Rwanda : 16 prisonniers mis à mort par torture
+
Rubrique : Actualité
Mot-clés : , ,

Publié le 10 Juil 2019 par Gaspard Musabyimana

Tout a commencé le 08 juillet dans l’avant midi. La prison de Mageregere dans les faubourgs de la capitale Kigali a un nouveau directeur, le commissaire de police Innocent Kayumba. Il est connu pour ses méthodes brutales envers les prisonniers. Il s’est illustré par des tortures infligées aux détenus dans la prison de Gisenyi et est en train d’user des mêmes méthodes dans son nouveau lieu d’affectation.

Certains prisonniers de Mageragere, ayant eu un ras-le-bol de ces mauvais traitements de leur nouveau dirigeant, ont organisé une mutinerie. Le 8/7/2019, la prison et ses alentours ont été secoués par des rafales de coups de feu.

Face à cette situation, Innocent Kayumba a sévi. Il a ordonné aux surveillants de la prison d’isoler les prisonniers suspectés d’être des meneurs. Ceux-ci ont alors été tabassés, jusqu’à ce que mort s’en suive.


A lire aussi : 

A L’INTÉRIEUR DES PRISONS DU RWANDA

RWANDA : 30.000 VICTIMES DANS DES INCENDIES DES PRISONS ?


Le 09 juillet 2019, des renforts atterrissent à la prison: militaires, policiers et autres agents de sécurité; ils font un tri dans les prisonniers et en extraient 150. Passage à tabac, tortures, toutes sortes de mauvais traitements, rien n’a été épargné pour faire souffrir ces pauvres prisonniers.

Aujourd’hui le 10 juillet, la presse fait état de 16 décès suite à la torture par des officiers de police en nombre à la prison de Mageragere. Le premier à succomber à ces mauvais traitements est un certain Habimana Sadiki, sorti de prison et battu en aparté avec des morceaux de fer à béton et des câbles électriques.

Un observateur avisé, Sylvestre Nsengiyumva, nous a envoyé un billet d’humeur à ce sujet :

KAGAME ACTUALITÉ! Même les plus grands détracteurs de cet homme lui reconnaissent une qualité cardinale à l’école de Machiavél: « the dude » possède un extraordinaire don d’ubiquité bipolaire!  Exemple en ce moment : depuis samedi dernier, pendant qu’il officiait comme personne ressource « incontournable » de l’historique sommet UA de Niamey, et orchestrait comme du papier à musique un mariage princier non moins historique, il dirigeait à distance l’un des plus grands massacres de prisonniers de ces dernières décennies, lequel se poursuit par ailleurs au moment où je couche ce petit billet. Et comme souvent quand il est aux commandes concomitantes d’opérations diamétralement opposées eu égard à l’opposition manichéenne Bien/Mal, les deux premiers événements font carton plein de couverture médiatique, alors même que le dernier, eh bien…tout le monde s’en bat les couilles (pardon Barokore)! Sauf évidemment The Rwandan…
Sylvestre Nsengiyumva.

La répression continue à la prison de Mageragere et le bilan risque de s’alourdir vu que plus d’une centaine de prisonniers restent concernés par cette opération punitive.

Gaspard Musabyimana
10/07/2019

Pas de commentaire

COMMENTS

Les ommentaires sont fermés