrir, eux aussi frappés de paupérisation et incapables de payer les études de leurs progénitures, nonobstant leur bonne volonté, ils n’ont pas pu et ne peuvent pas financer leurs études. D’autres ont été chassés pas ceux qui les avaient accueillis. Il s’ensuit que des milliers d’enfants mineurs et majeurs sans toit se sont trouvés dans la rue et ne vivent que par la mendicité. Kagame regrette de n’avoir pas fini le sale boulot. S’il avait totalement accompli sa mission, il n’y aurait pas ceux qu’il appelle déchets dans les rues du Rwanda.
Au regard des faits et des instructions et déclarations de Kagame, la mise en mort vivants et débout des milliers d’enfants rwandais a été planifiée par celui-ci. Pour s’en rendre compte, il faut bien voir la chronologie des faits. Kagame a agi d’une manière ordonnée qui prouve la planification de ses méfaits qui sont indiscutables.
1/ Il a exterminé leurs parents des ces enfants.
2/ Il a détruit les maisons des victimes.
3/ Il a détruit les écoles pour que l’avenir des enfants rescapés soit sombre.
4/ Il a crée deux types d’écoles onéreuses, celle des enfants d’oligarques et celle des enfants du Peuple dont le coût est exorbitant par rapport aux ressources des intéressés.
5/ Il interdit strictement les orphelinats sauf ceux des enfants tutsi dits rescapés de père en fils dans l’unique dessein de les réduire à l’échelle infrahumaine.
6/ En 2003, il a légalisé l’exclusion des milliers voire des millions d’enfants rescapés Hutu du bénéfice des aides publiques. Celles-ci sont exclusivement réservées aux rescapés Tutsi. Il a pénalisé toute évocation des origines de ces enfants dits de la rue et causes réelles de leur situation infra-animale.
7/ Il a ordonné à sa ministre de les nettoyer des rues du Rwanda et les envoyer vifs ou morts vivre à l’endroit spécialement prévu pour eux. La Ministre n’a pas rempli la mission qui lui avait été assignée et pour ce faire, elle a été sanctionnée par son employeur et patron. Les ministres sont au service de Kagame et nullement à celui des Rwandais. Ce sont donc ses obligés.
Les agissements de Kagame sont constitutifs de crime contre l’humanité. J’ai déjà soulevé ce cas des misérables enfants rwandais appelés déchets par Kagame il y a dix ans. J’ai dit que leur nombre sera multiplié par cent d’ici douze ans. C’est ce qui s’est exactement passé. Avec la famine qui touche des millions de Rwandais, le nombre actuel va sûrement augmenter. Les morts qui sont nombreux sont enterrés dans les fosses communes par les prisonniers. Sur l’ensemble du pays, seuls ces derniers connaissent le nombre approximatif de victimes de Kagame par mois et par an. Ce qui est étonnant, les partis politiques dits d’opposition n’ont jamais dénoncer ces crimes de masses commis en flagrance par Kagame contre les enfants rwandais. De même, ils n’ont jamais dénoncé la spoliation des mêmes enfants des biens meubles et immeubles laissés par leurs parents par oligarques du régime sur ordre de Kagame. Question: à quoi servent ces partis pour les Rwandais?

ngoga / 8 avril 2016 à 21 h 51 min

Birababaje kandi bizabazwa abitwaza ngo bakora politiki cyangwa ngo bavugira abanyarwanda kandi ari amaco y’inda bagamije nka Rucagu,Serafina ,Bampoyiki n’ibindi bigarasha by’abagambanyi.
Madame INGABIRE Victoire ni umugabo kandi w’intwari :yafungiwe kuko yasuye inzibutso zirimo amagufa menshi y’abahutu n’andi y’abatutsi ariko yose akaba ay’abatutsi arerura ati:urwibutso rw’abahutu rurihe ruzashyirwaho ryari?
Kagame-FPR iti:uravuga ayo mabyi y’imisega ngo n’abahutu mu Rwanda rw’abasajya b’abaganda mubigenze bite?Nimubohe uwo mugore wigira intwari nyamara ni nayo.
Ba bwoba RUKOKOMA TWAGIRA,NYAMWASA,RUSESABAGINA,MURAYI,BAMUTIMAMUKEWOMURUTIBA,GAHIMA,KANYAMIBWA,BATUBWA,RUTAYISIRE,BABWOBA,NDAGIJIMANA,HABYARIMANA,BANTAGAKIZA,Ba brigadier ,ba général,ba colonel,ba lietenant,ba capitaine,ba sergent ,ba rugara ba bigoryi etc koko ni ibigarasha imisega.Ni gute akagaba kamwe kazengereza bariya basirikari bose n’amapeta yabo ntihagire n’umwe wihebera abandi agafata ingamba nyayo ikiza rubanda n’igihugu n’akarere.Uwabikora yakwandikwa mu mateka kurusha Hitler na FPR-kagame
Kuki mwe mudasaba inzibutso z’abahutu,abacongomani,abarundi cyangwa ngo musabe icyunamo.
Ni gute semuzumvwa mwituramiye mutavuga ukuri ngo ni ikwikanga ko bavugako mupfobya jenocide.
Iyo mutamagana izakurewe bene wanyu ni ukuvugako mushyigikiye abazikoze.
Bwengebuke kuki mutamenya kwanticipa no gutegura imitego.
Nimwinnywere akabyeli muturame uwabaciye indimi akanabazirika imitego ngo ntimugende azaza ayibakuremo abajyane iyo yashyize bene wanyu cyangwa ayibiciremo.

Icyunamo cyiza kubiciwe bose,guhera i BYUMBA,RUHENGELI,ku mirenge yose,i KIBEHO,i BURUNDI,mu makambi muri KONGO,MBANDAKA na TINGITINGI.Ndavuga abahutu abatutsi n’abatwa biciwe
Abaguye mu magereza no muri za tije Roho zabo Imana izacyire ziyibwire ibyiza RUCAGU,RWARAKABIJE n’abandi ibyiza bazikoreye

Repondre

Laisser un commentaire