L’Afrique est le continent d’origine de l’homme et de l’humanité
+

L’Afrique est l’un des 7 Continents de la Planète Terre. Celle-ci est composée des terres et des eaux. Les terres dont il s’agit sont des Continents : le continent d’Afrique, le continent d’Europe, le continent d’Asie, le continent d’Amérique, le continent d’Océanie, le continent Antarctique au pôle Nord et le continent Arctique au pôle Sud. Les eaux dont il s’agit sont les mers et les océans. Les mers les plus proches sont la mer Méditerranée qui se situe entre les 3 anciens continents ; entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe ; la mer Rouge qui sépare l’Afrique et l’Asie à la hauteur de l’espace du Moyen Orient. Les océans comme les continents entourent la Planète Terre : l’océan Atlantique, océan Indien, l’océan Pacifique, l’océan antarctique, l’océan Arctique.

 

Les terres des 7 Continents et les eaux des 5 Océans entourent la Planète Terre dans une harmonie admirable, miraculeuse. Les terres des Continents et les eaux des mers et des océans qui entourent la Planète terre abritent la vie des êtres vivants. Les êtres vivants qui vivent sur les Continents et dans les eaux des mers et des océans de la Planète terre sont classés en trois catégories : la catégorie des êtres du règne animal, la catégorie des êtres du règne végétal, la catégorie des êtres du règne minéral. La Planète terre abrite donc la vie dans les terres des 7 continents et dans les eaux des mers et océans qui l’entourent.

 

Parmi les êtres du règne animal sur la Planète terre se distingue un être vivant particulier : c’est l’homme. L’être homme est un animal qui s’est émancipé en adoptant ses déplacements non plus par les 4 pattes de l’animal, mais par les 2 pattes arrière devenues 2 jambes grâce auxquelles il se tient debout et marche droit. Il a en outre adopté les 2 pattes avant pour faire des œuvres d’art, à commencer par le bâton dont il se servait pour se déplacer dans les bois et forêts. L’animal homme a en outre subi une transformation miraculeuse de la plasticité de son cerveau. Cette transformation a permis au cerveau de l’homme de bénéficier des fonctionnements propres à ce nouvel animal : l’imagination, la créativité, la conception, capacité d’affection, capacité d’invention, capacité d’innovation, capacité d’évolution, capacité de création, l’intelligence, …

 

L’animal ainsi devenu homme a voulu s’élever au-delà de lui-même : il a créé un être moral supérieur et en même temps égal à l’homme : il a créé Dieu, le garant de la poursuite de la vie humaine lorsque celle-ci aura pris fin sur la terre. En effet, l’animal devenu homme s’est aperçu que comme tout autre être vivant il a une fin : la mort. Il s’est inventé une vie au-delà de la vie : la vie au paradis, la vie de bonheur éternel. L’homme a créé la culture de religions du Ciel pour s’assurer l’éternité sous le couvert d’un être supérieur et semblable à l’homme : Dieu créateur de la terre et du ciel, garant du bonheur éternel. C’est de cet homme que sont nées les civilisations de l’âge de la pierre, les civilisations de l’âge de fer, les civilisations de l’âge de création des Etats ethniques, les civilisations des royaumes, les civilisations des républiques, les civilisations des empires.

 

Cette évolution de l’humanité sur toute la terre est commencée il y a 12 mille ans. Elle en est aujourd’hui à l’heure d’actualité des diverses civilisations qui couvrent la Planète et qui englobent tous les hommes de la terre. Ce sont des civilisations de la Méditerranée et de la mer Rouge: la civilisation  afro-pharaonique d’Egypte en Afrique et  la civilisation d’Euphrate irako-juive au Moyen Orient inspirée de Dieu unique des prophètes de la Bible et Dieu de Moise, aboutie à son apogée par la mort  par crucifixion du créateur de la religion chrétienne: le fils de Dieu Jésus Christ en Israël à l’époque de la puissance de l’Empire  Romain, la civilisation gréco-romaine chrétienne européenne et la civilisation arabo-musulmane. Ce sont toutes deux civilisations d’actualité nées depuis quelques millénaires autour de la mer Méditerranée et de la mer Rouge. Ces 2 civilisations couvrent la Planète et sont en conflit permanent depuis plus de deux millénaires. C’est l’actualité des guerres sans issues entre l’Occident euro-chrétien d’origine romaine chrétienne méditerranéenne et le Moyen Orient arabo-musulman d’origine asiatique, près de la mer Rouge. Ce conflit permanent est en cours depuis 4 millénaires et implique les deux Continents de l’autour de la Méditerranée. Ces guerres entre l’Europe et l’Asie n’en finissent pas et s’étendent désormais sur toute la Planète terre. Notre humanité des religions, des civilisations et des conflits a son origine en Afrique : l’Afrique est l’origine de l’homme.

