Kizito vs Mukagasana: Ta parole contre son silence par Philibert Muzima
+
Rubrique : Actualité
Mot-clés : , ,

Publié le 28 Fév 2020 par Philbert Muzima

Madame Mukagasana

À vos propos , je préfère le silence de Kizito

C’est à mon tour que, pour réagir à vos propos sur Kizito Mihigo, je ne vous appelle pas par votre prénom. Non seulement parce qu’on ne se connait pas, mais surtout parce que je voudrais maintenir cette distance entre vous et moi, ou, mieux encore, entre moi et vos propos sur Kizito.

À une veuve du génocide s’exprimant sur le décès d’un fils d’une autre veuve du génocide,  j’aurais pu m’attendre à beaucoup de compassion et d’empathie. Mais vous préférez tirer sur le corbillard et lancer un couteaux dans le dos d’une consœur. Quelle indécence.

Quelqu’un a qualifié vos propos d’occasion ratée de vous taire. Je n’en dirais pas autant. Nous ne devriez pas vous taire, Madame Mukagasana. Mais pour parler d’un enfant qui aurait dû avoir l’âge d’un des vôtres, pour parler de lui après son décès tragique, vous auriez dû puiser le choix de vos mots dans la sagesse rwandaise et surtout, vous rappeler qu’il ne sera pas là pour livrer sa version des faits.

Madame Mukagasana, vous aurez beau nous dire qu’il ne vous a jamais rappelé, il n’est pas là pour le confirmer ni l’infirmer. Vous aurez beau dire qu’il vous regardait de haut, il ne livrera jamais sa version des faits. Vous aurez beau dire qu’il vous a raccroché au nez, il n’est pas là pour dire que ce fut le cas ou non.

Ce n’est donc pas votre parole contre la sienne, c’est votre parole contre son silence. Son silence éternel sera jugé à la lumière de l’héritage d’amour de pardon et de paix, de prière et de réconciliation qu’il nous a laissé en chants et musique, la musique, l’un des aspect de la langue des dieux si j’emprunte les mots de Professeur Paulin Muswahili.

Quant à votre parole à vous, Madame Mukagasana, elle sera jugée par les vivants et pas par les morts. Elle sera jugée à la lumière de vos autres sorties intempestives contre des rescapés du même génocide que celui qui emporta vos enfants et votre mari. Votre parole sera jugée à la lumière de votre pamphlet de fin janvier 2011. Suite à la lettre de protestation contre l’invitation et l’accueil princier à Kigali des Camarade, Kigurube et Cie dans le cadre du Come and See.

Je ne me donnerai pas la peine de ramener ici l’ensemble de vos propos à ce propos. Je vous rappelle seulement que les mêmes génocidaires contre lesquels vous aviez témoigné en Belgique, vous les avez soutenus becs et ongles une fois retournés au Rwanda. Pire encore, vous avez fustigé l’indignation des autres survivants qui demandaient la fin de l’impunité. C’est digne d’un vire-capot!

Ceci pour vous demander ceci : si vous accusez Kizito de complicité avec les ennemis du régime, qu’en est-il de vous qui défendez à Kigali les mêmes génocidaires contre lesquels vous aviez témoignés à Bruxelles? C’est quand que vous disiez la vérité, Madame Mukagasana? Lorsque vous étiez en Belgique ou une fois rentrée au Rwanda? Je ne m’attends pas d’une réponse de votre part.

A la lumière de ce qui précède, votre opinion actuelle sur Kizito est à prendre comme celle sur les génocidaires que vous dénonciez hier à Bruxelles mais défendez aujourd’hui à Kigali.  Ceci pour conclure qu’à votre vérité mouvante comme le sable sous le coup du vent, je préfère celle de feu Kizito Mihigo, simplement tue à jamais.

Philbet Muzima

 

Source : https://justsayitblog.com/

Pas de commentaire

COMMENTS

Les ommentaires sont fermés