Qui est Nadine Claire Kasinge, une dame qui, à l’instar de Victoire Ingabire, veut défier le président Paul Kagame?
+
Rubrique : Actualité
Mot-clés : , ,

Publié le 27 Nov 2016 par Gaspard Musabyimana

Nadine Claire Kasinge, qui vient de passer dans l’histoire du Rwanda comme la femme, à l’instar de Victoire Ingabire, veut défier le président Paul Kagame, est une inconnue pour bon nombre de Rwandais. Nous sommes tombés sur un témoignage qu’elle a donné, à Montréal (Canada)  le 17/10/2015, l’occasion de la 6è édition de la «Relève Jeunesse Engagée», organisée par le Réseau International des femmes pour la Démocratie et la Paix (RifDP).  Cette courageuse dame y parle de sa vie et de son engagement politique.

Chère coordinatrice et autres responsables du Réseau International des femmes pour la Démocratie et la Paix,
Chers amis, chères invités, Mesdames et Messieurs,

L’honneur m’échoit d’avoir été jugée digne de me tenir devant vous en ce jour que je n’oublierai jamais. Mon bonheur est d’autant plus grand que je me retrouve très valorisée par cette  Organisation puissante et toute féminine ! Oui, je suis fière de me voir reconnue et comptée dans les rangs de la Jeunesse Engagée pour un monde  Oui, le rôle de la femme dans la construction de la paix me fascine depuis mon très jeune âge.

Quand je pense que l’Assemblée Nationale Rwandaise actuelle est féminine à hauteur de 56 % et que, malgré leur nombre les femmes parlementaires suivent comme de simples moutons et ne cherchent  pas à exiger des lois qui améliorent la condition des femmes rwandaises dont beaucoup continuent de croupir dans la misère ou en prison, telle Victoire INGABIRE, notre héroïne à toutes…., je me dis qu’au lieu de nous voiler la face, nous autres femmes rwandaises, devrions redoubler de vigilance et d’efforts pour sauver notre pays de l’oppression. Je me dis que le sens du devoir devrait pousser la jeune génération à l’action pour un avenir meilleur. Et en cela je salue l’engagement et les réalisations palpables du Réseau International des Femmes pour la Démocratie et la Paix.

Ainsi, puisque vous m’avez donné la parole et que je l’ai bien acceptée, permettez-moi de donner mon témoignage en vous parlant en peu de mots :
– De l’histoire de ma famille
– De mon engagement social et politique
– De ma famille

 Je suis originaire de la Préfecture de Byumba. Pour raison de travail, mes parents avaient migré à Kigali, le domicile familial étant fixé à Remera, tout près du bâtiment du CND (Parlement Rwandais).

kansinge-pp2En 1994, j’avais 13 ans et je venais de commencer l’école secondaire. Dans la nuit du 6 au 7 avril 94, j’étais à Byumba, ce qui explique ma survie, puisque en cette nuit de malheurs, les escadrons du FPR basés  au CND sortirent et assassinèrent, entre autres, ma mère, mon père, mon frère et mes 3 sœurs ! Ainsi, je devins orpheline, comme des milliers d’autres enfants, mes compatriotes !

Puis, j’ai pris le long chemin de l’exil, en passant par Goma et en partageant les misères des camps  de réfugiés …etc. C’est seulement  en août 1995 que j’ai eu la chance de quitter le camp de réfugiés de KIBUMBA et d’atterrir en Florence, en Italie, où j’allais pouvoir reprendre mes esprits et retourner sur le banc de l’école. Mais, je n’ai jamais oublié, ni renié mon histoire!

 – De l’engagement socio-politique

 Les injustices et les malheurs que j’ai vécus au Rwanda, la violence  et la misère que j’ai vues de mes propres yeux et expérimentées au Zaïre…., loin de me décourager et me  désintéresser  du  Rwanda,  m’ont plutôt motivée et poussée à oser m’engager pour donner ma propre contribution à la construction de la Paix et d’un monde meilleur.

