EAC. Kigali fait échec à la réunion des ministres de la défense. Quelle leçon à tirer pour Kinshasa ?
+
Rubrique : Actualité, Documents
Mot-clés : ,

Publié le 23 Avr 2023 par Les Coulisses

Vendredi 14 avril 2023, Kigali a rejeté la demande de la RDC de tenir une réunion des ministres de la défense et des chefs d’états-majors de la zone EAC. Pour Kigali, la RDC et notamment la ville de Goma ne rassure pas quant à la sécurité de sa délégation. Kigali a alors proposé que si jamais la RDC y tenait, que la rencontre se tienne à Bujumbura. Kinshasa a, à son tour, décliné l’offre du Rwanda.

 

Selon une source fiable qui s’était est confiée à la Rédaction centrale du journal Les Coulisses dès vendredi 15 avril 2023, les autorités kényanes n’ont pas apprécié cette demande par Kinshasa de la tenue de la réunion pour évaluer l’opérationnalité des forces de l’EAC au Nord-Kivu. Elles ont tout fait pour appuyer la demande de Kigali sous prétexte que la demande de la RDC était brusquée et improvisée. Or, la délégation du Sud-Soudan avait déjà quitté Juba pour Goma via Nairobi. Celle du Burundi s’apprêtait à quitter Bujumbura pour Goma. Notre source a relevé des prises de position parfois troubles et identiques entre Kigali, Nairobi et Kampala dans un jeu qui ne dit pas son nom.

 

Soit ! Pour Kinshasa, il devient clair que les intentions des voisins de l’EAC notamment du Rwanda, de l’Ouganda et dans une moindre mesure du Kenya ne sont pas pour une paix véritable selon la conception de Kinshasa à l’est de la RDC. Comme il est clair que la RDC n’avait pas bien négocié le dossier du déploiement de la force régionale à analyser les positions du Kenya et de l’Ouganda face à la mission assignée à leurs troupes sur le sol congolais et à leur proximité avec le Rwanda. Et le silence de la classe politique congolaise qui ne condamne rien mais qui trouve mieux à se quereller pour les élections dans un pays occupé.

 

La seule leçon à tirer est que la RDC est seule contre tous, livrée à la merci de ses voisins instrumentalisés par les grandes puissances. De la même manière que l’UPDF est entrée sur le sol congolais dans le cadre de la mutualisation des forces contre les terroristes MTM sans prévenir les FARDC, l’Ouganda continue de se moquer de la RDC. La RDC fait face à une guerre d’invasion par esprit de conquête notamment de deux voisins qui, tenant un mur opaque dans les localités occupées par leurs éléments, ils y déversent des populations non congolaises. Paul Kagame a bien explicité à Cotonou les intentions des dirigeants rwandais sur le Kivu.

 

Dans cette EAC, la RDC doit comprendre qu’elle est seule. Et que les autres voisins sont des instruments des grandes puissances occidentales contre le Congo. D’une manière ou d’une autre, on doit admirer et saluer le patriotisme et la résilience nationale des populations congolaises face à la tragédie qu’elles vivent. Car, même les dons et autres actions humanitaires ne pourraient remplacer cet amour pour la terre des ancêtres. Il faudrait évidemment que les donateurs humanitaires le comprennent. Ce n’est pas ce petit sourire hypocrite des humanitaires qui est la solution au drame congolais.

 

Il est temps pour la RDC de développer les capacités de communiquer différemment par et à travers les médias congolais afin qu’ils quittent le monotone reportage, les débats stériles et le journalisme d’accompagnement des hommes politiques. Au XXIème siècle, la communication est un instrument clé du pouvoir pour appuyer les instruments diplomatiques et militaires. En RDC, on communique très mal ou pas du tout sur les vrais enjeux géopolitiques de la région et du monde. Tôt ou tard, il faudra que les FARDC appuyées par le peuple tout entier envisagent une offensive généralisée sur le théâtre des opérations. Pour cela, il faut étudier et calculer les avantages stratégiques qu’offre notre pays par rapport aux armées de voisins agresseurs.

 

La Rédaction du journal Les Coulisses

Pas de commentaire

COMMENTS

Les ommentaires sont fermés