 

L’Afrique est continent d’origine de l’humanité. La première femme qui est l’ancêtre Mère de l’humanité et le premier homme qui est l’ancêtre Père de l’humanité sont apparus en Afrique du Nord-Est aux abords de la mer Rouge, en Abyssinie, en actuel site constitué par les Etats d’Ethiopie et d’Erythrée. Ce phénomène d’apparition des premier êtres humains a eu lieu dans cette partie de la Planète, en Afrique du Nord-Est, il y a de cela 142 mille ans. Les descendants des deux ancêtres de l’humanité devenus nombreux ont entrepris d’émigrer dans d’autres parties de l’Afrique pour peupler tout le continent africain.

 

D’autres ont traversé la mer Rouge pour entreprendre la conquête, colonisation et peuplement de la Planète terre. Au terme de 130 mille d’émigrations de l’homme, les êtres humains ont réussi à coloniser et peupler toutes les terres de la Planète. C’est au cours des 12 mille ans de l’homme et de l’humanité (dont l’existence a l’origine et les racines de vie en Afrique depuis 142 mille ans) qu’ont été créées les conditions de religions, civilisations, conflits, évolutions et du progrès qui en arrive à l’actuelle phase de découverte d’autres Planètes de l’univers, de perturbation de la nature par réchauffement climatiques, de covids, etc.

 

L’animal est devenu homme : l’homme est apparu en Afrique il y a 142 mille ans. Il s’est autorégénéré en humanité qui peuple toute la Planète. Il en est aujourd’hui au nombre de 8 milliards d’êtres humains, d’hommes et de femmes heureux de vivre sur terre. L’homme comme tout autre animal et tout autre être vivant est destiné à sa disparition. Face à ce destin de disparition inéluctable, l’homme s’est imaginé et s’est créé un autre destin : le destin de sa propre éternité dans un autre monde : il revivra au Paradis céleste.

 

Ainsi, l’homme à l’origine noir et africain, devenu tout blanc D’Europe et d’Occident, jaune d’Asie et d’Orient, rouge et/ou bleu d’ailleurs s’est donné les moyens d’évolutions et de civilisations, de vies en commun et de croyances en partage. Parmi des religions qui animent l’humanité, il y a le partage de la certitude que l’homme destiné à disparaitre de la vie sur terre est destiné a revivre ailleurs dans le bonheur humain éternel, dans un monde ou l’homme et l’humanité vivront éternellement auprès de notre Dieu. Les hommes et l’humanité aimons la vie. Cet amour est accompagné par notre espérance que la vie se reproduira au-delà de la mort, pour se manifester dans le bonheur éternel au Paradis. Nos civilisations et nos religions nourrissent cette espérance humaine.

 

Ainsi, d’après nos civilisations et nos religions, la finalité de la vie humaine sur terre est de se projeter au-delà de la mort pour revivre au Paradis où les hommes et les femmes qui composent l’humanité sont destinés à jouir du bonheur éternel en sainteté. Le genre humain né en Afrique il y a 142 mille ans s’est doté d’une autorité morale supérieur, Dieu, pour mieux s’organiser en communautés humaines autant que possible en paix sur terre et pour se garantir l’avenir meilleur au-delà de la disparition humaine.

 

Le réchauffement climatique actuel et la pandémie de coronavirus apparaissent comme des signes de possible disparitions collectives des êtres vivants. Dans le passé il y a eu des extinctions des vivants. Il semble qu’il y a eu déjà 5 extinctions dont la dernière aurait été celle des dinosaures, il y aurait 60 millions d’années. Une novelle extinction des espèces n’est pas à exclure. Au cas où celle-ci devrait avoir lieu, notamment sur toile de fond de l’actuel signe de réchauffement climatique, elle provoquerait la disparition de tous les vivants : de tous les êtres du règne animal en ce y compris les êtres humains et les êtres du règne végétal. Mais pas de panique : les lois de la nature agissent dans des délais à long terme. Une telle catastrophe aurait lieu d’ici 400 ou 500 ans.

 

Rukira Isidore Jean Baptiste

Editorialiste Afrique

le 22.12.2021

 

Pas de commentaire

COMMENTS

Les ommentaires sont fermés