Rwanda. Un groupe de parlementaires des Iles Baléares contre des convocations incessantes de Victoire Ingabire par le RIB
+

Suite à la convocation de Victoire Ingabire pour la nième fois par le RIB, aujourd’hui le 10/03/2020, un groupe de parlementaires des Iles Baléares, territoire espagnol, ont adressé ce matin une note à l’ambassadeur du Rwanda en France, qui a l’Espagne dans sa circonscription, une note dont la teneur suit :

A  l’Ambassadeur du Rwanda en France,

Selon les informations reçues, aujourd’hui, 10 mars 2020, Mme Victoire Ingabire a été convoquée par le RIB (Bureau d’Investigation du Rwanda) en sa qualité de présidente du parti d’opposition DALFA.

Ce bureau, créé par le gouvernement du FPR il y a trois ans, jouit d’une réputation internationale douteuse pour ses méthodes visant à faire taire les voix critiques à l’égard du gouvernement rwandais. En fait, dans une résolution du Parlement européen sur le Rwanda (2016/2910-RSP) sur le cas de Mme Victoire Ingabire en 2016, il a déjà fait référence à cette question :

« condamne toute intimidation, arrestation ou poursuite de dirigeants ou de membres des partis d’opposition, de militants, de journalistes et d’autres opposants présumés au gouvernement rwandais simplement parce qu’ils ont exprimé leurs opinions ; à cet égard, demande instamment aux autorités rwandaises de revoir et d’adapter la législation nationale en vue de garantir la liberté d’expression, en particulier les articles 463 et 451 du code pénal, qui limitent cette liberté ». (2016/2910-RSP)

Dans la même résolution, le Parlement européen « rappelle aux autorités rwandaises que la démocratie est fondée sur un gouvernement pluraliste, une opposition qui fonctionne, des médias et un système judiciaire indépendants, le respect des droits de l’homme et des libertés d’expression et de réunion ; dans ce contexte, il invite instamment le Rwanda à ouvrir son espace politique, à respecter ces normes et à améliorer son bilan en matière de droits de l’homme ; il attend du Rwanda qu’il mette en œuvre les recommandations du rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques (2014) ».

« Considérant que les défaillances démontrées par le système judiciaire rwandais dans la conduite du procès pénal de Victoire Ingabire ont sapé sa capacité à gérer des questions politiques de haut niveau ».

Toutefois, face à la méconnaissance des mesures visant à remédier ou à améliorer la situation, et en réponse à la nouvelle convocation à laquelle Mme Victoire Ingabire doit faire face aujourd’hui, nous exprimons notre préoccupation et demandons qu’elle puisse exercer ses fonctions politiques en toute liberté.

Les groupes parlementaires du Parlement des îles Baléares.

Palma, 10 mars 2020.

Pas de commentaire

COMMENTS

Les ommentaires sont fermés