La 2ème journée du témoignage de l’Ambassadeur Swinnen devant le TPIR
+

Ce Jeudi, 08 mai 2008 devant la Chambre II du TPIR à Arusha (Affaire Le Procureur contre Dr Casimir Bizimungu et al.), l’Ambassadeur belge à Kinshasa Mr Swinnen qui représentait son pays au Rwanda depuis 1990 jusqu’aux premiers jours de la tragédie de la dernière décennie a poursuit sa déposition qui a débuté hier dans l’après-midi.

L’Ambassadeur Swinnen a expliqué qu’il y avait des personnes  modérées dans tous les partis politiques au Rwanda.

Il a précisé que l’échec des accords de paix d’Arusha s’explique davantage par la cause de la radicalisation et la difficulté d’explication pédagogique de ces Accords. Il a souligné que l’événement important qui explique l’échec des Accords de paix d’Arusha, c’est l’assassinat du Président burundais Mr Melchior Ndadaye, élu démocratiquement par le peuple, et qui disparut suite un coup d’Etat du 21 octobre 1993. Cet assassinat a constitué un élément difficile à expliquer au Rwanda, un pays qui venait d’amorcer un processus de démocratisation.

Il a aussi souligné que la radio RTLM a contribué à la radicalisation des esprits qui n’étaient pas avaient des doutes sur l’application de ces accords.

Il a noté que des antagonismes Nord-Sud ou personnels au sein des partis politiques compliquaient de plus en plus le jeu. Le conflit entre Twagiramungu et Nsengiyaremye au sein de MDR serait de ce genre d’antagonisme, a-t-il donné comme un exemple.

Interrogé par le Procureur Olivier sur la question de “hutu power” attribué à Karamira, Monsieur l’Ambassadeur Swinnen a mentionné que lors de sa rencontre avec Karamira sur ce point, ce dernier lui a expliqué que c’est un concept et non une idéologie formelle ou élaborée. Selon lui (Swinnen), ce terme va dans le sens de la volonté de l’affirmation d’identité.

L’Ambassadeur Swinnen a souligné avec insistance et à maintes reprises qu’il fallait qu’il y ait des enquêtes sérieuses et honnêtes pour découvrir l’auteur de l’attentat contre l’avion du Président Habyarimana et son équipage. Il a exprimé son inquiétude qu’aussi longtemps qu’il n’y a pas de réponse à cette question, il n’y aura pas de justice équitable et que d’autres questions corollaires resteront sans réponses. Pour l’ambassadeur Swinnen, la mis e sur pied d’une enquête s’avère nécessaire pour identifier les auteurs de cet attentat.

A.D.

Arusha, le 8 mai 2008 

Pas de commentaire

COMMENTS

Repondre

Laisser un commentaire