Dès mon arrivée en Italie, j’ai eu la chance d’être accueillie et intégrée par une unité scoute qui m’a appris beaucoup de choses sur la vie en société et a réveillé ma conscience sur l’importance du rôle de chacun dans la construction ou la destruction d’un pays. C’est l’AGESCI (Association Guides et Scouts Catholiques Italiens) qui a inculqué dans mon esprit les valeurs essentielles tels que l’audace, le patriotisme, la liberté, le partage, l’efficacité du travail en équipe, … etc. C’est par le scoutisme que j’ai été séduite par l’importance du travail en Réseau. Mais au-dessus de tout, je dois au scoutisme la valeur du sens de Responsabilité.

Car, ce qui détruit un pays comme le Rwanda, c’est le fléau de l’irresponsabilité :   beaucoup   de   gens   instruits   et   autrement très raisonnables préfèrent rester des spectateurs là où ils  devraient  être des responsables. Ils voient la catastrophe venir mais ne font rien, jusqu’au jour où le pays entier sombre irrémédiablement.

Voilà donc comment j’en suis venue à croire que l’engagement politique était inévitable pour tous les hommes et les femmes de bonne volonté, une fois qu’ils ont compris que c’est la politique qui construit ou détruit un pays. C’est vraiment la politique qui crée un cadre propice à l’exercice d’autres professions et métiers dans un pays. Si la politique est bonne, pacifique, bâtie sur la justice, les gens travaillent et le pays prospère. Mais si la politique est mauvaise, belliqueuse, bâtie sur l’injustice, le pays sombre dans le terrorisme, la guerre et le chaos, les gens s’enfuient, se blessent, meurent assassinés et beaucoup de leurs biens sont pillés ou détruits.  Quel gâchis !

Je rêve de voir beaucoup de jeunes rwandais prendre conscience et s’engager massivement en politique pour que la génération de nos enfants n’aient pas à affronter les dures difficultés que nous avons connues. Car derrière la bonne politique qui construit ou la mauvaise politique qui détruit se trouvent des personnes humaines en chair et en os qui sont des acteurs. Un pays ne se construit jamais au hasard! Si donc les bonnes personnes abandonnent le terrain politique aux seuls criminels, qu’ils reconnaissent et confessent au moins leur lâcheté ! L’audace et le courage ne sont en tout cas pas de leur côté.

Au Parti Démocratique Italien

 J’ai donc commencé mon engagement politique dans le Parti Démocratique italien, qui s’est progressivement construit par le travail et l’engagement assidu de ses membres.

Dans ce parti, j’ai appris à aimer les hommes et les femmes politiques car j’ai pu expérimenter de l’intérieur l’ampleur des  sacrifices énormes qu’ils s’imposent en vue d’arriver au pouvoir et de gouverner le pays en promouvant l’intérêt général.

J’y ai appris également l’importance vitale qu’il y ait autour d’un leader politique une vraie équipe de collaborateurs et non de serviteurs, ni d’emmerdeurs ! La réussite  politique  dépend énormément de ces deux points la !

Au Parti ISHEMA

 Jusqu’à mon mariage avec Albert en 2009, je pensais que ma vie était en Italie. Mais en décidant d’aimer et de me marier avec un homme rwandais, c’est comme si je quittais l’Italie et faisais le choix d’épouser le Rwanda ! Ce fut franchement un retour au bercail.

kansinge-ppToutefois, pendant plus de quatre ans j’ai cherché à orienter tout le bagage du savoir-faire que j’avais acquis dans le Parti Démocratique italien, mais ce fut sans succès. Je n’arrivais pas à trouver un parti politique qui répondait vraiment à mes aspirations et attentes jusqu’au jour où j’entendis l’appel d’un prêtre catholique rwandais assez charismatique à mon goût qui cherchait des personnes animées de bonne volonté pour lancer quelque chose ! Il répond au nom de  Thomas NAHIMANA. J’ai pris contact avec lui et,  avec 10 autres  jeunes camarades, nous avons fini par lancer le Parti ISHEMA, qui a l’ambition de redonner au peuple rwandais la fierté d’être une  vraie nation  et  non plus « une terre de massacres interethniques chroniques et de génocides ». C’était à Paris, en date du 28/01/2013. […]

En ce moment solennel, j’adresse un appel tout particulier aux femmes et filles. C’est le temps de changer notre mentalité, mes chères sœurs ! Pendant longtemps nous avons cru que le devoir de gouverner un pays n’incombait qu’aux hommes, nos frères, nos pères et nos Il est actuellement démontré que nous pouvons occuper valablement les postes jadis réservés aux seuls hommes tels que dans l’ingénierie, l’administration et le business. Nous pouvons également participer à l’engagement politique afin d’apporter au peuple rwandais les réformes essentielles à la vie  meilleure à  laquelle il aspire.

Voilà pourquoi je m’adresse à vous mères et filles rwandaises: ne nous cantonnons pas à nos cuisines marmites hâtons-nous de prendre part au débat public en vue de proposer notre contribution. Notre engagement sera indispensable dans ce processus vers un Rwanda meilleur.

kansinge_enfantA nos sœurs Canadiennes et Américaines, je vous prie de ne pas nous abandonner à notre triste sort car nous avons un gros problème  au Rwanda ! Un homme (et sa clique) se croit au-dessus des Lois ! Il emprisonne des femmes innocentes, tue des enfants,  pille des biens  et sème la désolation dans toute la Région des Grands Lacs depuis 25 ans ! Il s’appelle Paul KAGAME et vos gouvernements le soutiennent sans condition ! S’il vous plait, aidez-nous à faire entendre notre voix : nous ne voulons que la paix. Nous voulons rentrer dans notre pays et nous voulons que nos enfants, comme les vôtres, puissent vivre  dans un  pays qui les protège et ne les assassine pas gratuitement!

J’ose voir dans l’invitation de participer aujourd’hui à cette activité du Réseau la reconnaissance de l’engagement pour la démocratie et la paix de toutes les jeunes femmes, filles et mères du Rwanda et d’ailleurs, à commencer par Victoire INGABIRE, injustement emprisonnée par un régime qui n’a plus de raison de rester à la tête du Rwanda.

FEMMES RWANDAISES, LEVEZ-VOUS ET ENGAGEONS-NOUS, c’est     par notre audace que le Rwanda doit bientôt retrouver la voie de la Démocratie, la Paix et le Développement durable. Par notre action, un Rwanda meilleur est possible.

Vive l’audace de l’engagement citoyen de la Jeunesse, Que vive l’émancipation de la femme!

Je vous remercie, toutes et tous, du fond de mon cœur.

Nadine Claire Kasinge.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+1Pin on Pinterest0Email this to someone
3 commentaires
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

COMMENTS

Francois Munyabagisha / 27 novembre 2016 à 12 h 45 min

KN mere mprudente oui, mais aussi très mordante et inspirante. Cette jeune pousse porte en elle et sur elle une graine de l.espoir pour la RGLA. Dieu preserve son apprentissage, sa croissance tant interieur qu’intellectuelle.

Chantal / 27 novembre 2016 à 13 h 47 min

Je salut votre détermination et votre courage , je me sens fière de vous . Continuez à vouloir que la vérité triomphe pour la dignité du peuple Rwandais.

Ndumunyarwanda / 23 décembre 2016 à 15 h 49 min

Elle belle en parole comme elle belle en bonte. Je suis aussi jeune Rwandais. Je suis de FPR malgre qu’il ya pas mal de choses que notre partie est entree de faire qui ne me goutent pas.

Je suis 29 et je suis candidat au doctorat en Asie (je ne precise pas le pays pour mes raisons). De l’ethnie Hutu, etre membre de l’FPR m’ouvra la porte d’etudes sans difficultes. Je soutiens vos engagements malgre que bon nombre des parties politique n’en ont pas de programmes convainquantes; mais les raisons d’oposer l’FPR sont innombrables. Ayez du courage; un jour la verite vaincrant.

Repondre

Laisser un commentaire